• Connexion
Une nouvelle planète potentiellement habitable découverte
Publié le 13/08/2019 994 partages

NatureEspagne

Twitter Facebook 994 partages

Dans un système solaire situé à seulement 31 années-lumière de la Terre, il existe une super planète, récemment découverte et potentiellement capable d'accueillir la vie à sa surface.

 

 
© Vadim Sadovski/123RF

Dernièrement, une équipe internationale d'astronomes a identifié trois nouvelles planètes situées à 31 années-lumière de la Terre, une distance qui peut sembler énorme mais qui en fait est relativement courte à l'échelle de l'espace. Ces dernières qui forment une géante planète, dès lors baptisée GJ 357, présentent des caractéristiques similaires à celles de la Terre de sorte à ce que l'une d'elles puisse même être habitable (les deux autres étant trop chaudes). Une trouvaille rendue possible par une mission nommée " Tess ", laquelle a pour but de scruter le ciel pour trouver des planètes ressemblant à la nôtre.

Intitulée GJ 357d, cette planète qui apparemment fait deux fois la taille de la Terre et qui intrigue tant les chercheurs semble effectivement pouvoir contenir de l'eau liquide, un ingrédient essentiel au développement de la vie. Pour information, on déclare une planète habitable lorsqu'elle dispose d'un sol rocheux, présente une taille similaire à la Terre et lorsque sa distance n'est ni trop petite ni trop grande par rapport à son étoile. Question de température... Or, même si les scientifiques estiment que la sienne avoisine les -53 degrés Celsius, elle n'est pas forcément un problème : " Cela semble un peu froid à première vue. Mais si l'atmosphère était dense (contrairement à Mars), l'effet de serre réchaufferait la surface et l'eau pourrait être liquide " explique Rafael Luke, un astrophysicien.

" Le simple fait de savoir que de l'eau liquide est susceptible de couler à la surface de GJ 357 d va motiver les scientifiques à trouver des moyens de détecter, autour de cette planète, des signes de vie ", se réjouit Lisa Kaltenegger , astronome à l'université de Cornell. Néanmoins, pour le moment, aucune certitude ne peut être faite puisque la méthode utilisée pour découvrir ce genre de planète, celle des vitesses radiales, n'est pas fiable à 100% ! Il va falloir utiliser une autre technique, méthode dite " du transit " permettant de mesure la taille, la densité et la composition de la planète. Difficilement réalisable car soumise à des conditions naturelles rares, elle risque de mettre longtemps à démontrer si oui ou non, la vie pourrait se développer sur cette nouvelle planète. En tout cas, l'espoir est là !

Découverte d'une nouvelle planète potentiellement habitable