• Connexion
Un orang-outan albinos retrouve sa liberté à Bornéo
Publié le 03/01/2019 2672 partages

NatureIndonésie

Twitter Facebook 2672 partages

Elle est le seul de son espèce. Alba, une femelle orang-outang albinos vient d'être remise en liberté au coeur de la jungle de Bornéo, plus d'un an après avoir été retrouvée en captivité d'après une ONG indonésienne. Elle semble très bien s'adapter à son retour à la vie sauvage. Il ne reste plus qu'à espérer que ses congénères ne soit pas aussi cruels que les Hommes.

Des orang-outans dans la jungle de Bornéo

Des orang-outans dans la jungle de Bornéo
© shalamov/123RF

Alba, la seule et unique orang-outan albinos, avait été repérée en avril 2017 par des militants pour la défense de l'environnement alors qu'elle se trouvait dans une cage d'un petit village du centre de la province indonésienne de Kalimantan. À l'époque, son pelage blanc et son nez ensanglanté avait fait réagir des défenseurs des animaux dans le monde entier. La pauvre bête ne pesait alors que 8 kilos d'après La Fondation pour la survie des orangs-outans de Bornéo (BOSF). Le primate magnifique aux yeux d'un bleu perçant a été relâché après un an de captivité dans son territoire d'origine de la jungle de Bornéo. Alba a été relâchée avec une compagne, Kika, venu du même centre de réhabilitation.

D'après Nico Hermanu, porte-parole de BOSF : « Jusqu'à présent elle montre de bons signes d'adaptation. Elle a escaladé des arbres hauts de 35 mètres et a mangé des fruits cueillis dans la forêt. » Du haut de ses six ans et forte de ses 28 kilos, Alba fait désormais l'objet d'une surveillance par les équipes du parc national de Bukit Baka Bukit Raya. Pour cette espèce en danger critique d'extinction, ce double sauvetage est une véritable aubaine. L'habitat de l'orang-outan se retrouve essentiellement sur les îles de Bornéo et de Sumatra et s'est malheureusement réduit de façon drastique à cause de l'exploitation des forêts pour le bois, le papier, l'huile de palme et les activités minières.

La population d'orangs-outans de Bornéo a chuté d'environ 288.500 en 1973 à moins de 100.000 aujourd'hui selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Deux autres espèces d'orangs-outans vivent sur l'île indonésienne de Sumatra et leur situation est aussi critique.Les employés des exploitations d'huile de palme attaquent parfois cet animal qu'ils considèrent comme un nuisible tandis que des braconniers les capturent pour les vendre comme des animaux de compagnie.