• Connexion
Europe; Bosnie-Herzégovine; Sarajevo;
© Paul Prescott / 123RF
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination

Sarajevo

Par Cindy Neves Cindy Neves Chef de rubrique

Avant de partir

Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine et plus grande ville du pays, est une cité dévastée par les trois années de guerre civile. Avec du temps et de la chance, Sarajevo pourra redevenir la cité magique d'avant-guerre. Elle a été la plus orientale des villes d'Europe, riche de l'histoire ottomane, importée par les Turcs, lors de leur occupation longue

Sarajevo est une ville extrêmement intéressante d'un point de vue historique et culturel. Située à la frontière entre les Empires Romains d'Occident et d'Orient, la ville est depuis des milliers d'années situées au carrefour des civilisations et des religions.

La capitale de la Bosnie-Herzégovine et plus grande ville du pays, a été dévastée par les trois années de guerre civile au début des années 1990. Petit à petit elle se reconstruit pour retrouver de sa superbe d'avant-guerre. Elle a été la plus orientale des villes d'Europe, riche de l'histoire ottomane, importée par les Turcs, lorsque la Bosnie-Herzégovine faisait partie de l'Empire Ottoman. La quintessence de la ville est représentée par ses mosquées, ses marchés et ses vieux bazars. Dans son histoire beaucoup plus récente, Sarajevo se matérialise dans nos mémoires par l'assassinat de l'archiduc François Ferdinand, qui fut à l'origine de la Première Guerre mondiale. Certains quartiers de la ville n'ont pas subi de changements, depuis cette époque. Sarajevo a été depuis des siècles l'endroit où Serbes, Croates, Turcs et Juifs ont toujours cohabité dans la tolérance et la coexistence pacifique. Malheureusement, la dissolution de l'ex-Yougoslavie a fracturé l'équilibre et entrainé la destruction d'une grande partie de la ville lors de la guerre civile qui s'en est suivie. Aujourd'hui la ville s'est reconstruite et se tourne résolument vers le XXIème siècle.

Mais la ville n'oublie pas pour autant son passé. Au milieu des rues pavées, les mosquées et les boutiques de style oriental du centre-ville peuvent nous sembler très exotique par rapport à l'idée qu'on se fait des cultures européennes. Quand retentissent les appels à la prière, on pourrait se croire transporté dans une ville du Moyen-Orient ou du Maghreb. Ici les mosquées côtoient les églises catholiques, orthodoxes et des synagogues. Le tourisme, en forte croissance depuis la reconstruction de la ville, est aujourd'hui l'une des principales sources de revenus de la ville, en partie grâce aux infrastructures construites à l'occasion des JO d'hiver de Sarajevo en 1984.

de 400 ans. La quintessence de la ville est représentée par ses mosquées, ses marchés et ses vieux bazars. Dans son histoire beaucoup plus récente, Sarajevo se matérialise dans nos mémoires par l'assassinat de l'archiduc François Ferdinand, qui fut à l'origine de la Première Guerre mondiale. Certains quartiers de la ville n'ont pas subi de changements, depuis cette époque. Sarajevo a été depuis des siècles l'endroit où musulmans, Serbes, Croates, Turcs et Juifs ont toujours cohabité dans la tolérance et la coexistence pacifique. Une fracture s'est produite, nous observons avec patience le retour à la normalité.

À voir

La ville regorge littéralement de monuments religieux : La cathédrale du coeur de Jésus, les mosquées Gazi Husrefbegov bezista et Careva dzamija, la cathédrale Orthodoxe ou encore la synagogue, sont des monuments à visiter.

Dans un autre style, on peut aller admirer le marché couvert Gazi Husrefbegov bezista, la place du marché dans le vieux Sarajevo et le cimetière de Alifakovac. Plus récent le Sarajevo War Tunnel, qui fut creusé pendant le siège de Sarajevo lors de la guerre civile, était situé dans la cave d'une famille en zone libre et a permis de ravitailler la ville. On peut aussi se rendre à Vijecnica, une bâtisse restaurée qui accueille des expositions temporaires.

À faire

Sarajevo connaît une vie nocturne très dynamique grâce aux nombreux étudiants qui y vivent. On y trouve de nombreux bars, des cafés et des boîtes de nuit, principalement dans le quartier de la fontaine Sebilj. Sarajevo dispose par ailleurs une vie culturelle intense et variée et accueille des festivals (cinéma, musique, théâtre...) tout au long de l'année !

La ville offre d'excellentes infrastructures pour les sports d'hiver, avec des stations de ski à proximité. La ville a accueilli les Jeux Olympiques d'hiver de 1984.

Under Siege Tour : cette excursion permet de se plonger dans les traces de la guerre.

Les plus

  • +  La beauté de la ville
  • +  L'Histoire en abondance

Les moins

  • -  Les traces de la guerre

À penser

La période idéale pour visiter la ville se situe entre mai et septembre, lorsque les températures sont douces ou chaudes. Les hivers sont connus pour être rigoureux mais sont favorables à la pratique des sports d'hiver. Malheureusement, pendant l'hiver, la ville est souvent couverte par un épais brouillard de pollution causé par le bois de chauffage et les industries. Les asthmatiques et les personnes ayant des problèmes respiratoires doivent se montrer très prudents lors de ces périodes, et doivent s'assurer d'avoir leurs médicaments sur eux.

À éviter

Malheureusement, il existe encore des champs de mines hérités de la guerre aux alentours de la ville et de ses banlieues. Il ne faut jamais pénétrer à l'intérieur d'un immeuble abandonné et toujours marcher sur le bitume ou les pavés lorsque vous vous trouvez dans les terrains vagues en dehors de la ville. Les zones qui n'ont pas encore été nettoyées sont marquées par des panneaux. Aujourd'hui des champs de mines non pas encore été identifiés, c'est pourquoi la plus grande prudence est de mise si vous vous promenez hors de la ville.

À déguster

En tant que grande ville touristique, Sarajevo possède son lot de restaurants et de cuisines du monde. La cuisine locale comporte beaucoup de viandes et de poissons. Les végétariens seront sans doute déçus car la plupart des plats dits " végétariens ", tels que les plats à base haricots et de légumineuses, sont tout de même cuits la plupart du temps avec des viandes fumées.

Le snack le plus courant à Sarajevo est le Cevapi, la version locale du kebab que l'on trouve à peu près partout et pour pas cher. On peut également goûter à de la pita et du burek, une pâtisserie faîte avec de la pâte phyllo et fourrée à la viande.

Si vous cherchez une adresse pour manger de la cuisine fusion, vous pouvez tester le 4 Sobe Gospodje Safije (comprenez "Les quatre chambres de Mme Safija") au Cekalusa 61. Et pour une adresse "bonne cantine", tentez l'Ascinica Hadzibajric F. Namika au Curciluk veliki 59.

À rapporter

Les tapis et les ustensiles en cuivre sont une des spécialités des vendeurs du bazar. Malheureusement ils peuvent se révéler assez cher. Vous pouvez vous procurer des vins locaux au " Di vina ", le plus grand magasin de vins de la ville. Si vous êtes friands d'artisanat Bosniaque, vous trouverez votre bonheur au magasin BH Crafts, où vous trouverez des vêtements, des accessoires, de la décoration et des souvenirs made in Bosnie-Herzégovine.
Bosnie-Herzégovine : Découvrez les villes
  • Mostar Europe; Bosnie-Herzégovine; Mostar;