• Dominique
    © iStockphoto.com / Htomas
1      
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination

Voyage en Dominique, les Antilles authentiques et nature

Par Octavie Pareeag Octavie Pareeag Chef de rubrique Fiche Profil

Aux Antilles, la Dominique c'est la petite île sauvage qui sépare la Guadeloupe de la Martinique. Devenue indépendante en 1978, elle offre aujourd'hui le visage verdoyant et souriant d'une Caraïbes un peu hors du temps. Un havre de tranquillité et de grande nature à découvrir auprès des Kalinagos, des Rastafaris et de tous les Dominiquais.

Avant de partir

C'est une île des Antilles et elle n'est pas bien grande. Pourtant, on n'y vient pas pour se poser sur une plage bordée de cocotier et alterner baignade et ti-punch. Ou pas seulement. Par sa géographie et son histoire ancienne et récente, la Dominique est restée un oasis préservé. Un paradis naturel dépaysant qui entraine le visiteur dans un véritable voyage à la rencontre des rastas et des Kalinagos, d'une végétation extrêmement variée qui se cache sous cette apparence uniformément verte.

Un voyage en Dominique c'est un retour aux sources d'une Caraïbes authentique et fidèle à elle-même. Séparant la Martinique de la Guadeloupe, le pays est facile à visiter en combiné avec les Antilles française, offrant alors un véritable deuxième voyage dans le voyage. Petite île-pays d'Indiens et de Rastafaris, de bourgades et de jungle, la Dominique est une véritable destination, pour aller bien au-delà d'une simple île pour séjour balnéaire.

Parce que son relief est très accidenté et que ses terres arables sont très peu étendues, la Dominique fait partie des rares îles des Antilles à ne jamais avoir été réellement colonisées. Certes les Anglais et les Français se sont âprement disputé cette terre volcanique mais la Dominique fut surtout un des rares refuges pour les Amérindiens Kalinagos.

Indépendante depuis 1978, la petite île s'est développée lentement, ralentie par un relief difficile à aménager et une vie politique chaotique, ne profitant pas de la massification du tourisme aux Caraïbes. Un handicap relatif devenu une réelle chance.

La Dominique est aujourd'hui un havre naturel et préservé. Même les rares plages de sable blanc en bord de lagon, cartes postales antillaises, reste parfaitement vierge de tout bâtiment. L'intérieur des terres est un paradis pour randonneurs, on se baigne au pied des cascades et dans les eaux sulfureuses bienfaitrices, les baleines ont élu domicile toute l'année près des côtes et les villes et villages gardent le visage d'une Caraïbe authentique.

Roseau, capitale du pays et principale localité, compte 15.000 habitants. C'est dire la modestie démographique du pays! Montagneuse et difficile à mettre en valeur, la Dominique fut toujours un refuge. Pour les Amérindiens face aux colonisateurs, pour les Marrons, ces esclaves en fuite, jusqu'au Martiniquais et Guadeloupéens qui n'ont pas accepté le régime de Vichy, la Dominique teint son rôle dans l'histoire.

Aujourd'hui, les Indiens kalinagos sont retranchés dans une réserve de la côte atlantique de l'île. Une réserve dont la superficie n'a fait que s'atrophier au fil du temps et dont les terres sont parmi les moins fertiles de l'île. Une visite de la réserve et du village ancestral qu'ils ont reconstitué s'impose.

Avec l'importante communauté rastafari du pays, ils forment des minorités aux coutumes passionnantes à découvrir en sillonnant ce verdoyant pays, notamment à pied sur le désormais célèbre Waitukubuli Trail. Bien plus qu'un séjour au pied des cocotiers, un véritable voyage.

Conseils de la rédaction

Le réseau routier est plutôt bon mais le relief n'aide pas et malgré la petite superficie de l'île (50 kilomètres de long pour 20 kilomètres de large), il est conseillé de la visité au départ d'au moins deux points de chute pour éviter les trop longs trajets. Passer quelques nuits à Roseau et quelques nuits aux alentours de Calibishie (nord-est) est une bonne solution.

Les possibilités de randonnées sont multiples et les sentiers très bien balisés. Le fameux Waitukubuli Trail permet de sillonner l'île du sud au nord en 14 jours de marche très bien balisée. Un magnifique trek. Parmi les sites remarquables, vous trouverez le Morne Diablotin, point culminant de l'île (1.447 m), le Parc national des Trois Pitons, classé au patrimoine mondial de l'Unesco il est célèbre pour son lac bouillonnant logé dans un cratère ainsi que pour les cascades de Victoria Falls et Sari-Sari.

Si la Dominique est un peu décevante pour les adeptes de plages blanches et de sable fin (il y a quelques très belles plages quand même!), elle ravira les amateurs de randonnées, de plongée et de nature sauvage.

Nous vous conseillons aussi la plongée sous-marine, notamment dans la baie de Scotts Head formée par un cratère volcanique immergé à l'extrême sud de l'île ainsi que l'excursion à la rencontre des baleines à l'ouest de Roseau.

Ne manquez pas également la balade en bateau dans la mangrove de l'Indian River. C'est une attraction très populaire dans le pays qui permet aussi de passer un moment avec les Dominiquais. Autre distraction locale, essayez d'assister à un match de cricket, le sport national, Commonwealth oblige!

Les plus

  • +Sur terre comme en mer, la Dominique reste une île très préservée.
  • +Un repère ornithologique parmi les plus riches des Antilles avec 162 espèces d'oiseaux.
  • +Ambiance authentique et population très accueillante.

Les moins

  • -Les plages de sable noir sont, de prime abord, peu attrayantes.
  • -Pas de vol direct

Tradition

Le rythme de vie dominiquais est, disons, tranquille. Mais même pour les voyageurs les plus excités, ne vous inquiétez pas, c'est communicatif. L'ambiance générale de l'île vous poussera à ralentir et profiter sans même que vous en rendiez compte.

Les habitants de la Dominique possèdent une riche tradition antillaise qui s'exprime à travers la gastronomie (assez épicée), la musique et la danse (zouk, calypso). En témoigne la fête Créole qui, en novembre, est l'occasion de manifestations artistiques et culturelles à la gloire de la langue et du folklore local.

L'île héberge la plus grande population d'Indiens des Antilles, les Kalinagos. Si ceux-ci vivent aujourd'hui dans des maisons de parpaing et de taule plutôt que dans des paillotes traditionnelles, ils cultivent un savoir ancestral, notamment via la très riche pharmacopée traditionnelle.

Sous l'autorité britannique pendant plus d'un siècle, les Dominiquais ont gardé quelques particularités du mode de vie à l'anglaise : la conduite à gauche, la consommation de sandwiches et le cricket, premier sport local.

Cuisine

La cuisine dominiquaise est essentiellement un mélange de cuisine française, anglaise et surtout antillaise. La nourriture de base est composée de riz, lentilles et légumes, igname ou manioc parfois, servit avec du poisson grillé ou du poulet.

Comme partout ailleurs aux Antilles, la poisson du jour, fraichement pêché et grillé, sera bien souvent le bon choix au restaurant.

Parmi les spécialités locales, on trouve le buljow (poisson volant servi avec des beignets de fruit d'arbre à pain) ou encore le crabe farci ou la soupe de calalou (espèce d'épinard antillais). Enfin, il faut absolument goûter au plat national, le 'mountain chicken' qui, comme son nom de l'indique pas, est un plat à base de cuisses de grenouilles frites ou sautées, accompagné de sauce créole !

Comme dans toutes les Antilles, vous pourrez vous régaler de fruits tropicaux : goyaves, ananas, mangues, bananes, noix de coco, papayes, corossols...

Quant à la boisson, essayez les punchs à base de fruits exotiques et de rhum dominiquais ainsi que la Kubuli, la bière locale très légère mais très rafraichissante.

Souvenir et artisanat

Les amérindiens Kalinagos font des paniers tressés de grande qualité, décorés de motifs géométriques traditionnels. Vous pourrez rapporter toutes autres sortes d'objets en paille : dessous de table, chapeaux, poupées créoles, sacs mais aussi des épices, du rhum et du tabac et tout l'attirail du parfait rasta. Les magasins sont généralement ouverts de 8 h à 13 h, et de 14 h à 16 h, du lundi au vendredi. Le marché touristique du centre de Roseau (en face du ponton pour les bateaux de croisière) est celui qui offre le plus de choix.