Les temples de Karnak, musées à ciel ouvert

Si vous passez à Louxor en coup de vent, vous aurez peut-être à choisir entre Karnak et le temple d’Amon, autrement dit, le temple de Louxor. Perle de l'héritage pharaonique, on appelle souvent ce site le temple de Karnak et on le confond parfois avec son voisin érigé dans son prolongement géographique. En fait, Karnak, au nord immédiat de la ville actuelle de Louxor, est un complexe religieux composé de plusieurs temples. Modifié et agrandi pendant 2000 ans, Karnak aurait accueilli ses premières structures religieuses sous le règne de Sésostris Ier (20ème siècle avant JC) et connut ses dernières évolutions durant les trois derniers siècles av. J.-C.

Au Nouvel Empire, son âge d'or, le complexe et ses prêtres avaient acquis une influence et une richesse immense. A un moment relié au temple de Louxor par une allée de sphinx longue de 3 kilomètres, le complexe de Karnak s'étend sur 123 hectares mais seule la partie consacrée au dieu Amon-Rê se visite.

Le nom de Karnak vient de l’arabe Al-Karnak (le village fortifié), mais son nom d’origine est Ipet Sout (la Place Très Vénérée).

Un voyage dans le temps

Tout d’abord, si vous ne connaissez pas déjà les lieux, faites-vous déposer au bon endroit, car le complexe de Karnak se trouvant à Louxor, il est facile de se faire déposer au temple de Louxor, d’autant qu’il n’existe aucun écriteau une fois sur place.

On vous conseille d’arriver le plus tôt possible car vous le savez, les visites sont plus agréables lorsqu’il y a peu, voire pas du tout de foule qui prend la pose devant toutes les statues. Votre résistance à la chaleur plaidera également en ce sens car même si vous voyagez en hiver, il pourra faire plus de 40 ° à midi et la visite sera longue sur ce site de 2 km². L’accès des temples de Karnak ouvre à 6 h du matin. Cela semble tôt, mais cet horaire matinal est fait pour votre confort. En revanche, il ferme à 17 h.

Dans le dromos, les sphinx à tête de bélier alignés tiennent tous entre leurs pattes une statuette du pharaon lui-même tenant un "ankh", symbole de la vie éternelle.

- © Anton Aleksenko / 123RF

Equipé d’un bon guide qui vous permettra de venir informé à la rencontre de toutes les divinités, des scènes gravées dans les parois de pierre, des innombrables hiéroglyphes et colonnes, des temples, mais aussi muni de bonnes chaussures de marche, de lunettes de soleil et surtout d’eau bien fraîche en bouteille scellée, vous pourrez pénétrer l’enceinte.

Infos pratiques

👉 Le prix d’entrée est de 200 EGP, soit environ 11 € que vous pourrez payer à l’entrée.

Des pass plus ou moins intéressants existent (à la billetterie de la vallée des Rois et ici, au temple de Karnak) : 

👉 Le Louxor Premium Pass vous donne un accès illimité à tous les sites, musées, tombes de Séthi Ier et Nefertari y compris, pendant 5 jours pour 180 € par personne.
👉 Le Louxor Standard Pass vous donne accès à tous les sites (exceptés les tombes citées précédemment), musées y compris, pendant 5 jours pour 90 € par personne.

Site web

D’abord, sachez que le complexe se compose d’une enceinte de très large circonférence, faite de briques de boue ancestrales. Mais vous, vous arriverez par le dromos, l’allée des sphinx à tête de bélier, qui vous donnera accès au 1er pylône, ce mur immense en forme de trapèze qui encadre l’entrée. Parallèlement à lui, derrière le dromos, en ces temps immémoriaux, un canal venait jusque là depuis le Nil pour amener la barque d’Amon. C’était le lieu de l‘embarcadère. C’est dire si le temps a fait son oeuvre et tout transformé !

Le dromos sphynxes et le 1er pylône d'entrée du complexe.

- © 123RF

Une fois passée la porte du 1er pylône, vous serez dans le Temple d’Amon, partie centrale du complexe, représentant environ 1/7 de l’ensemble. C’est là que se dresseront, devant vous, à l’autre extrémité de la Grande Cour de 8000 m2, la plus grande de tous les temples d’Egypte, les deux colosses de Ramsès II, à proximité du 2ème pylône.

© Mountains Hunter / Shutterstock

Vous remarquerez alors que, parallèlement à lui, sont allongés des sphinx, les mêmes qui se trouvent bien alignés dans le dromos. Ce sont les vestiges d’une allée de sphinx encore plus longue que celle visitée à l’extérieur, qui originellement conduisait jusqu’à la salle hypostyle, donc avant que les deux pylônes ne soient dressés. Cette allée allait plus loin encore, jusqu’au temple de Louxor.

La statue de Ramsès II dans la première cour.

- © jn.koste / Shutterstock

Pour que votre visite ait un sens, il faut donc avoir en tête que ce que vous verrez est bien incomplet, en plus d’avoir été très modifié au fil du temps et des règnes successifs. Ce deuxième pylône est très délabré, il en manque les trois-quart.

© frantic00 / Shutterstock

Site le plus sacré de l'Egypte Antique et complexe religieux probablement le plus grandiose de l'antiquité, Karnak rassemble encore trois principales enceintes consacrées à la " triade de Thèbes ", les trois dieux adorés à Thèbes (l'actuelle Louxor) alors capitale de l'Egypte: Amon (l’Inconnaissable) est l'époux de Mout (la Mère) et le père de Khonsou (le Voyageur). Mais le site compte de nombreux autres temples et édifices.

© Anton Aleksenko / 123RF

A Karnak, les fouilles et les découvertes se poursuivent ! L'enceinte d'Amon-Rê, qui se visite, est principalement célèbre pour la salle hypostyle du temple d'Amon, composée de cent trente-quatre colonnes dont la plupart ont gardé leur décor. Un lieu simplement incomparable, marqué par les transformations signées de Ramsès II et Ramsès III.

La déesse vautour Mut est représentée dans le temple, au-dessus des cartouches du pharaon de Thtuthmosis III.

- © Svetla Ilieva / Shutterstock

Également, le lieu tel que vous le verrez n’a rien à voir avec les peintures multiples qui ornaient partout les murs et les colonnades. Les cartouches de hiéroglyphes et les scènes gravées dans la pierre étaient toutes peintes de couleurs souvent vives ou recouvertes de métaux précieux. Rares sont vestiges intacts permettant d’en avoir une vision fidèle… sauf évidemment le formidable masque de Toutankhamon conservé au musée du Caire. Lapi-lazuli, or, argent, électrum, obsidienne…

Hilton Luxor Resort & Spa Louxor
Booking.com

Hilton Luxor Resort & Spa

Tout le standing haut de gamme d'un Hilton, au bord du Nil
9 Fabuleux
A partir de
216 € / nuit
Réserver

La salle hypostyle, quel style !

Passé la Grande Cour, vous arrivez dans ce chez-d'œuvre architectural qu’est la salle hypostyle et ses 134 colonnes. Vous la verrez à ciel ouvert, mais pendant des siècles la salle était bien entendu couverte d’un plafond.

© Anton Aleksenko / 123RF

Peut-être alors prendez-vous conscience que la colonnade (double rangée des colonnes principales), qui est parfaitement dans le prolongement du dromos (allée des sphynx à tête de bélier), forme une ligne droite allant d’est en ouest. Autrement dit, un passage pour la lumière du lever et du coucher du soleil. Evidemment ! Vous êtes dans la demeure du Dieu Ra. Autrement dit, le Soleil.

Une promenade dans la salle hypostyle.

- © Unai Huici / 123RF

Les 143 colonnes de cette salle forment un labyrinthe où on ne peut pas se perdre. Ici, des hiéroglyphes et scènes liturgiques sont partout. Mieux vaut savoir ce que racontent les cartouches et autres gravures, pour ne pas passer à côté de toute la mythologie égyptienne que nous narreront ces immenses colonnes. A moins que vous vous soyez alloué les services d’un guide, ce qui est conseillé.

Sur le plafond, où le soleil et les moussons ont épargné les hiéroglyphes, les couleurs d'origine sont encore visibles, 35 siècles plus tard !

- © Sailingstone Travel / Shutterstock

Continuer votre tour vous amènera à traverser le 3ème pylône. Vous serez alors au centre du temple d’Amon, face au soleil, si c’est le matin. Sur votre droite, l’obélisque de Thoutmosis Ier, et puis à droite encore, une succession de 4 grandes chambres entrecoupées des pylônes 7, 8 et 9 tournés vers le Nil, que vous ne pourrez pas visiter. Tournant vos pas vers le soleil, vous voilà au pied de l’obélisque de la reine Hatchepsout, le plus grand d’Égypte.

Obélisque érigé par la reine Hatchepsout, le plus grand encore debout en Égypte (29,5 m. de haut), entre les 3e et 4e pylônes.

- © Bloodua / 123RF

Une fois passé le pylône, le temple gigantesque qui vient alors se dévoiler sous vos yeux, chemin faisant, est un vrai labyrinthe et l’on vous conseille vivement d’être muni d’un plan. Après le vestibule, la partie centrale est le siège du reposoir de la barque portative du dieu Amon-Ra. Derrière, de nombreuses petites salles valent le coup d’oeil: la salle décorée de l’Akh Menou, le sanctuaire d’Amon Générateur, le jardin botanique, les chapelles successives d’Amon, de Maât et de l'Ennéade, la salle des fêtes de l’Akh Menou. Entre autres.

© Stan CALIN / 123RF

Enfin, si vous venez à plusieurs, nous vous conseillons de veiller à rester ensemble car on peut facilement s’égarer dans ce labyrinthe.

par Pascal ANTOINE | Rédacteur
Rédacteur, journaliste et photographe depuis 25 ans, ses articles ont été publiés dans la presse magazine (Voyager Magazine, Partir, Gala, 4x4 Mag, etc.). Sa focale : toujours aborder une destination par ce qu’elle a de plus captivant, sa culture.
Besoin d'aide ? Consultez le guide
Louxor
Louxor
Egypte
Egypte
Dernières actus
Tunisie
On a repéré ce bon plan : direction la Tunisie pour 8 jours à Sousse, avec le vol et l’hôtel en pension complète à partir de 469 euros !
Espagne
A moins de 2h de la France, 3 villes du Pays basque espagnol à découvrir absolument
Espagne
Baléares : ces 4 plages font partie des plus belles de Majorque ! A visiter au moins une fois
France
Si vous n'avez pas le vertige, voici une expérience insolite à faire absolument : dormir à flanc de falaise suspendu au-dessus du vide !
Toutes les actualités
Top Villes