Découvrir les paysages somptueux du Parc national de la Guadeloupe

Couvrant la quasi-totalité de Basse-Terre et une petite partie de Grande-Terre, le Parc national de la Guadeloupe s’étend sur 21 communes et plus de 17 300 hectares de forêt tropicale. À la fois terrestre et marin, ce trésor national est dominé par le volcan actif de la Soufrière et englobe plus de 130 000 hectares d’espace marin.

Reconnu réserve de biosphère par l’UNESCO depuis 1992, le Parc national de la Guadeloupe abrite une faune et une flore particulièrement riches et emblématiques des Caraïbes. Avec une multitude de sentiers balisés en forêt et le long du littoral, le territoire du parc attire chaque année plusieurs centaines de milliers de touristes, le classant en tête des lieux les plus visités en Guadeloupe.

L’histoire du Parc national de Guadeloupe

Fier de son patrimoine naturel remarquable, et guidé par la volonté de préserver la forêt tropicale et les fonds marins de Basse-Terre, le Conseil général de la Guadeloupe a mis en lumière son territoire dès les années 1970. 

Alors appelée “Parc naturel de Guadeloupe”, cette zone protégée a rejoint le rang des parcs nationaux français en février 1989, devenant ainsi le premier parc national d’Outre-mer. Ce n’est qu’en 1987 que la réserve naturelle du Grand Cul-de-sac marin a été créée, venant compléter la richesse du Parc national de la Guadeloupe.

Regroupant une zone terrestre et un large espace marin, ce parc des Caraïbes est aujourd’hui réputé dans le monde entier grâce à sa biodiversité remarquable. Pour préserver cette faune et cette flore exceptionnelles, les équipes de recherche et les agents du Parc agissent quotidiennement en faveur de l’environnement tout en assurant l’accueil du public.

Très présent sur l’archipel, le raton laveur est l’animal est devenu l’animal emblématique du Parc national de Guadeloupe.

- © photofort 77 / Shutterstock

Les espaces terrestres du parc

Entre forêt tropicale et massif montagneux, la partie terrestre du Parc national de la Guadeloupe est un véritable terrain de jeux pour les randonneurs et autres amoureux de nature. Le long du littoral ou au cœur des terres guadeloupéennes, plus de 300 kilomètres de sentiers sillonnent ce territoire unique. Parmi les sites remarquables, nous retiendrons les trois chutes du Carbet – dont la plus haute s’élève à plus de 115 mètres de hauteur – le saut de la Lézarde ou encore la cascade aux Écrevisses. Ces sites naturels magnifiques, classés parmi les plus visités de la Guadeloupe, et l’ensemble du Parc national offrent d'innombrables possibilités de visites. C’est donc sans surprise que de nombreux touristes décident de se loger au sein du parc, pour le parcourir pendant plusieurs jours.

KAZ AMOUR Guadeloupe

KAZ AMOUR

Belles chambres avec de très beaux jardins !
A partir de
84 €
Réserver

Mais en plus de ces paysages à couper le souffle et d’une végétation luxuriante, les zones terrestres du Parc national de la Guadeloupe renferme aussi de nombreuses espèces animales. Il n’est donc pas rare d’y croiser des iguanes et des ratons-laveurs, ou encore des mangoustes dans les zones cultivées. Le littoral est également le lieu de prédilection des oiseaux : hérons garde-bœufs, frégates et ortolans, tandis que les colibris nichent près des habitations pour se nourrir.

La cascade aux Écrevisses, au cœur du Parc national de Guadeloupe.

- © Patrice Hauser / EASYVOYAGE

La Soufrière : le volcan emblématique de la Guadeloupe

Surnommée "la vieille dame", la Soufrière est un volcan actif situé dans le sud de Basse-Terre, au cœur du Parc national de Guadeloupe. Toujours en activité – la dernière éruption remonte à 1976 – cet imposant volcan émet en permanence des fumerolles et fait partie des neuf volcans actifs des Caraïbes.

Souvent dans les nuages, son sommet culmine à 1 467 mètres d'altitude. Il est malgré tout facilement accessible par de petits sentiers qui font le tour du cratère en sillonnant ses flancs. À pied, son ascension ne vous prendra que deux petites heures. Cependant, méfiez-vous des températures, élevées en bas mais qui baissent rapidement avec l'altitude et l'humidité, jusqu'à atteindre moins de 10°C au sommet du volcan. Pensez tout de même à emporter votre maillot de bain, car des sources d'eau chaude vous permettront de vous baigner dans ce qui ressemble à un bain à remous… avec les odeurs de soufre en plus !

Toujours actif, le volcan de la Soufrière laisse en permanence s’échapper des vapeurs sulfureuses.

- © Filip Fuxa / Shutterstock

Les espaces maritimes du parc

Avec une superficie d’environ 135 000 hectares, dont la majeure partie est située dans la baie du Grand Cul-de-Sac Marin, l’espace maritime du Parc national de la Guadeloupe se compose de plusieurs écosystèmes : les mangroves, les herbiers de phanérogames (considérées comme des “nurseries d’espèces marines rares”) et plus de 39 kilomètres de barrière de corail. 

Les fonds sous-marins guadeloupéens regorgent de vie animale et végétale. Coraux, gorgones et éponges forment un récif corallien qui abrite environ 250 espèces de poissons, dont le petit chirurgien, le poisson-coffre, le poisson-perroquet, le poisson-ange mais aussi la murène, les crustacées, l'anémone, et la méduse, l'étoile et le concombre de mer. Plusieurs espèces de tortues ont également élu domicile dans les eaux guadeloupéennes. Enfin, au large de la Guadeloupe, vous aurez sans doute la chance d'apercevoir dauphins, cachalots et baleines.

Attention, la plongée sous-marine est formellement interdite au sein du Parc national de Guadeloupe, à l’exception du site de plongée de la Passe Colas. Le snorkeling est cependant autorisé de manière encadrée : de nombreuses sociétés organisent donc quotidiennement des expéditions d’une demi-journée.

La mangrove, entre terre et mer

Située principalement au niveau du Grand Cul de Sac marin, la mangrove est une étendue marécageuse composée d'arbres et d'arbustes, de palétuviers pour l'essentiel. On peut distinguer plusieurs milieux : la mangrove de bord de mer dominée par des palétuviers rouges qui ont en permanence les pieds dans l'eau, la mangrove arbustive avec une dominance de palétuviers noirs et la mangrove haute composée de palétuviers blancs.

Véritable écosystème, la mangrove offre un habitat à de nombreux organismes aquatiques. Elle a cependant été souvent condamnée et remplacée par des habitations ou des zones industrielles. Aujourd’hui, plusieurs compagnies proposent aux touristes des balades en barque pour découvrir la richesse de ces forêts marécageuses, essentielles pour l’équilibre de l’île.

Le Parc national de la Guadeloupe renferme de nombreuses zones de mangroves, où plusieurs espèces animales viennent se réfugier.

- © Pack-Shot / Shutterstock
par Camille Fraschini
Besoin d'aide ? Consultez le guide
Guadeloupe
Guadeloupe
Dernières actus
Portugal
A moins d'une heure de Lisbonne, découvrez cette charmante station balnéaire et son château coloré spectaculaire !
Provence-Alpes-Côte d’Azur
Exit Sainte-Maxime ou Saint-Tropez, ce petit village moins fréquenté de la Côte d’Azur possède de très belles plages
Nouvelle-Aquitaine
Corrèze : ces merveilles situées en pleine nature méritent d'être visitées au moins une fois !
Toutes les actualités
Top destinations