Publié le 08/09/2021

#Formalité #Italie

Venise : il faudra bientôt payer pour entrer dans la ville

Aussi improbable que cela puisse paraître, Venise va bientôt devenir payante ! Entrer dans la ville, emprunter une gondole et se balader sur les canaux ne sera plus aussi simple dès 2022. Les autorités ont en effet décidé de faire payer l'entrée de la ville pour éviter le tourisme de masse. Certains comparent déjà cette mesure inédite à une entrée dans un parc d'attraction. Mais bonne nouvelle, elle ne s'appliquera pas à tous les voyageurs, certains en seront exemptés ! On vous explique tout !

© Les gondoles sur l'un des canaux de Venise / Ingus Kruklitis / shutterstock

Des tourniquets à l'entrée de Venise et un tarif allant de 3 à10 €

Qui dit mesures drastiques dit organisation drastique. Bientôt, pour entrer à Venise, les voyageurs devront s'acquitter d'une taxe variant de 3 à 10 €. Seuls les touristes venant y passer la journée seront concernés. Payer l'entrée leur permettra d'avoir accès à la ville et aux canaux. Les voyageurs qui auront réservé un hébergement ne seront pas concernés par cette taxe. Il s'agit d'un moyen de réguler le flux touristique et de préserver la qualité de vie des habitants. Pour réussir à mettre en place cette nouvelle mesure, les autorités prévoient d'installer des tourniquets aux points d'entrée de la ville. Non non, ce n'est pas une plaisanterie !

© L'île Murano à Venise / Yasonya / shutterstock

Une cité menacée par le tourisme de masse

Venise, ses gondoles, ses canaux... la ville italienne fait rêver les touristes du monde entier. Mythique et poétique, la cité italienne accueille 30 millions de touristes chaque année. Un chiffre exorbitant qui n'est évidemment pas au goût des 55 000 habitants qui craignent que la ville ne se dégrade. Côté écologie, cette surfréquentation fait aussi des ravages. Le 1er août, les autorités ont décidé d'interdire le mouillage des bateaux de croisière de plus 25 000 tonnes dans le canal de la Giudecca, mais il semble que ce ne soit pas suffisant. Le but : inciter les touristes à rester plusieurs jours et à ne pas consommer la ville "comme un fast-food". Une mesure qui satisfait aussi les restaurateurs et les hôteliers.

Recevez le meilleur de l'actualité du voyage !

Restez toujours informé.e et suivez les conseils de nos experts !

Oups, nous avons rencontrer un problème. Pouvez-vous réessayer ?

Sachez que vous pourrez à tout moment gérer vos abonnements, les suspendre ou vous désabonner en suivant le lien prévu à cet effet dans nos emails.

Informations sur vos données