Europe; Espagne; Andalousie; El Puerto de Santa María;
© Philip Lange / 123RF
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination

El Puerto de Santa María

Par Nicolas Pelé Nicolas Pelé Chef de rubrique Google Twitter Fiche Profil

Avant de partir

El Puerto de Santa Maria est une source de plaisir pour tous les sens. Connu comme « la ville aux cent palais » et riche d'une histoire de 3 000 ans, El Puerto de Santa Maria a servi aux musulmans de porte d'entrée à la péninsule et son port a joué également un rôle essentiel dans les expéditions vers l'Amérique. Son histoire et ses traditions se reflètent même sur les façades des résidences-palais et des monuments, ainsi que sur les charmantes caves qui continuent d'opérer comme tel et de produire d'excellents vins de Marco de Jerez. Des patios purement andalous, une arène traditionnelle et à forte capacité, des restaurants mythiques de fruits de mer et une grande animation constituent quelques-uns des aspects de cette partie de la Costa de la Luz. Sans oublier sa dizaine de plages superbes. Son port de plaisance est également un coin incontournable à voir. C'est là qu'aurait été construit le Santa Maria, le plus grand des navires qui a accompagné Christophe Colomb lors de son premier voyage vers le Nouveau Monde. On peut encore admirer la Fontaine des Galères, où s'approvisionnaient en eau les caravelles avant de partir vers les Amériques. Juan de la Cosa y a également dessiné en 1500 la première carte du monde incluant l'Amérique, que l'on peut admirer sur la façade du castillo San Marco.

À voir

L'Arène royale est l'un des principaux symboles d'El Puerto de Santa María. D'une capacité d'environ 12 200 spectateurs, c'est la plus grande arène du pays, après celles de Madrid et de Valence. Le torero Joselito, alias « El Gallo », a d'ailleurs dit un jour : « Celui qui n'a pas vu les taureaux à El Puerto ne sait pas ce qu'est un jour de corrida. » La ville conserve quelques-unes des élégantes résidences-palais construites au XVIème et au XVIIème siècles par les riches « dockers des Indes », grâce au commerce florissant entre l'Espagne et l'Amérique à l'époque. Vizarón, Aranibar, Varela et Reinoso de Mendoza (qui abrite l'Hôtel de Ville) sont quelques-uns de ces exemples. Autres lieux à ne pas manquer : l'ancienne bourse, le Monastère de la Victoire (qui était autrefois une prison d'où s'est échappé El Lute) et le Château de San Marcos. Ce dernier était une mosquée pendant la période almohade. Sur sa façade se trouve la première carte du monde incluant l'Amérique, datant de 1500.

À faire

Un grand classique est de prendre le fameux « vaporcito », le bateau à moteur (anciennement à vapeur, d'où son nom...) qui relie en 45 minutes depuis 1928 El Puerto de Santa Maria à Cadix et qui en 1999 a été déclaré « Bien d'intérêt culturel » par l'Assemblée d'Andalousie. C'est dans ce bateau légendaire qu'a été tourné le célèbre film « La Lola se va a los puertos ». Cela reste la meilleure idée pour visiter Cadix. Vous pouvez également vous installer sous un parasol ou pratiquer des sports nautiques sur les différentes plages du coin : Valdelagrana, La Puntilla, Fuentebravía, Le Calita Diver, Vistahermosa, Las Redes, Levante et La Calita. Le marché est un incontournable pour les amateurs de shopping : il est installé tous les mardis matin près de la plage de la Puntilla (dans le passage José Luis Teja). Tout comme le marché municipal, où vous pouvez également terminer vos achats par un bon apéritif de fino.

Les plus

  • +  Les fameuses caves de fino.
  • +  La gastronomie à base de fruits de mer.
  • +  L'accès vers Cadix en 45 min grâce au vaporcito.
  • +  L'héritage des conquistadores.

Les moins

  • -  La ville est bondée l'été.
  • -  Les plages ne sont pas idylliques.

À penser

Une bonne idée est de visiter cette belle ville lors de sa grande fête annuelle. Il s'agit de la Feria du Printemps et fête du Vin fino qui a lieu chaque année après la Semaine Sainte. Ceux qui veulent participer à un bombardement sauront qu'il a lieu à la fin de la Feria d'avril de Séville et une semaine avant la Feria de Jerez. Celle d'El Puerto qui dure une semaine, est une explosion de couleurs et de gaieté où se côtoient costumes de flamenco et robes courtes. Les animations et les danses sont proposées jusqu'à l'aube dans de charmantes cabines. Outre la feria, El Puerto propose des animations toute l'année, surtout pendant la Semaine Sainte et l'été où les Madrilènes, les Basques et les Sévillans envahissent les bars, les hôtels et les appartements.

À éviter

Si vous prévoyez d'y aller en été, pensez à réserver l'hôtel ou l'appartement à l'avance car c'est un lieu de vacances classique très côté. Pareil pour les restaurants : en haute saison, ils vont jusqu'à mettre une bannière pour que vous réserviez ou que vous vous y rendiez à l'avance si vous voulez être sûr d'avoir une place. El Puerto quadruple sa population en juillet et en août. Pour ceux qui n'aiment pas la foule, il vaut donc mieux éviter ces périodes. Dans la même veine, si vous souhaitez passer une nuit tranquille, sans bruit, choisissez plutôt un hôtel situé à l'extérieur de la ville, car il est rare de ne pas entendre le bruit des terrasses et les groupes de jeunes qui veulent faire la fête.

À déguster

Avant tout, des fruits de mer. El Puerto de Santa Maria comporte une zone que l'on appelle « Rivage des fruits de mer » où se concentrent des terrasses bondées. On y sert à foison des cornets de gambas, des crevettes ou encore des pinces de crabes. El Romerijo est l'un des restaurants de fruits de mer le plus réputé du coin. C'est une véritable institution et son succès ne se dément toujours pas. Le client choisit les produits au poids directement au comptoir. Les boissons se commandent à part. Vous pouvez également prendre le « poisson frit » à une autre filiale du même groupe. El Puerto dispose par ailleurs d'excellents restaurants de poisson frais, cuit de mille manières. Et pour accompagner vos plats, rien de mieux que les vins du terroir : fino, amontillado, oloroso, Palo Cortado, Pedro Ximénez et Moscatel, entre autres, sans oublier le vinaigre, tous faits à partir de Xérès AOC. Le fino le plus connu est la célèbre marque Osborne, dont l'emblème, un taureau, est visible sur toutes les routes d'Espagne.

À rapporter

Après avoir visité l'une des caves de la commune, notamment Osborne, la plus fameuse, pourquoi ne pas acheter du vin, souvent moins cher que dans les boutiques. Mais si vous prenez l'avion, n'oubliez pas que vous ne pourrez pas mettre vos bouteilles dans le bagage à main. Les amateurs de crus peuvent également rapporter en guise de souvenir une venencia (petit récipient à longue anse qui sert à prélever le xérès des barriques) pour s'exercer à l'art de servir les finos. El Puerto de Santa Maria comporte diverses usines de céramique où l'on peut acheter des carreaux de faïence, des objets ou des répliques de fabrication artisanale. La Feria du Printemps est surtout une vitrine pour les tenues de flamenco et les robes courtes que vous pourrez faire faire sur mesure dans de nombreuses boutiques. El Puerto est l'endroit idéal pour assouvir vos envies de volants et de chapeaux à larges bords.
Espagne : Découvrez les villes
  • Madrid Europe; Espagne; Communauté de Madrid; Madrid;
  • Malaga Europe; Espagne; Andalousie; Malaga;
  • Palma de Majorque Europe; Espagne; Baléares; Palma de Majorque;
  • Barcelone Europe; Espagne; Catalogne; Barcelone;
  • Las Palmas Europe; Espagne; Canaries; Las Palmas;
  • Ibiza Ibiza, Baléares, Espagne,
Les régions de Espagne
  • Andalousie
  • Baléares
  • Canaries
  • Asturies
  • Aragón
  • Cantabrie
  • Castille la Manche
  • Castille et Leon
  • Catalogne
  • Extremadure
  • Galice
  • La Rioja
  • Pays basque
  • Communauté de Madrid
  • Navarre
  • Murcie
  • Communauté de Valence