• Connexion
Cambodge
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination

Informations Pratiques Cambodge

Constance Balland
Constance Balland Rédactrice en chef

Cambodge : Informez-vous avant de partir !

Superficie

181035.0

Vol

Pas de vol direct entre la France et le Cambodge. Il faut donc compter 11 heures environ pour rejoindre Bangkok, en Thaïlande, le point d'accès le plus couramment utilisé, puis de là, 1 h 30 de vol pour atterrir à Phnom Penh.

Décalage Horaire

+ 6 h hiver/+ 5 h été.

Population

14,5 millions

Aéroports

L'aéroport de Pochentong- Pnom Penh se trouve à une douzaine de kilomètres du centre-ville de Phnom Penh. On ne roule pas vite dans la capitale, compte tenu de la conduite "folklorique" de la plupart des véhicules et de la densité de la circulation (notamment les deux roues). Il faut donc compter une demi-heure à trois-quarts d'heure pour effectuer ce trajet. Pas de navettes. En taxi, il vous en coûtera entre 2 dollars, en négociant serré, et cinq dollars. Attention pour le retour, il faut prévoir de l'argent liquide pour régler la taxe d'aéroport.

Sécurité

La sécurité est un point qui a longtemps nui à l'image du Cambodge et à son attractivité touristique. Depuis la "réouverture" du pays, au début des années 90, la situation s'est considérablement améliorée. L'éclairage public est en partie revenu dans les grandes artères de Phnom Penh, l'armée et la police contrôlent plus étroitement la possession d'armes, et on peut aujourd'hui considérer que la capitale est un lieu globalement sûr. A éviter tout de même : les motos-doubles (motos-taxis) la nuit, et la fréquentation nocturne des quartiers reculés de la périphérie. En province, toute la région Nord-Ouest du pays, limitrophe de la Thaïlande, sous contrôle des anciens Khmers rouges, demeure incertaine et n'est donc pas conseillée. Cependant le reste du pays est aujourd'hui libre d'accès. Concernant les mines antipersonnel, le problème est réel, puisque beaucoup de ces engins infestent encore les campagnes cambodgiennes. Autour des villages donc, ne jamais s'aventurer hors des routes ou des pistes, identifiées comme sûres par les habitants. En revanche, toute la zone d'Angkor est aujourd'hui intégralement déminée de façon certaine. Par ailleurs, certaines régions, comme les provinces de l'Est (Rattanakiri) ne posent aucun problème, car elles n'ont jamais été minées. Au chapitre des précautions enfin, on évitera de circuler en train : ils sont souvent rançonnés par des pillards.
A savoir: entre juillet et décembre, des pluies plus fortes et plus précoces que d'habitude sur le bassin du Mekong ont provoqué au Cambodge des inondations de grande ampleur et de longue durée. La décrue est aujourd'hui pratiquement achevée, mais de nombreuses infrastructures (routes, ponts, digues) ont été détruites ou endommagées.
Les zones touristiques traditionnelles (Siem Reap, d'Angkor, Phnom Penh, Oudong, Sihanoukville) ne sont pas affectées. Les routes qui entourent le lac Tonle Sap sont très difficiles. Il est formellement déconseillé d'emprunter les voies fluviales.

Langue

Essentiellement le khmer, mais aussi le chinois, le vietnamien, l'anglais et le français.

Formalités et visa

Un visa est nécessaire pour entrer au Cambodge. Il peut s'obtenir sur place, à l'arrivée à l'aéroport (prévoir dans ce cas deux photos d'identité), mais compte tenu de l'affluence au guichet qui le délivre, il est préférable de l'obtenir dans son pays de départ. Il vous en coûtera 20 euros pour un visa tourisme d'une validité de 30 jours. Le passeport doit avoir une "réserve" de validité d'au moins six mois. Ne pas oublier d'apporter une photo d'identité à l'ambassade.
Depuis décembre 2017, sept postes frontières officiels sont éligibles à une arrivée au Cambodge à l'aéroport international de Sihanoukville, sur présentation d'un visa électronique. Enfin, le poste frontière de Tropaeng Kreal/Stung Treang, situé entre le Laos et le Cambodge est également accessible avec une entrée e-visa.

Religion

Le bouddhisme theravada (dit du Petit Véhicule) détient le quasi-monopole de la pratique religieuse, au Cambodge. Il subsiste néanmoins une poignée de chrétiens (héritage de l'époque du protectorat français) et de musulmans (les Chams venus du Vietnam). Des pratiques animistes se perpétuent également dans les régions rurales, au sein des minorités ethniques. L'hindouisme, qui fut la religion dominante de l'époque angkorienne, a disparu.

Monnaie

La monnaie cambodgienne est le riel (KHR), mais l'économie du pays est, depuis plusieurs années, très largement "dollarisée", d'où l'omniprésence du dollar américain qui cohabite au quotidien avec la monnaie nationale. D'une manière générale, on utilise les riels pour les menues dépenses (cigarettes, journaux, course en moto-taxi, fruits ou boissons achetés à un étal de marché, par exemple). Mais pour régler les notes des restaurants, hôtels et les transports, on utilise les dollars, ce qui rend la destination moins bon marché qu'on ne l'imagine. Toutefois, dans les provinces les plus excentrées ou en milieu rural isolé, l'usage du riel reprend le dessus, même si le dollar reste accepté. Au Cambodge, il n'y a aucun distributeur de billets et l'usage des cartes de crédit demeure très marginal, excepté dans les grands hôtels ou certains restaurants tenus par des Occidentaux. Les chèques de voyages sont acceptés sans problème dans les banques, ouvertes en général du lundi au vendredi de 8 h à 16 h (la fermeture est parfois avancée à 14 h, voire midi le vendredi). Vous trouverez plusieurs guichets Visa de "cash dispenser" (retrait de liquide sur présentation de la carte de crédit) à Phnom Penh.

Circulez sur place

Les lignes intérieures cambodgiennes (souvent des ATR avec aux commandes des pilotes formés en France, à Toulouse) sont un moyen rapide et efficace de circuler dans les provinces les plus éloignées, mal desservies par un réseau routier encore en mauvais état. Une exception, l'excellente route nationale qui relie Phnom Penh à Sihanoukville (ex-Kompong Som) dans le sud en bord de mer, récemment refaite à neuf. Depuis Phnom Penh, pour rallier la ville de Siem Reap, qui dessert les temples d'Angkor, on ne saurait trop conseiller le bateau qui remonte la rivière Tonlé Sap et traverse l'immense lac du même nom. Un peu long (6 heures), mais les bateaux sont pittoresques et le trajet magnifique. Pour les courts trajets en ville, optez pour les très populaires motos-doubles qui pullulent absolument partout. On négocie toujours le prix de la course, autour de 1 000 riels pour un trajet moyen, avant de monter. Ne pas prendre le train, encore insuffisamment sécurisé. Enfin, il est déconseillé de conduire soi-même une voiture, car les enfants, nombreux dans les villes et villages, courent dans tous les sens. En cas d'accident, ce sera beaucoup plus facile pour un conducteur cambodgien de démêler les suites éventuelles, qu'un conducteur occidental.

Santé

>Pas de vaccination obligatoire pour entrer au Cambodge. Néanmoins, il est très vivement conseillé d'être vacciné contre le tétanos, la typhoïde et les hépatites A et B. Les souches de paludisme, présentes au Cambodge, ayant développé une résistance aux traitements classiques (Nivaquine), il faut suivre un traitement antipaludéen plus "musclé" de type Lariam. Pas de fièvre jaune, qui n'existe nulle part en Asie. En cas de relations sexuelles sur place (la prostitution est une industrie très active, à Phnom Penh), il est impératif de se protéger et d'utiliser des préservatifs, le Cambodge étant aujourd'hui l'un des foyers de sida les plus actifs en Asie. Ne jamais consommer d'eau du robinet (uniquement de l'eau en bouteilles capsulées, vendues absolument partout, ou de l'eau stérilisée). La nourriture ne pose en principe pas de problème. En cas de doute, par exemple dans les petits restaurants improvisés en bord de trottoir, éviter les crudités et se rabattre sur des soupes, nouilles ou aliments cuits.

Electricité

220 V. Prises en principe compatibles avec les appareils électriques français, mais par précaution, se munir tout de même d'un adaptateur.

Volume d'afflut touristique

En 2012, le Cambodge a comptabilisé 3,5 millions de touristes, soit une progression de 25% par rapport à l'année précédente.

Impôts et pourboires

Le pourboire n'est jamais une règle impérative, mais il sera toujours apprécié.

Téléphone

Pour téléphoner au Cambodge depuis la France, composer l'indicatif international (00), suivi du code pays du Cambodge (855), suivi du code de la ville ou de la province (Phnom Penh : 23), suivi du numéro du correspondant. Si votre correspondant est équipé d'un mobile, dont les numéros commencent toujours par un 0, il ne faut pas composer ce 0 initial.<BR>Pour téléphoner du Cambodge en France : 00 + 33 suivi du numéro du correspondant, sans le 0 initial.

Cambodge : toutes les adresses utiles du pays

Avant de partir

Ambassade royale du Cambodge
4, rue Adolphe-Yvon, 75016 Paris,
Tél. : 01 45 03 47 20.
Fax : 01 45 03 47 40.

Sur place

Ambassade de France
1, boulevard Monivong, à Phnom Penh.
Tél. : (855) 23 430 020.
Fax : (855) 23 430 045.

Centre culturel de l'Alliance française
218, rue 184, à Phnom Penh.
Tél. : (855) 23 721 383 ou 362 003 ou 362 005.
Fax : (855) 23 721 384.