Publié le 22/11/2022

#Sécurité #Mexique

Les villes les plus dangereuses du monde

Derrière un décor de carte postale, se cache souvent une réalité bien différente. Des villes aux apparences calmes et touristiques qui se révèlent dansgereuses pour les touristes mais aussi pour les habitants. Taux de criminalité, agressions ou simples vols à l'arraché, voici dix villes considérées comme les plus dangereuses au monde. Beaucoup d'entre elles se trouvent en Amérique du Sud mais pas de panique, il s'agit très souvent de villes agréables la journée mais dans lesquelles il n'est pas recommandé de se promener la nuit, seul.

 

© sarahjanet/123rf

Los Cabos (Mexique)

Véritable décor de carte postale, la station balnéaire de Los Cabos est pourtant l'une des villes les plus dangereuses du monde. En 2017, les autorités ont enregistré un taux d'homicide record de 111,3 sur 100 000 habitants. Les 328000 habitants de la municipalité sont quotidiennement exposés aux meurtres, vols et autres agressions. Ces dernières années, Los Cabos s'est toutefois renforcé contre ce phénomène, notamment en augmentant le nombre de policiers, patrouillant dans la ville.

 

© Anton Ivanov/123rf

Caracas (Vénézuela)

Touché par une grave crise économique et humanitaire, le Vénézuela traverse l'une des périodes les plus sombres de son histoire. Au centre des tensions, la capitale Caracas et ses 3 millions d'habitants, qui a compté pour l'année 2017 près de 3 387 meurtres. Rongée par la criminalité et la corruption, la ville était autrefois très réputée pour ses musées et ses nombreux parcs naturels.

 

© elhielo/123rf

Acapulco (Mexique)

Deuxième ville mexicaine de ce classement, Acapulco est elle aussi prisée pour ses plages de rêves et son climat agréable toute l'année. Malheureusement, au fil du temps, les touristes ont laissé place aux militaires qui investissent la zone pour tenter de la sécuriser. Les 700 000 habitants doivent faire face depuis de nombreuses années à une guerre permanente entre différents cartels. L'explosion de la criminalité dans la ville et les 1400 morts recensés depuis 2016 ont fait d'Acapulco l'une des destinations les moins sûres du monde.

 

© marchello74/123rf

Fortaleza (Brésil)

Au nord-est du Brésil, Fortaleza est elle aussi un lieu apprécié des touristes, qui viennent arpenter ses 34 kilomètres de plages et ses nombreux lieux culturels. Pourtant, derrière la beauté de cette ville côtière, se cache une criminalité importante avec plus de 3 270 homicides enregistrés en 2017. Les 4 millions d'habitants sont quotidiennement confrontés à des heurts entre gangs violent et policiers. La ville qui a accueilli plusieurs rencontres de la Coupe du Monde de football en 2014, est aujourd'hui fortement déconseillé aux touristes par plusieurs États.

 

© benjamin boeckle/123rf

Le Cap (Afrique du Sud)

Minée par la violence et les conflits raciaux, l'Afrique du Sud compte de nombreuses villes considérées comme dangereuses. Au sud-ouest, le Cap est l'une des plus touchées par le phénomène. Dans les townships (bidonvilles), situés en périphérie de la ville, les gangs font quotidiennement des dizaines de victimes. Face au près de 2000 morts recensés en 7 mois dans la ville, le gouvernement annonçait en début du mois le déploiement de l'armée en soutien de la police.

 

© urfl/123RF

San Pedro Sula (Honduras)

Au coeur d'un des pays les plus violents du monde, San Pedro Sula est surnommée la "capitale mondiale du crime". Avec plus de 7 000 morts chaque année, la deuxième ville du pays semble s'être enrayé dans une spirale infernale que les autorités ne parviennent pas à arrêter. Haut lieu du trafic de cocaïne en Amérique du Sud, San Pedro Sula est aujourd'hui livré aux gangs.

Si l'Amérique du Sud est réputé pour ses nombreuses régions touristiques, certains pays peinent aujourd'hui à attirer les visiteurs en raison d'une criminalité croissante, favorisée par la pauvreté et le manque de travail.

Au Brésil, au Mexique ou au Honduras, le trafic de drogue a pris ces dernières années une toute autre ampleur, et les autorités se montrent incapable d'endiguer le phénomène. L'insécurité régnant dans les villes fait fuir les touristes, et accentue les déficits économiques des pays concernés.

 

© f8grapher/123RF

Tijuana (Mexique)

À l'instar de Ciudad Juarez, la ville de Tijuana souffre elle aussi de la violence du trafic de drogue. Les autorités estiment que les cartels implantés dans la ville sont à l'origine de 5 000 à 6 000 meurtres chaque année. Principaux point de passage de la drogue vers les États-Unis, Tijuana est également confronté à d'immenses problèmes d'insécurité (vols à l'arraché, braquage...).

 

© Glenda M.Powers/123rf

Port-au-Prince (Haïti)

Peu épargné par les catastrophes climatiques, ces dernières années, Haïti est aujourd'hui l'un des pays les plus pauvres du monde. Alors que le petit État caribéen peine à se reconstruire, ces villes sont minées par la violence et les meurtres, toujours plus nombreux. Avec 495 homicides, l'an dernier, Port-au-Prince semble livrée aux mains des gangs qui profitent de l'impuissance des autorités pour dicter leur loi.

 

© Nicolas de Corte/123RF

Natal (Brésil)

Avec 17 villes classées parmi les plus dangereuses du monde, le Brésil se retrouve ces dernières années face à un immense défi sécuritaire. Au nord-est du pays, la ville de Natal n'échappe pas aux tensions. Dépassées par les violences et la criminalité, notamment dans les prisons, les autorités ne parviennent plus à endiguer le phénomène et on estime qu'aujourd'hui dans la région du Rio Grande do Norte une personne meurt sous les balles toutes les dix minutes en moyenne.

 

© Simon Dannhauer/123RF

Guatemala City (Guatemala)

Comme bon nombre de pays d'Amérique du Sud, le Guatemala est gangrené par le trafic de drogue et les nombreux cartels violents. La capitale Guatemala City semble toujours plongé dans la guerre civile qui secoua le pays durant plus de 30 ans (entre 1960 et 1990). Bien que les richesses culturelles de la ville pourraient permettre de favoriser l'éclosion d'un tourisme de masse, l'insécurité régnant dans la ville empêche pour le moment tout développement économique.