• Connexion
10 mesures qui font que les villes sont les plus propres
Publié le 04/09/2015

EnvironnementSingapour

Twitter Facebook 84 partages

Crottes de chien, tags et autres graffitis, mégots de cigarette, poubelles qui débordent, Paris ne joue pas vraiment la carte écologie environnement. Ce n'est pas nouveau, mais les années passent et la situation se dégrade. Les touristes se plaignent de plus en plus de la saleté de notre capitale et il serait bon de s'inspirer des mesures qui ont fait leurs preuves ailleurs et de les appliquer en France, à commencer par sa vitrine, la ville lumière.

Alors que l'environnement est devenu un sujet de société et même de politique majeur ces dernières années, on est bien obligé de constater que la ville de Paris n'est pas vraiment pionnière en la matière. Connue comme étant la capitale mondiale de la crotte de chien (qui n'a jamais marché sur des déjections canines sur le bitume parisien ?), la capitale croule aussi sous les mégots, tandis que la mairie a versé plus d'un million d'euro en 2013 pour renouveler les corbeilles de rue pour les remplacer par des poubelles trop petites qui débordent tout le temps. Quant aux graffitis et autres tags, ils fleurissent un peu partout dans les rues de "la plus belle ville du monde".

Face à l'autosatisfaction de l'équipe municipale qui ne voit pas de problèmes de propreté à Paris, et alors que la ville s'apprête à recevoir la COP21, la grande conférence mondiale sur le climat du 30 novembre au 11 décembre prochain, la mairie de Paris serait bien inspirée de voir ce qui se fait de mieux en matière environnementale dans les grandes métropoles du monde, et qui ont donné des résultats probants. Sinon, il est à craindre que le syndrome de Paris qui frappe les Japonais et autres touristes qui idéalisent un Paris d'"Amélie Poulain" et de "Ratatouille" a de beaux jours devant lui ! Etat des lieux des mesures qui ont fait leur preuve pour rendre les villes plus propres.

La tolérance zéro comme à New York

La tolérance zéro comme à New York
© Tongro Image Stock

La tolérance zéro a fait ses preuves à New York en matière de délinquance, devenu l'une des grandes villes les plus sûres des USA sous la houlette de Rudolph Giuliani qui fut maire de la Grosse Pomme de 1994 à 2001. Cette méthode s'est révélée efficace contre la criminalité, pourquoi pas pour l'environnement ? La mairie de Paris vient d'instaurer une amende de 68 euros pour les mégots jetés en pleine rue. Si cette mesure est vraiment appliquée, les fumeurs y regarderont à deux fois avant de commettre leur forfait ! Quant à celui qui a tagué un mur de ces beaux graffitis, il rigolera moins s'il passe des heures à le nettoyer ! A défaut de mettre en prison le propriétaire du chien qui a déféqué sur le trottoir, une amende suffisamment salée pour être dissuasive serait peut-être salutaire. La tolérance zéro, oui, à condition de pouvoir identifier les responsables. Une seconde mesure peut s'avérer indispensable, même si elle fera sans doute polémique : la délation.

La délation comme au Royaume-Uni

La délation comme au Royaume-Uni
© Tomas Marek / 123RF

Au Royaume-Uni, lors de leur immatriculation, les chiens subissent un prélèvement ADN qui permet aux policiers de retrouver le cabot coupable si une déjection est laissée sur le trottoir. Un moyen imparable de retrouver son maitre, qui devra s'acquitter d'une amende pouvant aller jusqu'à 1000 livres ! Aux Etats-Unis, la municipalité de Stanford, célèbre pour son université, récompense à hauteur de 90 euros les personnes qui dénoncent les propriétaires de clébards n'ayant pas ramassé les crottes de leur « meilleur ami » dans la rue. Un moyen d'arrondir ses fins de mois en participant au bien-être de la collectivité et à l'amélioration de son cadre de vie ! Autre possibilité, l'installation de caméras de vidéo-surveillance pour appréhender preuve à l'appui ceux qui se rendent coupables de crimes écologiques.

Multiplier les interdits comme à Singapour

Multiplier les interdits comme à Singapour
© Noppasin Wongchum / 123RF

Dans la Cité Etat de Singapour, vous ne trouverez pas un papier par terre, pas de crotte de chien, pas un mégot et pas un chewing-gum. Il faut dire que l'importation et la vente de chewing-gum sont interdites. De plus, cracher un chewing-gum peut vous coûter 1000 $S d'amende tout de même ! En revanche, vous avez le droit de les consommer, contrairement à une idée reçue. Vous êtes fumeurs ? Sachez que les cigarettes sont interdites dans les lieux publics, avec là encore, une amende de 1000 $S pour les contrevenants. Même dans la rue, fumer à moins de 5 mètres de certains hôtels vous coûtera 500 euros d'amende ! Des endroits dédiés sont à disposition, il faut les respecter. Les ascenseurs sont équipés de caméras et systèmes de blocage automatique pour piéger ceux qui auraient la mauvaise idée d'uriner. Toujours la même punition, 1 000 $S si on vous surprend en train de laisser tomber des détritus dans la rue ou de cracher en public. Même le fait d'oublier de tirer la chasse d'eau dans des toilettes publiques est considéré comme un délit passible de 150 $S d'amende. Par ailleurs, il est formellement interdit de fumer, boire ou manger dans le métro. Autant d'interdits qui peuvent paraitre un brin exagéré, mais dont le résultat pour le visiteur étranger est plus que satisfaisant comparé à ce que sont devenus nos rues : on pourrait presque manger par terre à Singapour, où les sols brillent de propreté partout, à commencer par l'aéroport international de Changi. Un bonheur !

Une ville sans voiture à Curitiba au Brésil

Une ville sans voiture à Curitiba au Brésil
© Adrian Moss / INMAGINE

Capitale écologique du Brésil, Curitiba est un modèle de développement écologique, notamment dans le domaine du transport. Son ancien maire, architecte de profession, estime que les villes sont faites pour les gens et non pas pour les voitures. C'est lui qui fut à l'origine du métro de surface, en réalité un bus gigantesque, le plus grand du monde, qui quadrille sa ville et a permis de diminuer de 30 % la pollution aérienne. Ce métro de surface (métro-bus) a fait des émules à Bogota mais aussi à Los Angeles avec son Bus Rapid Transit (BRT), ou encore à Nantes avec son BHNS (bus à haut niveau de service), également connu sous le nom de Busway. Ces gros bus à forte capacité ont leur propre voie, comme le tramway, ce qui permet d'éviter les embouteillages. Régulièrement récompensée comme la ville la plus innovante au monde, notamment pour la qualité de son système de transport en commun, Curitiba pourrait être une source d'inspiration pour Paris, victime récurrente de la pollution automobile ! Un exemple suivit par Wellington, la capitale de la Nouvelle Zélande, où 33% des habitants voyagent en bus. A Amsterdam aux Pays Bas ou encore à Freibourg en Allemagne, on retrouve ce même pourcentage, mais pour ceux qui se déplacent à vélo !

Le projet futuriste de Masdar aux Emirats Arabes Unis

Le projet futuriste de Masdar aux Emirats Arabes Unis
© DR

La ville de Masdar n'existe pas encore mais cette future ville nouvelle et ville verte située à 30 km à l'Est d'Abu Dhabi, à proximité de son aéroport international, sera la première ville de la planète entièrement écologique, sans émissions de carbone et sans déchets. En construction depuis février 2008, Masdar devrait accueillir jusqu'à 50 000 habitants et 1 500 entreprises en 2020. Les toits de la ville seront recouverts de 5000 m² de panneaux photovoltaïques.

Un téléphérique urbain comme à Medellín en Colombie

Un téléphérique urbain comme à Medellín en Colombie
© DR

Deuxième ville la plus peuplée de Colombie, Medellin a longtemps été associé à son cartel ainsi qu'au baron de la drogue Pablo Escobar. Désormais, elle se distingue par ses innovations en matière de transports et d'environnement. Elue « ville la plus novatrice de l'année » en 2013 par Citi, l'Urban Institute et le Wall Street Journal, Medellín démontre comment un aménagement urbain bien pensé favorise le développement durable. Medellin est ainsi fière de son système de téléphériques qui relie les bidonvilles des collines au centre-ville. A Londres, un téléphérique urbain enjambe la Tamise pour relier le quartier de Greenwich et l'O2 Arena, tandis qu'à Brest, ce moyen de transport permettra dès l'été 2016 de relier en trois minutes le quartier de Siam à celui des Capucins en enjambant les deux rives de la rivière Penfeld. Enfin, dans le Val-de-Marne, le Téléval devrait relier la ville de Créteil aux communes de Limeil-Brévannes, Valenton et Villeneuve-Saint-Georges, à partir de 2019, et pourra embarquer 13 000 voyageurs par jour. A quand une liaison aérienne inter-gares à Paris ?

Les murs anti-pipi à Hambourg et San Francisco

Les murs anti-pipi à Hambourg et San Francisco
© DR

La municipalité de Hambourg en Allemagne a été la première a tester un dispositif imparable pour dissuadé ceux qui ont l'habitude de soulager leur vessie sur les murs, en inventant un système de peintures hydrophobes qui renvoient les jets d'urine sur les chaussures. De quoi y réfléchir à deux fois avant de recommencer ! C'est l'arroseur arrosé, que l'on retrouve désormais sur les murs de San Francisco. On murmure qu'à la mairie de Pairs, on serait intéressé par ce système...

L'Allemagne championne du tri sélectif

L'Allemagne championne du tri sélectif
© DR

Encore une bonne initiative pour l'environnement qui nous vient d'Allemagne : les collecteurs de bouteilles vides. Là-bas, on les appelle les « Pfandsammler ». Ils écument les parcs et les rues pour récolter les bouteilles vides, histoire d'arrondir leur fin de mois. En effet, la majorité des boissons allemandes sont consignées : on les achète un peu plus cher, moyennant quoi chacun peut récupérer une petite somme en rapportant les bouteilles vides. Le tarif est de 8 centimes pour une cannette de bière, 15 centimes pour une bouteille en plastique et 25 centimes si la bouteille n'est pas recyclable. Un tel système à Paris encouragerait de nombreux SDF à nettoyer les rues de la ville !

Multiplier les espaces verts comme à Vancouver

Multiplier les espaces verts comme à Vancouver
© DR

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Paris ne brille pas par ses espaces verts. La comparaison avec Londres est cruelle. Certes, la capitale n'a pas non plus la place pour des forêts urbaine comme Central Park à New York ou Stanley Park à Vancouver (encore 10 fois plus étendu !), mais on pourrait suivre l'exemple du Danemark et de sa capitale Copenhague, qui n'est pas vraiment une métropole. La capitale danoise est un modèle pour beaucoup d'autres villes au monde avec ses eaux de baignade propres, ses parcs et ses réserves naturelles. Une ville verte tapissée de jardins urbains où les habitants se baignent dans le port, et dont la quasi-totalité des habitants peut rejoindre à pied un grand espace vert en moins de 15 minutes pied.

Faire appel à l'expertise d'opérateurs de référence comme à Marrakech

Faire appel à l'expertise d'opérateurs de référence comme à Marrakech
© Apollon / age fotostock

Opérateurs de référence dans la gestion des recyclages et gestion des déchets industriels et ménagers, les entreprises françaises Derichebourg et Nicollin étaient en compétition lors de l'appel d'offre pour la gestion des déchets de la ville de Marrakech, capitale touristique du Maroc. Réputée pour son souci de l'environnement et de la propreté urbaine, c'est la société Derichebourg qui a été choisie. La ville rouge bénéficie désormais d'un matériel neuf et de dernière génération, comme une laveuse de voirie automatique adaptée aux problèmes des villes situées près des déserts, qui permet de retirer le sable et la poussière ramenés par les vents, en plus des divers déchets présents sur la chaussée et sur les trottoirs.

A lire également sur le même sujet :

Propreté : Paris brûle-t-il ?
Voyage : les villes les plus propres dans le monde sont...
Pisser sur les murs une pratique qui nuit au tourisme