Publié le 05/05/2016 (Modifié le 13/10/2017)

#Nature #Italie

Le lac caché du centre de Rome

C'est une oasis dans un quartier populaire. Un coin à l'abri des regards, arraché par les citoyens riverains des mains des spéculateurs. Qui s'attendrait à trouver une réserve naturelle et un petit lac à deux pas de la gare de Termini à Rome? Et pourtant il est bien là. Toute une histoire. La voici.

Il était une fois, à Rome, un propriétaire 'pas très honnête', qui voulait construire un centre commercial incluant un parking à Largo Preneste, derrière le 'Parco delle Energie'. Mais, pour les habitants du coin, le triangle de verdure entouré du squelette de ciment de l'ancienne usine Snia était devenu au fil des ans un poumon vert, dans un quartier où la densité d'habitation n'a cessé de grandir. Malgré les protestations, les travaux débutent.
C'est au moment de commencer à creuser que le miracle survient. Les pelleteuses se retrouvent rapidement les chenilles dans l'eau. L'ancienne usine était construite sur une nappe phréatique. L'eau surgit, stoppant net le chantier et le projet.

En un peu plus de vingt ans, la nature se réapproprie alors les vestiges de béton. De ses prémices avortés en tombant sur une nappe d'eau, le chantier a fait naître un lac. Il mesure aujourd'hui 500 mètres de périmètre pour 10.000 mètres de superficie et 10 mètres de profondeur.

Mais en 2012, le propriétaire 'pas très honnête', toujours le même, retente sa chance présentant un nouveau projet pour la zone: quatre tours de trente étages c'est-à-dire 106 mètres chacune. Dans le nouveau projet, le lac n'est pas plus mentionné que le parc ne l'était lors du premier essai. Se créait alors le 'Forum Permanente del Parco delle Energie', représentation citoyenne locale autoproclamée qui s'atèle à la surveillance de l'avancée du projet, fait du bruit et obtient auprès de l'administration la suspension de cette deuxième tentative immobilière.

Une oasis naturelle à Rome

-

Sont alors recensés sur la vaste parcelle180 espèces de plantes et 50 espèces d'oiseaux - dont certaines protégées à l'échelle européenne comme le martin pêcheur ou le faucon crécelle - nés en ces lieux, et qui n'auraient jamais existées si le premier combat contre le promoteur n'avait été gagné.
'La Goletta dei Laghi', une campagne sur les bassins lacustres de la grande association environnementale italienne Legambiente passe alors par là et attribut en 2015 un 'Cigno Azzurro', une sorte de Pavillon Bleu, au lago ex Snia, nom sous lequel les habitants du quartier reconnaissent le lac. Legambiente fait ainsi le constat de l'exceptionnelle qualité de cette eau souterraine, non polluée, un petit miracle en plein centre de Rome. La zone naturelle reçoit ainsi une première protection. Un premier pas pour convaincre la région - le Latium - de classer le lac et et ses environs en tant qu'espace naturel

Le 'Forum Permanente del Parco delle Energie' lance alors un pétition en ligne pour que la zone de l'Ex-Snia Viscosa, soit la totalité de l'ancienne friche industrielle, devienne un 'Monumento Naturale'. Serait ainsi définitivement écarté toute reprise du chantier immobilier. Ce serait le seul endroit de la capitale ainsi reconnu. En attendant la suite de l'histoire, si vous cherchez un coin où vous mettre au calme et au vert hors des sentiers battus lors de votre prochain week-end à Rome, vous savez où aller !