• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Une découverte incroyable dans un tombeau
Publié le 05/07/2018

InsoliteChine

Twitter Facebook 283 partages

En Chine, une incroyable découverte a été faite dans la tombe d'une ancienne noble chinoise. Alors qu'ils inspectaient une sépulture vieille de 2 200 ans mise au jour en 2004, les chercheurs ont fait une trouvaille insolite : un fragment de crâne de gibbon. Originaire de la famille des grands singes, celui-ci possède une petite taille mais de longs bras qui lui permettent de se déplacer plus facilement. Après plusieurs analyses, le fragment a révélé une étonnante vérité...

C'est dans une tombe appartenant à Lady Xia, la grand-mère du tout premier empereur chinois. Ce fragment de crâne appartient en réalité à une espèce inconnue appartenant à un genre disparu.

« Historiquement, les gibbons avaient une valeur culturelle importante en Chine. Leurs caractéristiques étaient perçues comme « nobles », ce qui faisait d'eux les symboles des Lettrés » ont expliqué Samuel T. Turvey ainsi que les autres auteurs à l'origine de l'étude.

Ce n'est pas au vieux singe qu'on apprend à faire la grimace

Ce n'est pas au vieux singe qu'on apprend à faire la grimace
©Kobchai Matasurawit/123RF

En effet, les gibbons étaient une espèce très répandue au centre et au sud de la Chine jusqu'au XIVème siècle. Selon des écrivains il s'agissait d'un gentleman des forêts qui se déplaçait gracieusement dans la canopée.

Selon la revue scientifique Science, dans laquelle toute cette histoire a été dévoilée, l'homme serait responsable de l'extinction de l'espèce, notamment à cause de l'augmentation de la population et du développement de l'agriculture qui ont entrainé une déforestation importante.

Une découverte incroyable qui fait parler d'elle et qui pourrait apporter des réponses aux questions sur l'espèce des gibbons. Dû à son statut d'espèce inconnue, les chercheurs lui ont donné le nom de « junzi imperialis ».