Publié le 06/01/2015

#Culture #Vietnam

J'ai dormi chez les Lolos

J'ai testé 8 jours dans une ethnie minoritaire du Nord Vietnam : les Lolos. Si ce nom vous dit quelque chose, c'est que vous avez vu l'émission Rendez-vous en terres inconnues avec Frédéric Michalak. J'y suis allée moi aussi ! Voilà l'histoire de ma rencontre avec ce peuple du bout du monde, qui vit en pleine montagne avec les moyens de nos ancêtres. Un voyage extraordinaire qui amène à se poser de vraies questions sur l'éternel conflit qui ne devrait pas en être un...Tradition vs modernité.

Rencontre avec ce peuple du bout du monde

Rencontre avec ce peuple du bout du monde

© C.Balland

Les Lolo sont reconnaissables grâce à leur tenue traditionnelle. Si certains Lolos commencent à porter des tenues d'autres tribus achetées au marché car moins chers, cela reste une exception et la majorité des filles portent la même tunique que leur mère et grand-mère. Un mois de broderie est nécessaire pour confectionner une tenue et le résultat est superbe. Les femmes portent une veste courte et noire avec les manches colorées de bandes jaunes, roses et vertes sur un pantalon très large mais assez court pour ne pas gêner la marche et un foulard dans les cheveux. La tenue des hommes est plus simple et se limite souvent à une veste noire attachée sur le côté. Les Lolos n'ont pas de religion, cependant un prêtre célèbre les mariages et enterrements. Animistes, ceux-ci dorment toujours avec une petite lumière ou une bougie pour faire fuir les fantômes. La plus importante tradition repose sur le chef de village qui assure le culte des ancêtres et conserve les tambours sacrés, instruments permettant la communication entre le monde des vivants et le monde des morts. Lorsque quelqu'un meurt, des sacrifices d'animaux et des danses rassemblent toute la famille mais aussi le village. A cette occasion, les tambours rythment les cérémonies pendant trois jours.

Les Lolos, qui sont-ils ?

Les Lolos, qui sont-ils ?

© Constance Balland / EASYVOYAGE

Un village isolé

Un village isolé

© Constance Balland / EASYVOYAGE

Fréderic Michalak, suite à son passage dans l'émission et son expérience de vie chez les Lolo noirs, a créé en 2010 l'association humanitaire « Tends La main ». Celle-ci a pour but d'aider les minorités sur leur développement, l'éducation et la santé. Chez les Lolo noirs, l'association tente de mettre en place des panneaux solaires et pompes à eau et de créer une micro-économie. Une maison de la culture a été construite grâce aux dons pour permettre aux familles de se retrouver afin de discuter de l'avenir du village ou de dispenser des cours d'écriture du soir. Ce lieu est aussi un lieu pour se distraire dans un espace confortable et spacieux. Plus d'infos sur le site de l'association Tends la main.

Lolo, rando, dodo...

Lolo, rando, dodo...

© Constance Balland / EASYVOYAGE

Les Lolo sont très actifs au quotidien. Aller chercher du bois, planter ou récolter de jeunes pousses de riz, emmener les bêtes dans des champs pour qu'elles paissent, préparer la pitance pour les cochons, faire sécher le riz, laver le linge, tout cela dans un environnement montagneux, rendant les déplacements longs et fatigants. Cependant la condition physique de cette communauté n'a rien à voir avec la nôtre. Habitués à se déplacer en montagne, cette population a acquis une bonne expérience de randonnée. Leur rythme est calé sur le soleil et les réveils très matinaux. Les femmes sont plus actives que les hommes, et ces derniers le reconnaissent eux-mêmes. En plus des tâches ménagères, bien que la nourriture ne soit pas exclusivement préparé par ces dernières, elles participent aussi au travail dans les champs, préparent la pitance, et coupent du bois.

Le village vit majoritairement du riz. Deux modes de culture ont été mis en place : le riz en terrasse, dont le rendement est important mais dépendant de la pluie et le riz sauvage, cultivé sur les collines qui présente l'avantage d'être peu gourmand en eau mais qui s'avère moins productif et qui épuise vite les terres. Repiquer les jeunes pousses de riz, les transporter d'une rizière à l'autre, moissonner, désherber, réparer les rizières, le travail de la terre est très physique. Une fois récolté, deux fois par an, le riz est vendu au marché de Bao Lac, situé à 4 heures de marche du village. Même si le maïs et le soja sont aussi cultivés, le riz reste la principale ressource et ne permet pas aux villageois d'avoir un niveau de vie élevé. Le tourisme est un bon moyen pour eux d'envisager d'autres revenus.

Le quotidien des Lolo commence tôt le matin, vers 4 heures et c'est toute la maison qui se réveille au son de la préparation de la pitance pour les cochons, les coqs prennent la relève, suivis du crépitement du feu pour faire chauffer l'eau. Dans ces habitations en bois, la pièce principale, voire l'unique pièce est éclairée et chauffée par un large foyer qui fait office de cuisine. C'est dans cette pièce que vit et mange la famille, que sont stockés les denrées alimentaires et le matériel de cuisine, travail et couture. Parfois, cette pièce ouvre sur de petites chambres (l'une pour les enfants, l'autre pour les parents) fermées par un tissu et uniquement meublées de paillasses. Un voyage chez Lolo, c'est aussi vivre leur quotidien, dormir sur une paillasse avec toute la famille, faire abstraction de la fumée, des bruits et des odeurs, aider à semer, désherber, replanter, aller faire paître les bêtes, sortir le riz pour le faire sécher, etc. Un travail physique qui permet de nouer des liens avec ce peuple qui parle rarement anglais mais dont le sourire et les gestes suffisent à se faire comprendre.

Nomade Aventure, tour-opérateur spécialisé dans les « voyages rencontres » propose dans son catalogue une immersion au cœur de cette ethnie minoritaire à partir de 1899 euros les 14 jours. Plus d'informations sur le voyage Nomade Aventure
Formalités : Pour entrer sur le territoire vietnamien, vous devez être titulaire : - d'un passeport signé, valide 6 mois après la date de retour - d'un visa obligatoire Pour obtenir votre visa : Se déplacer à l'ambassade du Vietnam à Paris pour en faire la demande (délais d'obtention = de 7 à 15 jours / coût = environ 60 euros) Ambassade du Vietnam : 62-66, rue Boileau, 75016 Paris. Tél. : 01-44-14-64-00. Plus d'informations sur le Vietnam

Il faut marcher 3 heures depuis la route pour atteindre le village perché à 1200 mètres d'altitude, dans la province de Cao Bang . Environ 56 familles, soit 350 à 450 personnes y vivent à l'écart du reste du monde. Chaque fratrie vit dans une maison en bois sur pilotis qui, même si elle ne correspond pas à l'architecture traditionnelle des Lolo, mais plus à celle des Hmongs (autre ethnie qui habite les montagnes), présente de nombreux avantages. Au niveau du sol, les animaux (cochons, poules et vaches) ont élu résidence, craignant moins la pluie et la boue que les habitants qui vivent à l'étage. Au cœur de la nature, autrefois entourées de jungle habitée de tigres, les maisons sont désormais entourées de plantations de riz sauvage ou en escaliers et de forêts de plus en plus rares.

Il existe une école à 20 minutes à pied du village, une broutille pour ces enfants qui parcourent plusieurs dizaines de kilomètres par jour dans la montagne. Certains vont dans d'autres écoles à 2 heures de marche. Alors que la crèche est installée dans une sorte d'étable, l'école est un vrai bâtiment en dur avec 5 classes d'une quinzaine d'élèves. Mais la vie étant difficile, certains enfants ne vont pas à l'école et aident leurs parents aux champs. Notamment, ceux dont l'un des parents est parti travailler quelques semaines ou mois en Chine (située à 14 heures de marche) pour gagner un peu plus d'argent. Encore une fois, c'est un retour dans le passé qui s'opère lorsque l'on visite cette école. Pupitres en bois, grand tableau noir au mur au-dessus duquel trône le portrait d'Ho Chi Minh.

Le riz, l'or de la région

Le riz, l'or de la région

© Constance Balland / EASYVOYAGE

Les Lolo appartiennent au groupe tibéto-birman des Yi et sont originaires de Chine du Sud. Brimés dans la Chine du XVIIIème siècle, quelques clans ont migré vers le Nord Vietnam où ils sont désormais quatre mille deux cents. Cette ethnie, l'une des plus petites minorités du pays, est divisée entre les Lolo blancs et les Lolo noirs. Ces derniers, environ mille huit cent soixante, sont établis dans les massifs surplombant la région de Bao Lac, dans le Nord-Ouest de la province de Cao Bang. C'est à Khuoi-Khon, un village à l'écart des autres que nous avons élu résidence. Accueillis par Mr Hai, notre hôte, le chef du village, Pau Van Nguyen, veille sur le bon fonctionnement de la communauté. Agé de 25 ans, le chef a été élu après la mort de son prédécesseur.

Vie quotidienne

Vie quotidienne

© Constance Balland / EASYVOYAGE

A l'école

A l'école

© Constance Balland / EASYVOYAGE

Traditions et religion

Traditions et religion

© Constance Balland / EASYVOYAGE

Esprit solidaire

Esprit solidaire

© Constance Balland / EASYVOYAGE

Association Tends la Main

Association Tends la Main

© Constance Balland / EASYVOYAGE

Informations pratiques

Informations pratiques

© Constance Balland / EASYVOYAGE