Publié le 29/12/2014

#Nature #Canada

Le Québec en motoneige

C'est parti pour un raid à 6 000 km de Paris. Pistes damées, lacs gelés, sentiers recouverts de poudreuse, tous les itinéraires québécois de l'hiver mènent d'une pourvoirie à l'aventure. En motoneige pour la vitesse et l'autonomie de longs trajets. Rien n'empêche à l'étape de faire un peu de traîneau à chiens, afin de retrouver l'autrefois de la Belle Province.

Launaudière, royaume de la motoneige

Launaudière, royaume de la motoneige

© Zoomteam / 123RF

Dominant le lac Archambault et le village de Saint-Donat, dans la région de Lanaudière, la montagne noire dont le point culminant s'élève à 672 mètres est appréciée pour son panorama. C'est aussi un endroit apprécié pour la proximité avec les geais gris du Canada. De nombreux motoneigistes s'arrêtent au sommet de la montagne noire pour donner à manger à ces petits oiseaux couleur gris perle, à peine plus grand qu'un merle. Ils viennent facilement manger dans la main et émettent un petit cri strident. La faune est l'un des charmes de la forêt québécoise, même en plein cœur de l'hiver. Autrefois appelé geai du Canada ou geai gris, ce petit oiseau qui tient dans la paume d'une main est aussi connu sous le nom populaire de « pie ».

France si loin si proche

France si loin si proche

© Ericlefrancais / 123RF

Située au nord-est de Montréal, la région québécoise de Lanaudière se transforme chaque année du 15 décembre au 15 mars en royaume de la motoneige. Avec plus de 2 300 kilomètres de pistes, elle offre un terrain d'aventure idéal pour les amateurs de ce sport mécanique. Lanaudière est reconnue par les revues spécialisées comme étant l'une des meilleures destinations de motoneige à travers le monde. Son territoire inclut la majeure partie du Parc national du Mont-Tremblant, le plus grand parc national au Québec. D'immenses forêts boisées, des lacs gelés entourés de chalets en bois, des réserves fauniques désertiques, des montagnes enneigées? Ses pistes et ses sentiers sont réputés jusqu'aux Etats-Unis. On croise beaucoup de motoneigistes américains qui viennent se frotter aux nombreux circuits de la région. « Aujourd'hui, Saint-Donat est considéré comme la capitale de la motoneige pour la diversité de ses sentiers et des ses pistes », explique Didier Garnier. Installé dans le village, ce Français originaire de Cannes a monté une affaire de location de motoneiges : « Méga Evasions ».

A la sortie de la pourvoirie du Lac Blanc, à la frontière entre la région de Lanaudière et de la Mauricie, un panneau indique la direction de... Paris. Pas moins de 6 000 kilomètres séparent cet endroit de la capitale française ! C'est un clin d'œil aux relations étroites qui existent toujours entre la France et le Québec. N'oublions pas qu'au Québec, le français constitue la langue maternelle de plus de 80 % de la population. En vertu de la loi 101 de 1977 qui affirme la primauté du français et en fait la langue officielle du Québec, les panneaux de signalisation sont rédigés, de ce côté-ci de l'Atlantique, en français ! Une règle en vigueur et appliquée, comme on le voit, dans la région de Lanaudière, qui revendique haut et fort son attachement à la langue et à la culture française...

Le scooter des neiges a 48 ans !

Le scooter des neiges a 48 ans !

© Pilens / 123RF

Encore peu développée en France, la motoneige est très répandue au Québec. C'est même au Québec qu'est née la motoneige moderne. Moyen de locomotion adapté à la rigueur de l'hiver canadien, capable de se faufiler sur des sentiers étroits comme dans des champs profonds, le scooter des neiges a été inventé en 1959 au Québec par Joseph-Armand Bombardier sous la marque « ski-doo ». Le « ski-doo » deviendra un véritable phénomène social au Québec, avec la création de clubs de motoneigistes et l'aménagement de pistes damées. Au fil du temps et avec le perfectionnement des machines, la motoneige est devenue un sport de loisirs à part entière. Au Québec, la région de Lanaudière est appréciée pour l'étendue et la diversité de ses pistes.

Sur les pistes damées, véritables « autoroutes » conçues pour faire de la vitesse, les risques de collision avec d'autres motoneigistes sont réels. Ce panneau, très fréquent sur les bords de piste, indique un virage étroit et un risque de collision possible. Comme sur la route, il y a des consignes, des règles, des priorités et un "fair play" à respecter sur les pistes de motoneige. Il faut toujours conduire en étant au maximum sur la droite afin de laisser la place à ceux qui arrivent en face. En cas de dépassement par l'arrière, il faut ralentir et se décaler sur la droite pour laisser passer le motoneigiste. Il ne faut jamais dépasser un véhicule sans avoir une visibilité nette de la piste (buttes, brouillard, piste trop étroite?) Enfin, toute une série de gestes avec la main existent pour prévenir et informer ses partenaires de l'arrivée de motoneiges. Ces gestes simples (bras tendu indiquant avec sa main le nombre de motoneiges, poing serré pour signaler qu'il n'y a plus de motoneiges) sont compris par l'ensemble des pratiquants de ce sport mécanique.

Situé en plein centre de la région de Lanaudière, Saint-Côme expose les plus belles sculptures sur glace, à l'occasion du festival « Saint-Côme en glace ». C'est le plus vieux festival de sculptures sur glace de la région, né en 1967. Les habitants de Saint-Côme produisent chaque année 40 000 pieds cubes de glace ( 1 132 mètres cubes) et déplacent plus de deux millions de livres de glace (910 000 kilos). Où se tiennent toutes ces figures glacées ? Dans la rue Principale, bordée de restaurants, de commerces et d'auberges. Les participants rivalisent d'imagination pour donner corps à de véritables œuvres sur glace. De l'avion aux ailes de glace en passant par la motoneige givrée, ou encore ici un coq gaulois fait de neige glacée, toutes ces sculptures transparentes donnent à Saint-Côme un charme particulier. C'est en plein hiver, durant les mois de janvier et de février que se tient ce festival. Le village vit alors au rythme des sculptures sur glace, avant qu'elles ne disparaissent sous le soleil.

Attention.... Dangers !

Attention.... Dangers !

© Henryk Sadura / 123RF

Véritable scooter des neiges, la motoneige est capable de se faufiler partout, même sur des petits ponts en bois pour traverser une rivière gelée. Grâce à la puissance de sa motorisation, à la robustesse de ses chenilles et à sa facilité de maniement, la motoneige est le seul véhicule capable d'affronter les pièges et les obstacles naturels pendant l'hiver québécois. Ici, nous sommes sur le Pont Suspendu de la rivière Ouareau, entre Saint-Donat et Saint-Côme, au cœur de Lanaudière. « Ce pont en bois permet de traverser en toute sécurité la rivière Ouareau », me confie Jean Charpentier, qui m'accompagne dans ce raid de plus de 600 kilomètres en motoneige dans la région de Lanaudière. « La traversée de rivières ou de lacs glacés est possible. Cependant, il faut faire très attention : les conditions d'enneigement et la température sont primordiales. En cas de réchauffement, la glace se fragilise et le poids de la motoneige peut briser la glace », met-il en garde.

Passe-partout

Passe-partout

© Svetlana Gorodetskaya / 123RF

Tous en piste

Tous en piste

© Glen Gaffney / 123RF

Glace sculptée

Glace sculptée

© Jaroslaw Grudzinski / 123RF

La magie du Québec en hiver se conjugue aussi avec la nature à travers les randonnées en chiens de traîneau. Nous sommes en plein hiver, tôt le matin, sur les bords du Lac Blanc, à la limite des régions de Lanaudière et de la Mauricie. Une meute de chiens « Alaskan huskies » attendent patiemment le « musher », le maître conducteur. Alors qu'un épais brouillard envahit l'horizon, les chiens se mettent à hurler, tels des loups comme dans le roman de Jack London, « Croc Blanc ». Quelques minutes plus tard, cette meute de chiens s'élancera sur la neige glacée du Lac pour disparaître dans la brume matinale. Moment fort de toute escapade aventure au Québec, la randonnée en chiens de traîneau offre le plaisir de la découverte de la forêt et des lacs, au rythme des chiens de traîneau. Tout l'attrait consiste à se laisser tirer par les chiens de traîneau dans le silence de la forêt. Une activité que l'on peut facilement réaliser dans le cadre d'un raid en motoneige, le temps d'une demi-journée, pour s'initier à l'un des sports de glisse les plus répandus au Québec. La région de Lanaudière offre un terrain d'aventure sans égal, avec ses réserves fauniques, ses lacs gelés et son parc naturel du Mont Tremblay.

Jusqu'à 200 km par jour

Jusqu'à 200 km par jour

© Moodboard / 123RF

Près de 35 000 kilomètres de pistes de motoneige sillonnent le territoire québécois. C'est un moyen idéal en hiver pour parcourir la Belle Province. Pour les plus sportifs, il est possible d'effectuer, sur plusieurs jours, des véritables raids à motoneige, sacs à dos à l'arrière, avec des étapes dans les nombreuses pourvoiries du Québec. En fonction du niveau, de la forme, de la qualité des pistes et des conditions météorologiques, on peut parcourir environ 200 kilomètres par jour, en partant tôt le matin, car le soleil se couche vite dans ces contrées. Pour découvrir la région de Lanaudière, comptez environ une semaine en raid à motoneige, avec une moyenne de 150 à 200 kilomètres par jour. A seulement 1 h 30 de voiture de Montréal, Saint-Donat constitue une porte d'entrée idéale pour partir à l'aventure dans la région de Lanaudière. Parmi les sites les plus intéressants, il y a le lac Taureau, au nord, la réserve faunique Mastigouche, plus à l'est, le parc national du Mont-Tremblant, à l'ouest, et enfin le village de Saint-Côme plus au sud.

Faune hivernale

Faune hivernale

© Lindsey Browes / 123RF

Au pays des Croc Blanc

Au pays des Croc Blanc

© Roman Krochuk / 123RF