Asie, Azerbaïdjan, Gobustan Rayon, mausolée, Diri Baba Maraza, religion,
Azerbaïdjan
© takepicsforfun / 123RF
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination
Visiter - Azerbaïdjan
Par Constance Balland Constance Balland Rédactrice en chef Google Twitter Fiche Profil

L'Azerbaïdjan n'est certes pas l'une des destinations populaires comme les aime le secteur du tourisme de masse mais cette relative confidentialité en fait son charme... parmi d'autres. Depuis Baku, sa capitale cosmopolite abritant de nombreux témoignages de l'architecture arabe et perse comme le palais des chahs de Shirvan, le visiteur peut rayonner sur la péninsule d'Apchéron parmi les forteresses moyenâgeuses bâties pour se protéger des attaques venues de la mer. Mais c'est à Koboustan que l'on vient admirer les plus anciens vestiges du pays, des trésors hérités de l'art rupestre. A 65 km au sud de Baku, ce véritable musée en plein air offre aux visiteurs plus de 4000 peintures rupestres représentant scènes de chasse, danses rituelles... vieilles de plus de 12 000ans. Depuis, l'art azéri s'est magnifié dans l'artisanat et les tisserands ont façonné leur savoir-faire au fil des siècles, les tapis s'exposant dans les plus grands musées du monde. Dans le sud du pays, le parc national d'Hirkan comme la réserve de Kizilagadj, située dans la région de Lenkoran se prêtent à l'observation des animaux. Cette dernière compte plus de 200 espèces d'oiseaux et de tigres évoluant dans un cadre naturel préservé. On vient aussi en Azerbaïdjan pour sa cuisine et les connaisseurs pour son caviar, 4/5eme des esturgeons pêchés provenant de la Mer Caspienne.

Les paysages

Bordé à l'est par la mer Caspienne, l'Azerbaïdjan regorge de vestiges médiévaux et de paysages insolites. Le pays est composé de deux zones ; une zone de plaines au centre, et une zone montagneuse représentée par la chaîne caucasienne au nord. Le point culminant est le Bazaduzu Dagi qui s'élève à 4 485 mètres d'altitude, situé sur le plateau volcanique du Karabakh entre la frontière avec l'Arménie et les montagnes du Karabakh. Le pays compte d'ailleurs deux volcans dormants ; le Porak et le Tskhouk-Karckar qui marquent une frontière naturelle avec l'Arménie. L'Azerbaïdjan compte 8 300 cours d'eau et environ 250 lacs, mais ils sont tous de petite superficie. La plupart des rivières ne sont pas praticables.

Les côtes

La péninsule d'Absheron, sur laquelle est située Bakou, concentre une importante partie du patrimoine azéri. Mais c'est dans la région nord de la côte caspienne que se situent les principales stations balnéaire. Les plus connues sont Nabran, Khudat ou encore Siazan. Dans l'ensemble, le littoral azéri garde cependant un intérête très limité.

La faune et la flore

La faune de l'Azerbaïdjan comporte de nombreux reptiles. Dans les montagnes on trouve des cerfs, des sangliers, et des ours. Les plaines côtières sont habitées par des gazelles. Au sud, où s'étendent les forêts de Lenkoran, on peut observer des tigres et porcs-épics. Esturgeons, saumons, harengs, et une variété rare de perche peuplent la mer Caspienne.

L'Azerbaïdjan abrite des milliers d'espèces végétales. De belles orangeraies couvrent les plaines côtières du pays. A moyenne altitude, c'est le domaine des forêts de chênes, hêtres, charmes, érables et frênes.

Les arts et la culture

La culture de l'Azerbaïdjan se définit par la conception du monde orientale et l'Islam. Le riche folklore, la littérature et la musique Azerbaïdjanaises sont à la fois proche de l'Asie Centrale et de l'Orient.

La littérature Azerbaïdjanaise est sûrement la littérature la plus liée au monde à la vie scientifique. La tradition musicale est également très importante. L'art théâtral traditionnel est étroitement lié à la musique, et aux tapis.

L'art plastique et l'architecture tiennent une place considérable dans la culture Azerbaïdjanaise. On constate des constructions et monuments remarquables en Azerbaïdjan ; tours, mausolées, palais, châteaux édifiés pour la plupart entre le XIIème et le XVème siècle.

L'Islam interdisant la représentation du vivant a amené les Azerbaïdjanais à développer l'art ornemental. Tapis habiles, miniatures d'exception, portails des bâtiments élégamment ornés, dessins muraux semblables à de la dentelle, et mosaïques des édifices côtoient aujourd'hui des tableaux graphiques et modernes.