• Fidji
    © iStockphoto.com / Mvaligursky
1      
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination

Les Fidji, un voyage pour 300 îles du Pacifique

Par Octavie Pareeag Octavie Pareeag Chef de rubrique Fiche Profil

Au sud-ouest du Pacifique, l'archipel des Fidji est très peu exploré par les Français. Et pourtant... plus de 300 îles paradisiaques à sa disposition, c'est plutôt tentant ! C'est ce qu'on en revanche bien comprit les voisins Australiens et Néo-Zélandais qui s'y rendent en masse. Attention, voilà un bout du monde sublime, très touristique et dont l'intérêt va bien au-delà des lagons et cocotiers.

Avant de partir

Que l'on ne s'y trompe pas. Si les îles Fidji forment bien un archipel de plus de 300 îles dans l'océan pacifique, on est loin des minuscules atolls éparpillés dans des milliers de kilomètres carrés d'océan, telles les iles Cook par exemple.

Volcanique, la grande île de Viti Levu des Fidji est dix fois plus grande que la Martinique! Et sa voisine Vanua Levu cinq fois plus grande. Les Fidjiens ont des terres. Et de belles terres. Mais sur les 322 îles - décompte officiel - seules une centaine sont habitées par une population richement mélangée. Polynésiens, Micronésiens, Mélanésiens, Européens et Chinois forment le peuple fidjien. Les autres îles ne sont que de simples petits atolls paradisiaques. Sans intérêt n'est-ce pas?

Si le pays s'est taillé une réputation mondiale c'est d'abord sur deux sports : le rugby et la plongée. Le premier lui a permis d'être situé sur la carte par la majorité des Européens, le second attire les voyageurs depuis le monde entier pour la qualité et la diversité de ses sites.

Fidji est une grande destination touristique. Si vous ne vous y sentirez pas partout seul au monde, l'archipel présente l'avantage d'être bien desservit par les compagnies aériennes et d'offrir une large gamme d'hébergements et de services pour les voyageurs. Et les coins tranquille ne manquent pas.

Pour trouver les plus belles plages des Fidji, direction les îles Mamanuca et Yasawa, deux archipels situés à l'ouest et au nord-ouest de Viti Levu. Il y a d'autres îles et atolls dignes de cartes postales aux Fidji, notamment à l'Est, dans la province de Lau (autour de Tubou), mais ces îles sont nettement plus difficiles d'accès.

Pour la plongée, les chevronnés amateurs de grands sites comme les débutant au masque et au tuba prendront le chemin de la Great Astrolabe Reef. Dans le sud du pays, à la pointe nord-est la province de Kadavu, cette barrière corallienne qui enserre les ilets de Dravuni, Yaukuvelevu et Bulia propose une eau d'une clarté sans égal. Les plages y sont aussi sublimes!

Mais nous l'avons dit, les Fidji ce sont aussi des terres et des volcans. Les randonneurs et les amateurs de faune et de flore n'y auront aucun mal à se faire plaisir. De nombreux sentiers balisés parcours la jungle des principales îles et la moindre balade à la demi-journée pour rejoindre une cascade ou un point de vue offre des paysages superbes.

Pour un vrai trek entre jungle et lagon, le tour de l'île de Viti Levu est le plus indiqué. L'occasion de découvrir l'intérieur et les hauts de l'île dits Nausori Highlands et de pouvoir pratiquer de nombreuses activités de plein air comme le canyoning, l'escalade, le rafting, le kayak en eau vive... on peut tout faire aux Fidji!

Celles et ceux qui s'écartent un peu des plages et des lagons se rendront compte que ce n'est là qu'une des dimensions de cet archipel dont la richesse est aussi culturelle. Un monde à découvrir d'abord autour du Kava qui est à la fois un boisson, une coutume et un prétexte à partager un moment de convivialité inscrit dans le quotidien des Fidjiens.

Conseils de la rédaction

Encore une fois, il ne faut vraiment pas résumer Fidji à ses sublimes plages et lagons. L'archipel est une destination, vaste et variée qui se prête parfaitement à un vrai voyage itinérant à la découverte de la nature et de la culture. A parcourir en voiture ou en bus, en bateau et en avion!

Lointaines, les Fidji ont longtemps eu la réputation d'être une destination coûteuse, réservée à une petite poignée d'heureux privilégiés. Aujourd'hui, les choses ont un peu changé, principalement grâce à la baisse des tarifs aériens.

Tout dépend, aussi, de la manière de vivre sur place. Si l'on adopte le style local, en logeant dans des petites pensions, en mangeant dans les gargotes et sur les étals des marchés, en utilisant les bus et les bateaux publics, le budget quotidien peut très bien ne pas dépasser les 30 euros.

En revanche, si l'on souhaite le grand jeu hollywoodien de l'exotisme sous les cocotiers, les cocktails azurés au bord de la piscine d'un hôtel luxueux, noyé sous la végétation tropicale et bordé d'un lagon privé, les langoustes et le champagne servis par un majordome en livrée, le yatch charterisé pour aller plonger sur un atoll, le budget risque de vite d'exploser...

L'aéroport international de Nadi sur la côte ouest de Viti Levu est la porte d'entrée incontournable de Fidji. Mais de nombreux vols intérieurs sont possibles pour rejoindre les petites îles éparpillées en avion régional. Les principaux aéroports locaux sont Nausori (à proximité de Suva, la capitale, sur Viti Levu), Labasa et Savusavu (sur Vanua Levu), Taveuni, Vanua Bavalu, Cici, Labeka, Koro, Gau, Moala et Kadavu.

Les plus

  • +Un véritable éden tropical, une nature belle comme au premier jour, des populations attachantes : depuis deux siècles, ces îles nourrissent les rêves des âmes romantiques.
  • +Des fonds sous-marins exceptionnels, parmi les plus beaux de la planète, et une multitude d'activités balnéaires et sportives.
  • +Une saison favorable, bien placée sur le calendrier estival.

Les moins

  • -Un coût de la vie élevé, lié à la nécessité d'importer l'essentiel des produits de consommation.
  • -La longueur du trajet aérien, la fatigue que provoquent le voyage, le décalage horaire et le climat.
  • -Des villes sans grand intérêt.

Tradition

Si les Fidjiens sont majoritairement chrétiens, la religion commune à tous les habitants du pays c'est le rugby. Les Français, ressortissants d'un pays dont l'équipe nationale est digne de respect, sont à ce titre très bien vus aux Fidji. Un excellent sujet de conversion pour nouer contact.

Dans tous les cas, les Fidjiens sont extrêmement accueillants et cultivent une sérénité de tous les instants étonnante et enviable.

Fidji n'est pas le pays de la ponctualité. Connue sous le nom 'fijian time', l'heure fidjienne est un espace-temps flou et aléatoire pourtant basé sur un principe assez simple : je serai là quand je serai là, cela arrivera quand ça arrivera. Ou pas. Il faut le savoir, sorti des hôtels de luxe, aux Fidji, on est au-delà du classique rythme tranquille des îles du sud.

Les Fidjiens réalisent encore un artisanat traditionnel de qualité, en particulier des poteries et un tissu traditionnel, fait d'écorce interne de murier tressée, le tapa. De mêm, les danses rituelles (mekes), accompagnées de récits transmis par de vieilles traditions orales, sont encore très pratiquées.

Les Fidji accueillent une importante communauté indienne qui travaille traditionnellement dans les champs de canne à sucre.

Cuisine

La cuisine fidjienne comprend principalement des plats locaux et indiens. Le poisson et les fruits de mer en sont des éléments essentiels. Mais on trouve aussi facilement du poulet et du porc.

Poisson et viandes blanches sont le pendant des 'root crops', nom générique utilisés par les fidjiens pour désigner les tubercules énormément consommés. Il s'agit en général de taro ou dalo un tubercule connu sous le nom de dachine aux Antilles ou de manioc, le plus souvent sous la forme de tapioca.

Parmi les spécialités, le kakoda (poisson au lait de coco et citron vert), le rourou (plat à base de taro), le kassaua (du tapioca cuit au four, gratiné avec du jus de noix de coco, du sucre de canne et de la bouillie de banane) et le duruka (sorte d'asperge locale).

S'y ajoutent quantité de currys indiens, des plats occidentaux et évidemment toute une panoplie de fruits exotiques et succulents.

Souvenir et artisanat

A rapporter : de l'artisanat local (paréos, broderies, vanneries, poteries, objets en bois sculpté), bijoux en nacre, perles, coquillages, épices, cassettes de musique folklorique.

Le marchandage est très peu pratiqué, sauf chez les commerçants indiens. Les magasins sont ouverts généralement, de 9 h à 17 h, du lundi au vendredi, et de 9 h à 12 h, le samedi.