• Tibet, Chine
    © iStockphoto.com / Bartosz Hadyniak
  • Tibet, Chine
    © iStockphoto.com / Idealnabaraj
1      
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination

Tibet

Par Nicolas Pelé Nicolas Pelé Chef de rubrique Google Twitter

Avant de partir

Contrée mythique longtemps restée à l'écart de toute influence extérieure, le Tibet subit depuis une cinquantaine d'année le joug de la puissance chinoise. Le toit du monde reste un lieu accessible pour les randonneurs chevronnés à la recherche de sensations fortes. Des cimes enneigées de l'Himalaya aux monastères de Lhassa la capitale, un voyage au Tibet vous emmène sur les traces de Tintin et du yeti, à la rencontre d'une civilisation marquée par le bouddhisme depuis des siècles.

Conseils de la rédaction

Les autorités françaises ont confirmé le 22 janvier 2013 que la délivrance des permis pour le Tibet avait repris. Selon "le bureau des affaires étrangères de la région autonome du Tibet, l'accès au Tibet est autorisé aux titulaires de passeports étrangers à condition de faire partie d'un groupe de trois personnes minimum et de même nationalité.
Choisir de résider dans la partie tibétaine de Lhassa, c'est-à-dire le secteur de la Vieille Ville, autour du Jokhang. La partie Ouest de la capitale ressemble à toutes les villes chinoises récentes, avec son architecture en béton, ses magasins, ses karaokés et même sa prostitution.
Bons plans et renseignements de dernière heure, sur l'état des routes et les problèmes de circulation, s'échangent entre voyageurs individuels au Tashi's Restaurant de Lhassa et dans les hôtels tibétains.
Compte tenu de l'altitude moyenne du pays (4 000 m), prévoir vêtements chauds, lunettes de soleil et sac de couchage en toutes saisons pour dormir dans les auberges ou les temples. Apporter sa trousse de médicaments, bien fournie.

Les plus

  • +La rencontre avec un peuple rude et chaleureux.
  • +Une civilisation marquée depuis des siècles par le bouddhisme et l'expression artistique, engendrée par la foi.
  • +Le Tibet est une approche du "Toit du monde".
  • +L'air est d'une absolue pureté. Les changements de lumières sculptent des paysages grandioses où s'accrochent des villages et monastères, à l'architecture d'une grande beauté.

Les moins

  • -L'omniprésence chinoise rend pratiquement impossible, et dangereuse pour les Tibétains, tout contact approfondi avec des visiteurs étrangers.
  • -Le mal des montagnes guette tout voyageur inaccoutumé à passer des cols de plus de 4 ou 5 000 m et à effectuer de longs trajets fatigants en bus, 4X4 ou camion.

Tradition

Elles sont dictées par la vie religieuse et les fêtes, fort nombreuses. Les grands monastères sont des lieux de pèlerinage incessants. Offrir une khata (écharpe blanche) à un lama ou une statue est un rite indispensable. De même pour le beurre de yak destiné à alimenter les lampes. Certains Tibétains continuent de se saluer en tirant la langue, une coutume remontant au VIIe siècle. On donne et on reçoit quelque chose de la main droite, tout en soutenant son coude de l'autre main. Des danses masquées marquent l'anniversaire de chaque monastère, évoquant la lutte entre les esprits du Bien et du Mal. Longtemps interdits, ces spectacles sont autorisés depuis une quinzaine d'années.

Cuisine

D'une agriculture de subsistance découle une gastronomie extrêmement limitée. Bases de la nourriture quotidienne : la tsampa, farine d'orge cuite au four, le beurre de yak et le thé noir, vendu en briquettes. Les trois ingrédients, plus du sel, se mélangent dans un même bol pour constituer le plat unique d'un repas. La mixture obtenue est plus ou moins consistante et le beurre rance est très apprécié. Goûter les momos (beignets farcis de légumes et de viande) et les thukpas, nouilles à la viande. Boisson favorite des Tibétains : le chang, sorte de bière à base d'orge fermenté. A Lhassa, le voyageur trouvera quantité de restaurants d'origine chinoise, indienne, népalaise ou occidentale et pourra commander un steak de yak, une pizza ou du "cheesecake". Autour de la mosquée, dans le quartier musulman, de nombreux petits restaurants servent de la viande de mouton et des pâtes.

Souvenir et artisanat

C'est le Barkhor, grand marché proche du temple du Jokhang (sanctuaire du Bouddha), qui offre le plus grand choix de souvenirs et d'objets tibétains. Le Barkhor est un circuit de pèlerinage longé d'échoppes, de maisons de thé et encombré de marchands ambulants. Ici, les pèlerins se fournissent en objets religieux divers, statuettes, reliquaires, bannières de prières, bijoux d'ambre et d'argent, bottes, bâtons d'encens... Il faut marchander systématiquement et savoir que ces objets ne sont pas des antiquités (exportation très contrôlée) mais souvent de fabrication népalaise récente. A Shigatse, on peut trouver quelques objets tibétains sur le marché et des tapis dans l'intéressante fabrique à visiter. Les boutiques sont ouvertes de 9 h à 17 h, toute la semaine.