• Connexion
Un tigre de Sumatra libéré du sous-sol d'un magasin en Indonésie
Publié le 26/11/2018 272 partages

InsoliteIndonésie

Twitter Facebook 272 partages

Parfois, pour avoir ce que l'on veut, mieux vaut être bien armé. Un tigre, attiré par l'odeur des soldes, s'est retrouvé bloqué pendant trois jours dans un supermarché du sud de l'Indonésie. Stupéfaction des clients et difficultés d'extraction pour les sauveteurs, le centre-commercial de l'île de Pulau Burung n'avait encore jamais connu une telle affaire.

Le magnifique tigre de Sumatra en liberté

Le magnifique tigre de Sumatra en liberté
© Susan Richey-Schmitz/123RF

L'histoire est amusante et insolite mais aurait pu avoir une finalité bien plus grave. Après trois jours durant lesquels il ne pouvait esquisser aucun geste, un tigre de Sumatra a pu être extrait des sous-sols d'un supermarché de l'île de Pulau Burung, en Indonésie. L'Agence de conservation des ressources naturelles de Riau (BKSDA) était chargée de la protection et de porter secours à l'animal. Il s'en est finalement tiré sans séquelles.

L'animal, un mâle de 80 kilos âgé de trois ans, était coincé dans un espace étroit de 75 centimètres, lui empêchant toute action. Le processus d'évacuation a été émaillé de nombreuses péripéties, comme l'explique M. Suhariono, directeur de la BKSDA : « Après que nous avons réussi à endormir le tigre, nous avons ouvert une partie des fondations du magasin pour procéder à l'évacuation. » L'animal a ensuite été confié à une équipe de vétérinaires qui ont détecté des blessures mineures sur les pattes et les canines. L'énorme quadrupède s'était retrouvé coincé mercredi entre deux bâtiments, le tout dans un quartier commerçant extrêmement fréquenté. Il avait toutefois réussi à se libérer une première fois avant de se retrouver de nouveau piégé une fois dans le sous-sol, incapable de bouger.

Le sauvetage a été une réussite

Les tigres de Sumatra sont une espèce en danger critique selon l'Union internationale pour la conservation de la nature. Ils sont aujourd'hui moins de 400 à vivre à l'état sauvage. Selon les activistes, ils sont de plus en plus présents dans des zones peuplées, puisque leur habitat naturel est détruit par la déforestation.