• Connexion
Admirez la plus belle collection de mosaïques du monde
Publié le 09/07/2018 181 partages

CultureTunisie

Twitter Facebook 181 partages

La Tunisie ne se limite pas à ses plages ! La capitale Tunis abrite une splendide médina où il fait bon se perdre dans ses ruelles et écouter l'appel à la prière le soir en terrasse entouré d'une multitude de minarets. Une immersion culturelle dont le point d'orgue est la visite du musée du Bardo, qui prend ses quartiers dans un somptueux palais du XIXème siècle, abritant la plus belle et la plus grande collection de mosaïques du monde. Suivez le guide !

  • Twitter
  • Facebook
  • Le Triomphe de Neptune
    Le Triomphe de Neptune

    C'est la plus grande mosaïque découverte en Tunisie, mesurant 140 m² !

  • Le Baptistère de Kélibia
    Le Baptistère de Kélibia

    Pièce maîtresse du musée du Bardo, elle a été découverte dans les ruines d'une basilique à proximité de la mer, à sept kilomètres de Kélibia, plus précisément à Demna, au Cap Bon. C'est l'un des plus beaux ensembles de mosaïques chrétiennes qui aient été trouvés dans l'ensemble du monde romain.

  • Un palais magnifique
    Un palais magnifique

    Le musée du Bardo prend ses quartiers dans un palais aux airs d'Alhambra de Grenade !

  • Patio andalou
    Patio andalou

    Fontaine, arches et carreaux de mosaïques zellige.

  • Un palais des merveilles
    Un palais des merveilles

    Plafond en stuc blanc ciselé aux superbes motifs géométriques.

1


Avant tout, sachez que Brigitte Bardot n'a rien à voir avec ce musée, qu'on ne doit pas non plus confondre avec le musée du Prado à Madrid. Symbole de tolérance et de dialogue entre les civilisations, le musée du Bardo de Tunis est le seul, de ce côté-ci de la Méditerranée, à exposer dans un même lieu des œuvres arabes, islamiques, chrétiennes, romaines, grecs, puniques et juives. C'est peut-être pour cela aussi qu'il a été visé par un odieux attentat le 18 mars 2015, tuant 22 personnes. Une plaque en leur mémoire leur rend hommage à l'entrée du site, où l'on peut constater les nombreuses nationalités touchées par ce drame : Français, Belges, Colombiens, Espagnols, Britanniques, Italiens, Japonais, Polonais, Russes et un Tunisien.

Situé juste à côté du Parlement, le musée national du Bardo a été officiellement inauguré en 1888, durant le protectorat français, et il prend place dans les anciens appartements du Palais des Beys de Tunis, chef d'œuvre de l'architecture husseinite du XIXème siècle, alors que la Tunisie faisait partie de l'empire ottoman. Originellement appelé musée Alaoui, il a fini en 1956 par prendre le nom du quartier où il se trouve, le Bardo, dérivé de l'espagnol Prado, de nombreux Andalous musulmans ayant fui l'Espagne pour la Tunisie après la Reconquista. Ils ont ramené avec eux la technique du stuc ciselé aux superbes motifs géométriques, que l'on admire à l'Alhambra de Grenade. Voilà pour l'aspect historique, et le palais est d'une telle beauté qu'il mérite en soi une visite. Ensuite, il se trouve que ce joyau abrite la plus grande collection mondiale de mosaïques romaine.

Les collections sont riches et variées : fresques représentant le dieu romain Dionysos, stèle représentant des divinités puniques, manuscrit d'un coran, astrolabe en bronze du 12ème siècle, mosaïque représentant une divinité, statues (dont certaines ont été restaurées grâce au musée du Louvre à Paris)... Autant d'œuvres qui retracent l'histoire de la Tunisie sur 32 000 m² (des extensions de 9 000 m² ont doublé la surface des lieux en 2012), de la préhistoire aux époques phénicienne, punique, numide, romaine, chrétienne et arabo-islamique. Parmi les chefs d'œuvres incontournables, citons Le Triomphe de Neptune, qui vous accueille dès l'entrée, mosaïque monumentale de 140 m² représentant Neptune (le nom romain du dieu grec de la mer Poséidon), sur son char tenant son trident, tiré par ses chevaux marins. Cette œuvre datant du 3ème siècle après J.-C. fut retrouvé dans la région de Sousse en 1888. Elle correspond à l'apogée de la mosaïque romaine, du 1er au 4ème siècle, ensuite la technique sera moins raffinée.

Autre merveille à admirer, le baptistère quadrilobe de Kélibia (ou baptistère de Demna), du 6ème siècle de notre ère, ou encore Ulysse résistant au chant des sirènes. On apprendra ainsi que dans l'antiquité, elles n'étaient pas du tout représentées avec une queue de poisson, mais ailées ! Le visiteur en aura plein la vue ensuite au harem, dans la salle Carthage, dans la cours centrale, dans la salle des mosaïques marines où les Néréides côtoient les dauphins, les sirènes et les monstres marins. On finira par "la Joconde du Bardo", la mosaïque représentant le poète Virgile composant l'Enéide (l'épopée qui raconte la Guerre de Troie et les aventurée d'Enée, à l'origine de Rome), en compagnie de Calliope (muse de la poésie et de l'éloquence) et de Clio (muse de l'histoire). Elle fut retrouvée intacte à Sousse. Et d'autres merveilles à découvrir, une journée ne suffit pas pour profiter des trésors de ce musée !