• Azerbaidjan, asie, moyen-orient
    © View Stock / age fotostock
    Tigres dans une forêt

    ,

  • Azerbaidjan, asie, moyen-orient
    © iStockphoto.com / Alexmumu
    La montagne sacrée de Beshbarmak

    ,

1      
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination

Partir pour un voyage au cœur de l'histoire en Azerbaidjan

Par Constance Balland Constance Balland Rédactrice en chef Google Twitter Fiche Profil

Russie, Géorgie, Arménie et Iran coincent l'Azerbaïdjan contre la mer Caspienne. Si le pays ne brille pas par son tourisme, il a tout de même connu une forte expansion économique, liée au pétrole. Cependant, la question du Haut Karabakh, région autonome à l'Ouest du pays, n'est toujours pas réglée. Ce qui lui vaut un conflit avec son voisin Arménien, qui souhaite l'annexion de cette région.

Avant de partir

Bloqué entre l'Iran au Sud, l'Asie à l'Ouest et le Caucase au Nord, l'Azerbaïdjan ouvre l'Est de son territoire à la mer Caspienne. Sa principale richesse : le pétrole. En tant qu'ancienne république soviétique, le pays peut se targuer d'être aujourd'hui, grâce à l'or noir, le plus riche de l'ex-URSS. Côté géographie, si le nord azéri est la terre d'accueil de la chaîne de montagnes caucasienne, le centre du pays est plutôt celle des plaines. L'Azerbaïdjan est coupé en deux, aussi bien géographiquement que politiquement : la région du Nakhitchevan (à l'Ouest) est séparée du reste du territoire azéri par une bande de terre appartenant à l'Arménie.

Aujourd'hui majoritairement musulman chiite, le pays reste néanmoins emprunt de la culture animiste, surtout dans le Haut Caucase. Néanmoins, la capitale, Bakou, semble vouloir s'émanciper de ces traditions, au profit d'une vie plus " à la mode occidentale. " En effet, la profusion de pétrole a permis au pays de s'enrichir d'infrastructures, notamment des établissements d'enseignement supérieur, grâce auxquelles la jeunesse azérie se prend à rêver d'un autre destin que celui que de leurs ainés. Mais même si les jeunes espèrent un avenir meilleur, ils n'en oublient pas pour autant les coutumes, qui restent toujours très ancrées, notamment celles liées à la famille. A l'image d'une partie de la population attachée aux traditions et une autre, encline à une ouverte vers la modernisation, la capitale a une " vieille ville " et une " ville moderne ". Ainsi, dans la première, les touristes venus visiter ce pays, aux antipodes de la must-do en termes de destinations, pourront apprécier les vestiges des siècles passés. Le Palais des Shahs de Shirvan est l'un des principaux attraits touristiques. Le monument possède trois étages et cinq tours. A voir également, la tour de la Vierge, construite sur une falaise.

Dans la ville moderne, cœur de la ville et QG de la jeunesse azérie, se trouve la place des fontaines. Cafés-terrasses, spectacles de rues nocturnes et bon kebabs... La rue piétonne offre aux touristes de quoi se reposer un moment mais également de quoi ramener un petit souvenir azéri, grâce aux vendeurs d'antiquités, présents dans les allées. Enfin, un nouveau boulevard, construit il y a peu sur les bords de la capitale, offre à Bakou une image flambant neuve. De près de deux kilomètres, il est parfait pour une promenade au bord du littoral, à pied ou bien à vélo.

Si vous préférez vous éloigner de l'occidentalisation de la capitale et vous perdre dans les contrées plus reculées, sachez que l'Azerbaïdjan regorge de petits villages de bergers, dans l'arrière-pays Quba et de villages de montagne, à l'image de Lahic. Ce qui fait la renommée du village, ce sont ses chaudronniers et ses panoramas somptueux, idéaux pour une petite balade. Autres petits villages charmants qui valent le coup que l'on s'y attarde, Buduq, dont les maisons sont blanchies grâce à de la chaux et Qriz, point culminant d'un rocher abrupt.

Conseils de la rédaction

Certaines régions de l'Azerbaïdjan sont très fortement déconseillées par le ministère des Affaires Etrangères : les régions frontalières avec le Daghestan (nord), la frontière iranienne (sud), les régions du Haut-Karabagh et Nakhitchevan, ainsi les zones frontalières avec l'Arménie.


Mieux vaut visiter le pays en compagnie d'un guide compétent.

Ici, l'eau n'est pas potable. Ne buvez donc pas directement du robinet et si vous demandez une bouteille d'eau, veillez à ce que celle-ci vous arrive toujours capsulée.

En raison d'un fort accroissement du taux maladies sexuellement transmissible, sachez qu'une attestation de non-séropositivité peut être exigée aux touristes.

Interdiction formelle de photographie les installations et/ou équipements militaires. Et si vous souhaitez faire des photos des locaux, demander leur l'autorisation au préalable.

Afin de respecter les traditions du pays, mieux vaut se faire discret et s'habiller en fonction du pays. Mesdames, évitez donc les robes courtes et les shorts, ainsi que les décolletés trop plongeants.

La meilleure saison pour partir en Azerbaïdjan s'étend d'avril à juin et de septembre à octobre. Les mois de juillet et aout sont chaud, cependant le prix d'un billet d'avion est bien plus cher.

Les plus

  • +De nombreux parcs autour de Bakou se prêtent aux randonnées.
  • +La population locale est hospitalière et accueillante.

Les moins

  • -Le conflit du Haut-Karabakh est virulent.
  • -La pollution touche les côtes de la mer Caspienne.

Tradition

L'Azerbaïdjan est un pays où règne l'hospitalité. Ne soyez pas étonné si d'aventure, vous êtes invité par des locaux chez eux pour un bon repas ou bien simplement pour discuter autour d'une tasse de thé. Cette hospitalité est encore plus marquée si les locaux constatent que vous êtes seul. Cependant, s'ils vous proposent également le gîte, il est plus sage de refuser, puisque tout voyageur en Azerbaïdjan doit être capable de justifier ses nuits à l'hôtel.

Dans les maisons azerbaidjanaises, difficile de distinguer la couleur du sol ou des murs puisque que tout est recouvert de tapisserie. Le tapis est un élément indissociable de l'intérieur azéri, considéré là-bas comme une pièce indispensable. Toutes les familles, aussi bien riches que pauvres, possèdent leurs tapis. Cela tient au fait que jadis, les maisons, ne possédant pas de meubles, les habitants s'asseyaient par terre sur des paillassons (pour les familles pauvres) et sur de beaux tapis (pour les familles plus riches). Les tapis sont également une sorte d'indicateur de richesse : c'est par la qualité de ces derniers que l'on sait si la famille est aisée ou non.

Cuisine

Le plat national de l'Azerbaïdjan est le plov (tout comme en Asie centrale) : il s'agit de riz sauté avec de la viande de mouton. On pourra, selon les régions, le trouver agrémenté de légumes ou de fruits secs. Il est souvent précédé (comme pour tous les plats) d'un bouillon de légumes, dans lequel on retrouve des pommes de terre et un morceau de viande. Vous pourrez également manger des kebabs, connus des occidentaux, ou encore des raviolis fourrés avec de la viande. L'influence russe n'a pas encore totalement disparu des assiettes : il ne sera pas surprenant de trouver sur certaines cartes du bœuf strogonoff. Cependant, vous trouverez dans la capitale quelques restaurants de cuisine du monde entier, qui contenteront tous les palais.

Enfin, les azerbaidjanais ont pour coutume de tout accompagner de thé (noir ou vert), aussi bien leur repas que leurs discussions. C'est la boisson du pays, élément de la vie sociale, consommée à tout moment de la journée.

Souvenir et artisanat

L'Azerbaïdjan est célèbre pour ses tapis. L'artisanat est fait de soieries, céramiques et objets en cuivre. Un pot de caviar fera certainement un cadeau très apprécié ! L'exportation de tout objet culturel, même dénué de valeur artistique, est soumise à l'autorisation du ministère de la Culture et sujette à une taxe à l'exportation. Horaires des magasins : de 9 h à 19 h du lundi au vendredi et de 9 h à 13 h le samedi.

Azerbaïdjan : Découvrez nos villes

Asie; Azerbaïdjan; Bakou;