• Connexion

Les vacances à crédit

Conseil Pratique

Plusieurs types d'organismes peuvent vous consentir un crédit pour financer vos vacances.
Les banques peuvent vous proposer un crédit personnel (sans justification de dépense) ou un crédit revolving (renouvelable en permanence). Renseignez-vous sur les taux de crédit, car un découvert autorisé et négocié avec votre banque peut se révéler parfois plus avantageux qu'un crédit pour le règlement de petites sommes. Même si les taux du découvert sont souvent un peu plus élevés que ceux du crédit, ils n'entraînent ni assurance ni frais de dossier.
Certains voyagistes sous-traitent avec un établissement bancaire ou un organisme spécialisé (type Cetelem, Cofinoga, Sofinco) pour un crédit de courte durée ou un crédit revolving. Certains organismes les plus importants ont même créé des cartes spéciales pour les vacances (par exemple la carte Impulsion de Nouvelles Frontières). Profitez souvent d'un différé de paiement totalement gratuit pouvant aller jusqu'à 1 mois environ. Pour les règlements en plusieurs mensualités, faites le calcul total du coût de votre séjour, car les taux sont souvent élevés (de 9 à 11 % fréquemment) même si le paiement mensuel semble modeste. De plus, d'autres voyagistes ont leur propre système de crédit : acompte et solde payable au retour en plusieurs mensualités, ou "réserves d'achats" qui s'apparente au crédit revolving. Il existe aussi des "plans d'épargne vacances" : acompte + mensualités prélevées jusqu'à la date du départ.
Des organismes financiers, type Cetelem, Cofinoga, Sofinco, proposent également directement des crédits à la consommation. Ils se réservent le droit d'accorder ou non un crédit à un emprunteur après s'être assuré de sa solvabilité, dans un délai de 7 jours après la signature de l'offre préalable de crédit.
Lors d'un achat à crédit, l'organisme prêteur peut vous proposer une assurance qui se substituera à vous si vous ne pouvez plus rembourser (décès, invalidité, chômage...).

En cas de mauvaises prestations des services

  • Même si la prestation de service présente des défauts, vous ne devez pas, d'autorité, interrompre le remboursement du crédit. Seul le juge peut l'ordonner. Dans le cas d'une action engagée contre le vendeur, vous devez toujours aviser votre organisme de crédit de votre action en justice.
  • Dans le cas d'un contrat annulé ou résolu judiciairement (pour vice caché ou non-exécution des obligations du vendeur), le contrat de crédit est alors automatiquement annulé (ou résolu) par le juge. L'établissement financier doit vous restituer toutes les sommes versées par vous-même au titre des remboursements, intérêts, dépôts et autres frais accessoires.
  • Si l'annulation du contrat de vente résulte du fait du non-respect des obligations du vendeur, celui-ci peut-être condamné, à la demande du prêteur, à rembourser le prêt à votre place. En outre, l'établissement financier et vous-même pouvez réclamer au vendeur le paiement de dommages et intérêts.

Adresses utiles

  • Institut National de la Consommation (INC)
  • 80, rue Lecourbe, 75732 Paris Cedex 15. Tél. : 01 45 66 20 20. Sur Internet : www.conso.net. Voir la fiche " La vente à crédit ", disponible au public gratuitement.
  • La Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DCCRF) de votre département.
Tous les thèmes conseils pratiques