• Connexion
Découverte : une pyramide engloutie dans les eaux japonaises
Publié le 13/11/2019

CultureJapon

Twitter Facebook 799 partages

Le monde marin est un univers à lui tout seul, aussi riche, si ce n'est plus que le monde sur la terre ferme. La découverte de cette pyramide engloutie au large des côtes japonaises en est la preuve. Origine, utilité, construction... De nombreux mystères planent au-dessus des ruines de Yonaguni.

 

 
© imagex/123RF

Ce n'est pas une découverte récente. Les ruines de Yonaguni ont été dévoilées en 1985, au large de l'île du même nom, au Japon, alors qu'un organisateur de plongées touristique, Kihachiro Aratake, effectuait un repérage pour proposer une nouvelle activité pour un voyagiste. Il ne s'attendait pas à tomber sur une immense structure en grès.

Le lieu n'a rien de chaleureux. En effet, l'île se situe au cœur de l'archipel japonais Ryukyu, où les courants marins sont extrêmement forts, mais aussi "sur le chemin migratoire des requins-marteaux", nous explique le journal Sud-Ouest. Mieux vaut ne pas s'y éterniser. Mais c'était sans compter cette découverte hors du commun.

Pyramide naturelle ou construite par l'Homme ?

Bien que les ruines aient été découvertes il y a presque 35 ans, le mystère perdure. Construction ou formation naturelle, les avis divergent.

Pour le professeur Masaaki Kimura, spécialiste en géologie marine, qui enseigne à l'université des îles Ryukyu, il s'agit d'une construction humaine. La régularité des formes est telle qu'elles ne pourraient être créées par la nature.

Mais comment construire un tel édifice sous l'eau pensez-vous ? Et bien toujours d'après Masaaki Kimura, ce site se trouvait sur la terre ferme, avant d'être englouti par un tremblement de terre, il y a de cela plusieurs milliers d'années. Une théorie qui se tient, quand on sait que le Japon est régulièrement touché par les séismes et les typhons.

De l'autre côté du ring, Robert Schoch, un Américain, professeur de Sciences Naturels à l'université de Boston, qui affirme que la pyramide est d'origine naturelle. Pour argumenter ses propos, il explique que la pyramide n'est constituée que d'un seul bloc de grès, impossible donc à déplacer.

Pour contrer l'argumentaire de son opposant concernant la régularité des formes, il explique que les "divers organismes (algues, coraux, éponges et autres)" qui la recouvrent en font apparaître la surface "plus régulière et homogène qu'elle ne l'est en réalité".

De nombreuses questions sont encore en suspens. Et si la pyramide de Yonaguni était en fait les traces de l'Atlantide ?