• Connexion
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination
Le château de Blois France
Par Constance Balland Constance Balland Rédactrice en chef Google Twitter

Découvrez Le château de Blois

Lorsque l'on arrive au château de Blois, les premières choses qui attirent l'?il sont les façades. La façade des loges, édifiée par François Ier entre 1516 et 1520, a pour nouveauté principale le grand nombre de baies qui ouvrent sur les jardins (qui ont disparus aujourd'hui). Les décors sculptés sont largement inspirés par le style italien.
La façade Louis XII, qui fut élevée entre 1498 et 1501, présente, elle aussi, des caractères novateurs de l'architecture française du 16e siècle : absence d'éléments défensifs, présence de balcon et du portail principal magnifiant l'effigie de Louis XII. Le tout se mélangeant parfaitement aux éléments traditionnels comme la construction en brique et pierre ou le décor gothique flamboyant.
La cour intérieur :
La cour d'honneur est une juxtaposition de quatre ailes de styles différents, cas unique en France, qui permet de suivre l'évolution architecturale française entre le 13e et le 17e siècle.
L'aile Louis XII en brique et pierre est caractéristique de la première Renaissance. L'ensemble de la construction et du décor appartient encore à la tradition gothique française mais on constate des nouveautés architecturales, comme au rez-de-chaussée avec la galerie à arcades, aux piliers couverts de motifs italianisants.
L'aile François Ier a été construite quinze ans après l'aile Louis XII et révèle les acquis, par les maîtres maçons français de la leçon italienne.
L'escalier est certainement la réalisation la plus remarquable de cette façade. Il était destiné à magnifier les cérémonies royales et s'inspire de la Renaissance lombarde, mêlant un répertoire à l'antique (candélabres, rinceaux, oves, cornes d'abondance?) à la tradition des escaliers français (escalier à vis et à l'extérieur du bâtiment).
L'aile Gaston d'Orléans, qui ferme la cour à l'ouest et s'identifie au dessin théâtral (avec une symétrie rigoureuse, des emmarchements successifs et un mouvement convergent des colonnades qui emmène le regard vers la travée centrale et vers le buste de Gaston d'Orléans), fut bâtie, en remplacement du logis de la reine Anne de Bretagne, par Mansart.
A l'extérieur, on distingue l'emploi des trois ordres classiques de l'architecture (dorique, ionique et corinthien), cette sobriété s'oppose à l'extravagance de la cage d'escalier.
La chapelle Saint-Calais : elle serait contemporaine, au moins pour les pierres, de l'aile Louis XII, mais son rôle de simple couloir de communication, entre les logis royaux de l'aile Louis XII et le logis de la reine, explique son décor plus discret.
Sa construction est de style gothique flamboyant mais amputée de sa nef au 17e siècle, elle n'a conservé que l'ancien ch?ur. Les vitraux, qui rappellent les principaux personnages qui sont passés ou ont vécu au château, furent refaits par le maître verrier Max Ingrand après 1944.
Le musée lapidaire : situé au rez-de-chaussée de l'aile François Ier, il témoigne de la sculpture monumentale de la première Renaissance française dans la vallée de la Loire. On peut y suivre l'évolution du style français dans les deux premières décennies du 16e siècle. Style remarquable par l'emploi de frontons de lucarnes de l'aile Louis XII et de l'aile François Ier.
Les appartements royaux de l'aile François Ier : ces appartements tels que nous les voyons sont d'un aspect bien éloigné de celui du 16e. Le décor qui se présente à nos yeux est dû à Félix Dubon qui le mit en place entre 1845 et 1847.
L'ameublement du premier étage est une reconstitution des principaux meubles du 16e siècle : lits, tables, chaires et crédences.
La collection de céramiques de Blois date, elle, du 19e siècle et est inspirée des formes et décors de la Renaissance. On peut aussi voir, dans ces appartements, un cabinet de travail, dit de Catherine de Médicis, dont l'exécution remonte au règne de François Ier, et qui est l'un des rares cabinets royaux du 16e siècle conservés en France.
La salle des Etats Généraux : contemporaine de la cathédrale de Chartres, elle fut édifiée au 13e siècle, ce qui en fait l'une des plus anciennes et des plus vastes des salles seigneuriales en France. Elle renferme, entre autre, un important ensemble de tapisseries du 17e siècle (dont les trois pièces de « l'Histoire de Constantin » d'après les cartons de Rubens et une pièce de « l'Histoire du Roi » sur les cartons de Le Brun).
Le musée des Beaux-Arts : tout d'abord ouvert, en 1850, dans l'aile François Ier, il est installé, depuis 1869, au premier étage de l'aile Louis XII. Il détient des collections variées de peintures, sculptures, tapisseries, ferronnerie et objets d'art. On y retrouve la peinture du 16e siècle autour des peintres lombards et flamands, la peinture des 17e et 19e siècles français et des tapisseries des 16e et 17e siècles (dont une suite de cinq tapisseries de « l'Histoire de Pompée » tissée à Bruges au 17e siècle et une superbe pièce de la suite de l'Astrée, tissée à Bruges au 17e siècle, qui a conservée ses coloris d'origine).
La salle du 16e siècle présente des ?uvres des écoles italiennes et françaises (« Colombine » de Francesco Melzi, « Portrait de Madeleine d'Ecosse » par Corneille de Lyon), la deuxième salle, qui est sans doute la chambre d'Anne de Bretagne, regroupe une soixantaine de portraits évoquant la tradition italienne des galeries de portraits de personnages politiques ou religieux du temps.
La salle du 17e siècle est dédiée aux importants tableaux des écoles françaises et flamandes marquées par l'esthétique de Nicolas Poussin (« Eliézer et Rebecca » de Sébastien Bourdon, « Visitation » de Michel Corneille?), sans oublier les Flandres, représentées par Martin de Vos et sa « Mort d'Adonis » ou par Anton Polke et la « Scène de marché ».
Le musée archéologique retrace l'archéologie blésoise de la préhistoire au Moyen-Age (verreries, céramiques).

SON HISTOIRE:
Même si il est attesté qu'à l'époque mérovingienne le site du futur château était occupé par une forteresse, on ne trouve pas de parties, actuellement visibles, remontant au-delà du 13e siècle. A cette époque, Thibaud VI, comte de Blois et de Champagne, fait ériger le château avec autant d'ampleur et de luxe que reflète sa puissance (de cette seconde structure, il ne reste plus que la tour de Foix au sud, la tour de Châteaurenault au nord ouest et la grande salle seigneuriale).
En 1391, le comté de Blois étant vendu à Louis d'Orléans, frère de Charles VI, le château rentre dans la sphère royale. Au 15e siècle, les ducs d'Orléans font de Blois leur ville favorite où ils reçoivent nombre de grands poètes de ce temps.
A la mort de Charles VIII, Louis II d'Orléans devient le roi Louis XII et le château la résidence royale. D'ailleurs, Louis XII, dès son avènement, y fait construire un logis destiné à recevoir les hôtes. En 1501, il y accueille en grande pompe Philippe le Beau et Jeanne la Folle, les parents du futur Charles Quint.
En 1515, l'avancée de l'italianisme est annoncée par la modernisation du corps du logis du nord, notamment par l'escalier à vis et sa façade extérieure.
Deux réunions des Etats Généraux ont lieu dans l'ancienne salle des comtes de Blois, la première en 1576 et la seconde, la plus importante en 1588. C'est pendant cette deuxième session, que le roi, Henri III, se débarrasse de son rival le duc de Guise en le faisant exécuter dans sa chambre le 23 décembre.
Suite à cet incident, le château est abandonné, pendant tout le 17e siècle, par les rois et sert de lieu d'exil pour les grands personnages.
Ce sera le cas pour Marie de Médicis, mère de louis XIII, qui s'y exile en 1617 et s'en évade de manière rocambolesque en 1619 (Rubens fera même un tableau de cet épisode).
Le second exilé célèbre de Blois n'est autre que Gaston d'Orléans. Celui-ci, frère de Louis XIII, est l'héritier présomptif du royaume et dans cette optique, il entreprend la construction d'un château royal sur les plans de François Mansart. Menés jusqu'en 1638, ces travaux n'aboutiront jamais, les rêves royaux de Gaston d'Orléans s'effondrant avec la naissance de Louis XIV.
Pendant tout le 17e siècle, le château, délaissé comme lieu royal après la mort du frère de Louis XIII, ne sert plus qu'à abriter de vieux serviteurs de la Couronne.
Par manque de moyen permettant des réparations, Louis XIV décide, en 1788, l'aliénation du château qui est alors transformé en caserne.
Cette transformation, même si elle le met à l'abri d'une disparition complète, entraîne un certain nombre de dégradations et de mutilations du château, faisant réagir très vivement Balzac et Hugo. Leur réaction a pour conséquence la création, en 1837, d'un service des monument historiques par Ludovic Vitet. Prosper Mérimée nommé inspecteur général intervient alors pour que le château soit classé monument historique en 1840.
La restauration est alors confiée à Félix Duban qui mêle le respect archéologique à la fantaisie créatrice, caractéristique des premiers travaux du 19e siècle.
Il faut attendre 1990 pour qu'une nouvelle restauration soit entreprise, redonnant tout leur éclat aux façades donnant sur la cour.

Nos séjours vers France
  • Camping Le Plein Air Neuvicois
  • Camping Le Plein Air Neuvicois France Neuvic , France - 8J/7N | Aqualex - Plein air Neuvicois
    À partir de  28 €
  • Guidel-Plages - Belambra Clubs "Les Portes de l'Océan" (Club en demi-pension ou pension complète) France Guidel , France - 2J/1N | Voyages Leclerc
    À partir de  45 €
  • Montpezat - Belambra Clubs "Le Verdon" (Club en Demi- Pension ou Pension Complète) France Montagnac-Montpezat , France - 2J/1N | Voyages Leclerc
    À partir de  49 €

Le château de Blois en images

Le château de Blois , France
Le château de Blois © GRAPHICOBSESSION
Le château de Blois , France
Le château de Blois © Philippe Halle / 123RF
Le château de Blois , France
Le château de Blois © Philippe Halle / 123RF
Le château de Blois , France
Le château de Blois © Philippe Halle / 123RF
Le château de Blois , France
Le château de Blois © Philippe Halle / 123RF
Twitter Facebook
France : Découvrez nos villes Europe; France; Ile de France; Paris;
  • Paris Europe; France; Ile de France; Paris;
  • Nice Europe; France; Provence Alpes Côte d'Azur; Nice;
  • Bordeaux Europe; France; Aquitaine; Bordeaux;
  • Lyon Europe; France; Rhône-Alpes; Lyon;
  • Strasbourg Europe; France; Alsace; Strasbourg;
  • Marseille Europe; France; Provence Alpes Côte d'Azur; Marseille;
  • Toulouse Europe; France; Midi-Pyrénées; Toulouse;
  • Montpellier Europe; France; Languedoc-Roussillon; Montpellier;
  • Lille Europe; France; Nord-Pas-de-Calais; Lille;
  • Nantes Europe; France; Pays de la Loire; Nantes;
  • Toulon Europe; France; Provence Alpes Côte d'Azur; Toulon;
  • Rennes Europe; France; Bretagne; Rennes;
  • Bastia Europe; France; Corse; Bastia;
  • Rouen Rouen
  • Tours Europe; France; Centre; Tours;
  • Metz Europe; France; Lorraine; Metz;
  • Clermont Ferrand Europe; France; Auvergne; Clermont Ferrand;
  • Caen Europe; France; Normandie; Caen;
  • Orleans Europe; France; Centre; Orléans;
  • Avignon Europe; France; Provence Alpes Côte d'Azur; Avignon;
  • Perpignan Europe; France; Midi-Pyrénées; Perpignan;
  • Biarritz Europe; France; Aquitaine; Biarritz;
  • Mulhouse Europe; France; Alsace; Mulhouse;
  • Reims Europe; France; Champagne-Ardenne; Reims;
  • Le Havre Europe; France; Normandie; Le Havre;

France : Les régions

  • Provence Alpes Côte d'Azur

  • Bretagne

  • Ile de France

  • Midi-Pyrénées

  • Normandie

  • Pays de la Loire

  • Nord-Pas-de-Calais

  • Corse

  • Languedoc-Roussillon

  • Auvergne

  • Alsace

  • Centre

  • Picardie

  • Poitou-Charentes

  • Franche-Comté

  • Lorraine

  • Aquitaine

  • Rhône-Alpes

  • Bourgogne

  • Limousin

  • Champagne-Ardenne