• Connexion
Un monticule indonésien pourrait cacher un temple millénaire
Publié le 28/12/2018 651 partages

InsoliteIndonésie

Twitter Facebook 651 partages

Dans les entrailles terrestres, des constructions humaines continuent de garder leurs mystères. sur l'île de Java en Indonésie, des scientifiques ont détecté qu'une imposante structure, cachée sous un monticule de terre, pourrait en fait être les restes d'un ancien temple qui serait potentiellement millénaire.

Et si l'une des plus vieilles pyramides de la planète se trouvait sous terre en Indonésie ? C'est en tout cas l'hypothèse évoquée par des scientifiques lors de la réunion annuelle de l'American Geophysical Union (AGU) à Washington. La pyramide dont il est question se trouve non loin du village de Karyamukti, sur l'île indonésienne de Java. Si la découverte de son emplacement est ancienne, c'est sa véritable nature qui était jusqu'alors en sommeil. La gigantesque structure se trouve à l'endroit exact du célèbre site mégalithique de Gunung Padang. Ce site archéologique abritant des murs, colonnes et différents espaces dont l'origine reste inconnue, a été découvert au début du XIXe siècle. Encore aujourd'hui, les habitants estiment que ce territoire est sacré. L'ensemble de la zone se trouve niché à 885 mètres d'altitude sur ce que les archéologues et géologues pensaient être une simple colline verdoyante. Après de nouvelles recherches, les chercheurs indonésiens affirment dorénavant que cette colline ne serait pas naturelle mais en réalité une construction humaine camouflée par une végétation vieille de plusieurs milliers d'années.

Le célèbre site mégalithique de Gunung Padang.

Le célèbre site mégalithique de Gunung Padang.
©Danny Hilman Natawidjaja

L'arrivée des soupçons de l'équipe de scientifiques provient de l'observation de certaines structures exposées au musée et provenant du site archéologique. Après une étude approfondie, il semblerait que certains échantillons ne correspondent pas aux pierres érigées. Ainsi, la forme de la pyramide de la colline se détache du reste de l'environnement : « Cela ne ressemble pas à la topographie environnante, qui est très érodée. Cela à l'air très jeune. Pour nous, cela ressemble à quelque chose d'artificiel » a confié Danny Hilman Natawidjaja, chercheur à l'Indonesian Institute of Sciences et directeur de l'équipe de recherche. Afin de s'en assurer, des techniques de tomographie ont été utilisées afin d'explorer le sous-sol de la colline grâce notamment à des rayons X et à l'imagerie 3D. Cette étude aurait permis de révéler plusieurs couches s'étendant sur 15 hectares. Chacune de ces couches représenterait une période distincte au fil des derniers millénaires, expliquant les arrangements de pierre différents. Le site remonterait ainsi à une ère vieille de 3000 à 3500 ans qui recouvrait elle même une seconde couche vieille de 7500 à 8300 ans superposée à une troisième et dernière couche située à plus de 15 mètres de profondeur et vieille de 9000 ans. D'après Danny Hilman Natawidjaja, « Les structures sont non seulement superficielles mais aussi enracinées très profondément ». De nombreuses chambres souterraines auraient ainsi été découvertes à plusieurs mètres sous terre, suggérant la présence d'un ancien temple.

Si cette théorie se confirme, la "pyramide" deviendrait l'une des plus vieilles au monde, bien que son apparence soit loin des édifices observés au Mexique ou en Egypte. Cette découverte bousculerait aussi les connaissance actuelles sur les capacités des sociétés préhistoriques. "On pense que l'âge préhistorique était primitif mais ce monument prouve que c'est faux", expliquait en 2013, Natawidjaja au Sydney Morning Herald. Toutefois, les recherches menées par le scientifique et ses collègues ne convainquent pas tout le monde. Les méthodes utilisées, de même que les conclusions, ont ces dernières années fait l'objet de critiques en Indonésie. Par ailleurs, l'étude n'a pas encore été publiée et donc revue par les pairs. Il faudra donc attendre un peu avant de lever le mystère de Gunung Padang et son étrange pyramide.