• Connexion
Kgalagadi Transfrontier Park
© Heinrich van den Berg / age fotostock
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination

Kgalagadi Transfrontier Park

Par Cindy Neves Cindy Neves Chef de rubrique

Avant de partir

Le Kgalagadi Transfrontier Park est issu du rassemblement du « Kalahari Gemsbok National Park » et du « Botswana's Gemsbok National Park » depuis la fin des années 1990. Cette fusion offre donc un terrain de jeu de 38 000 km². Sa taille en fait la seconde réserve publique d'Afrique du Sud, un territoire plus grand que la Belgique ! Possédant un climat semi-désertique, l'endroit est traversé par deux rivières : Nossob et Aoub, la plupart du temps à sec. Ce n'est évidement pas sans raison que le nom de la réserve signifie « pays de la soif », appellation due à son aridité et à ses températures élevées.
L'essentiel du sol est composée par un sable rouge orangé, typique de la région du Kalahari. Du désert à perte de vue, donc peu de végétation qui arrive à survivre ici. Vu la taille du territoire, on a parfois du mal à trouver les animaux. Les points d'eau sont rares mais les chances d'en trouver s'accroissent une fois à proximité.
Pour accéder à la réserve depuis la ville d'Upington où l'aéroport le plus proche se trouve, il faut compter 260 km, soit plus de quatre heures de route. A l'intérieur du parc, seulement trois pistes sont consacrées à la circulation des voitures. Il est a priori interdit de quitter les chemins balisés pour se rapprocher des animaux. Oui, ici, ce n'est l'humain qui dirige !
Etant donné que le Kgalagadi Transfrontier Park se trouve dans une zone semi-désertique, il y a des moments plus agréables que d'autres pour s'y rendre au niveau climatique. Les températures avoisinent facilement les 45°C durant le mois de décembre et de janvier. Quant aux pluies, elles se concentrent en général entre le mois de septembre et d'octobre. Le climat est en général plus clément durant les mois de mai et de juin. On dit ici que les animaux sont plus facilement visibles au mois de février et au mois de mai.

À voir

Si vous êtes au Kgalagadi National Park, c'est bien évidemment pour faire des safaris ! Lors de ses balades matinales ou nocturnes, on croise toutes sortes d'animaux, aussi bien des prédateurs que des volatiles. Phacochère, gnou et autres antilopes vous donnent donc rendez-vous ! La région est connue pour abriter les lions du Kalahari, reconnaissables à crinière noire.

À faire

Hormis les safaris qui occupent la grande majorité du temps sur place, il est important et extrêmement intéressant de s'intéresser à la population locale, comme les Bushmans. Ecoutez-les donc parler, leur langage est impressionnant. Il se compose entre autre de vingt clics de langues différents !
Lancez-vous dans un safari pédestre, accompagné d'un guide expérimenté, qui saura vous apprendre à identifier les traces laissées par les animaux et notamment les serpents...

Les plus

  • +  De superbes paysages
  • +  La variété des espèces animales

Les moins

  • -  Les distances dans la réserve
  • -  La difficulté à trouver des animaux

À penser

Le safari n'est pas un séjour de tout repos. En effet, aux heures chaudes, les animaux dorment pour la plupart et se cachent à l'ombre. Les safaris du matin démarrent donc très tôt pour permettre aux visiteurs de voir le plus d'animaux possibles. Pensez donc à prendre une tenue un peu plus chaude pour le matin et le soir car les différentes de températures peuvent être assez importantes, surtout lorsque l'on circule dans une voiture ouverte.

À éviter

Il est fortement déconseillé, voire totalement interdit, de descendre de son véhicule en pleine brousse. Certains animaux sont très efficaces au jeu du cache-cache, et pourraient bien vous surprendre. Votre guide connaît la savane, il saura vous indiquer lorsqu'il vous sera possible de sortir à l'extérieur sans danger.
Si lors d'un safari pédestre vous rencontrez un animal agressif, il est conseillé de ne pas paniquer et de ne surtout pas se mettre à courir. Plus facile à dire qu'à faire, certes, mais en ayant un comportement nerveux, vous effrayez davantage l'animal qui est en face de vous.

À déguster

La cuisine sud-africaine est un vrai délice ! Difficile de résister aux différentes spécialités culinaires. On peut notamment se délecter du « potjiekoos », une sorte de ragout cuisinée à base de viande, ou encore du « bobotie », constitué également de viande hachée préparé avec une sauce à base de légumes. Vous aurez peut-être du mal à goûter à la viande des animaux que vous aurez vu dans la journée mais c'est ainsi que les autochtones se nourrissent! Les plats à base de maïs font partie intégrante des de la nourriture de base dans les provinces du nord.

À rapporter

Peu de chose sont à rapporter de la réserve si ce n'est les souvenirs que l'on peut trouver à la boutique située à l'entrée de celle-ci. On y trouve un bon nombre de peluches, des tee-shirts, des objets artisanaux... Mais le plus intéressant est de rapporter de l'artisanat local, fabriqué par les mains expertes des Bushmans.
Afrique du Sud : Découvrez les villes
  • Johannesburg Johannesburg, afrique, afrique du sud, capitale, route, voiture, immeuble, arbre,
  • Le Cap Le Cap, afrique, afrique du sud, plage, cabine, sable, océan, mer,
  • Durban Afrique, Afrique du Sud, Durban, ville, immeuble, bâtiment, plage, côte, sable, mer,
  • Pretoria Afrique, Afrique du Sud, Pretoria, rue, voiture, arbre, fleuri, fleur, route,
  • Port Elizabeth Afrique, Afrique du Sud, Port Elizabeth, train, rail, arbre,
  • Bloemfontein Afrique, Afrique du Sud, Bloemfontein, Raadzaal, Free State gouvernement provincial, bâtiment, arbre, architecture,