• Connexion
Un sanctuaire de guerriers du IIIe S découvert à Teotihuacan
Publié le 18/11/2004

CultureMexique

Twitter Facebook

Une dizaine de guerriers, dont dix décapités, ont été découverts à l'intérieur de l'une des pyramides du célèbre site de Teotihuacan (50 km au nord-est de Mexico), a annoncé lundi (16 novembre) une équipe d'archéologues internationale.
"La tombe est sensationnelle, unique dans toute la Méso-Amérique", a souligné au cours d'une conférence de presse l'archéologue japonais Saburo Sugiyama, membre de cette équipe qui travaille à Teotihuacan depuis six ans au coeur de la pyramide de la Lune, sur ce site classé patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO.
"Il y a des preuves solides d'un sacrifice massif de personnes et tout paraît indiquer qu'il s'agit de guerriers étrangers", ajoute son collègue Leonardo López Luján.
Selon les tests effectués, les corps ont été enterrés entre les années 250 et 300 de notre ère.
Dans la tombe de cinq mètres de large et deux de hauteur, ont également été trouvés des couteaux de sacrifice utilisés par les prêtres pour décapiter leurs victimes, des perles de jade et une statuette de 50 cm, la première entière découverte sur le site.
Au bout d'un tunnel de 15 mètres qui conduit au centre de la pyramide, des jeunes continuent de nettoyer des ossements humains et des couteaux de sacrifice.
La découverte renforce l'idée que la civilisation de Teotihuacan qui s'est développée par étape jusqu'en 650 après JC, avait une connotation guerrière et pas simplement religieuse comme on l'a cru pendant longtemps.
Plus de 85.000 personnes ont habité Teotihuacan qui s'étendait sur 3.500 hectares sur les hauts plateaux du Mexique.
"Les guerriers sont d'origines diverses", estime le chef du projet archéologique Rubén Cabrera.
Mais "il faudra encore connaître les caractéristiques osseuses et sanguines d'autres groupes (vivant dans la région) pour être sûrs", ajoute M. Cabrera. 41 ossements d'animaux, notamment de jaguars, de pumas, d'aigles royaux ont également été découverts dans la tombe. Ils ont été enterrés vivants avec les guerriers déjà sacrifiés, estiment les archéologues.
"C'est difficile d'imaginer que la tombe était propre au moment de l'enterrement, elle devait être couverte de sang", commente Saburo Sugiyama.
Lors de recherches antérieures, dont les découvertes sont actuellement exposées au musée national d'Anthropologie, avaient été découverts les corps de ce que l'on pense être des hauts dignitaires. Ils étaient assis en position de lotus, caractéristique de la civilisation maya qui s'est étendue du Honduras jusqu'au Yucatan.
Ces découvertes confirment aussi la théorie que Teotihuacan, dont l'origine et la décadence restent un mystère, avaient des contacts réguliers avec les autres cultures méso-américaines des siècles avant l'arrivée des Aztèques.

Une dizaine de guerriers, dont dix décapités, ont été découverts à l'intérieur de l'une des pyramides du célèbre site de Teotihuacan (50 km au nord-est de Mexico), a annoncé lundi (16 novembre) une équipe d'archéologues internationale.
"La tombe est sensationnelle, unique dans toute la Méso-Amérique", a souligné au cours d'une conférence de presse l'archéologue japonais Saburo Sugiyama, membre de cette équipe qui travaille à Teotihuacan depuis six ans au coeur de la pyramide de la Lune, sur ce site classé patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO.
"Il y a des preuves solides d'un sacrifice massif de personnes et tout paraît indiquer qu'il s'agit de guerriers étrangers", ajoute son collègue Leonardo López Luján.
Selon les tests effectués, les corps ont été enterrés entre les années 250 et 300 de notre ère.
Dans la tombe de cinq mètres de large et deux de hauteur, ont également été trouvés des couteaux de sacrifice utilisés par les prêtres pour décapiter leurs victimes, des perles de jade et une statuette de 50 cm, la première entière découverte sur le site.
Au bout d'un tunnel de 15 mètres qui conduit au centre de la pyramide, des jeunes continuent de nettoyer des ossements humains et des couteaux de sacrifice.
La découverte renforce l'idée que la civilisation de Teotihuacan qui s'est développée par étape jusqu'en 650 après JC, avait une connotation guerrière et pas simplement religieuse comme on l'a cru pendant longtemps.
Plus de 85.000 personnes ont habité Teotihuacan qui s'étendait sur 3.500 hectares sur les hauts plateaux du Mexique.
"Les guerriers sont d'origines diverses", estime le chef du projet archéologique Rubén Cabrera.
Mais "il faudra encore connaître les caractéristiques osseuses et sanguines d'autres groupes (vivant dans la région) pour être sûrs", ajoute M. Cabrera. 41 ossements d'animaux, notamment de jaguars, de pumas, d'aigles royaux ont également été découverts dans la tombe. Ils ont été enterrés vivants avec les guerriers déjà sacrifiés, estiment les archéologues.
"C'est difficile d'imaginer que la tombe était propre au moment de l'enterrement, elle devait être couverte de sang", commente Saburo Sugiyama.
Lors de recherches antérieures, dont les découvertes sont actuellement exposées au musée national d'Anthropologie, avaient été découverts les corps de ce que l'on pense être des hauts dignitaires. Ils étaient assis en position de lotus, caractéristique de la civilisation maya qui s'est étendue du Honduras jusqu'au Yucatan.
Ces découvertes confirment aussi la théorie que Teotihuacan, dont l'origine et la décadence restent un mystère, avaient des contacts réguliers avec les autres cultures méso-américaines des siècles avant l'arrivée des Aztèques.