• Connexion
Un pyrosome géant observé au large de la Nouvelle-Zélande
Publié le 03/12/2018 527 partages

InsoliteNouvelle-Zélande

Twitter Facebook 527 partages

La découverte fut insolite et incroyable. Alors qu'ils plongeaient pour le tournage d'un film promotionnel sur White Island - une île au large de la Nouvelle-Zélande - deux vidéastes se sont retrouvés nez à nez avec une créature marine de plus de 8 mètres de long, appelée pyrosome. Ce monstre marin est très rare mais reconnaissable à sa forme tubulaire et sa fluorescence. Les deux amis ont pu immortaliser la scène et la partager aux chercheurs et au grand public.

La merveilleuse rencontre entre le plus grand ver aquatique du monde et les vidéastes s'est faite au large de la Nouvelle-Zélande, à proximité de l'île volcanique de White Island. Tandis que Steve Hathaway et son ami Andrew Buttle plongeaient dans le cadre de la réalisation d'un film promotionnel sur l'île, il se sont retrouvé confronté à un véritable monstre marin de plus de 8 mètres de long. Un rêve qui se réalise pour Steven, comme il le raconte au Washington Post, les yeux encore émerveillés : « J'avais toujours voulu en voir un! »

Le cratère de l'île volcanique de White Island

Le cratère de l'île volcanique de White Island
© muha/123RF

Cette légendaire créature sous-marine, qu'ont eu le bonheur de rencontrer les deux vidéastes, est appelé pyrosome. Cette sorte de ver des mers géant est en fait un ensemble de milliers d'organismes indépendants, appelés zooïdes, qui se regroupent en une seule structure unique sous la forme d'une chaussette ou d'un préservatif. Avec son corps bioluminescent, il se défend en s'éclairant d'une lumière vive lorsqu'il se sent en danger. Originellement blanc laiteux, il peut aussi adopter la couleur jaune, mauve ou rose. Peu importe sa taille, il ne se nourrit que d'êtres vivants de taille microscopique qu'il aspire avec l'eau puis recrache par l'autre extrémité du tube. Très lent, il peut aussi bien vivre en surface que dans les profondeurs.

L'ensemble des espèces de zooïdes sont hermaphrodites. Selon les Données d'observation pour la reconnaissance et l'identification de la faune et la flore subaquatique, le DORIS, « ce mode de reproduction peut conduire à la formation de gigantesques colonies formant un pyrosome géant ». Pour autant, bien que nombreux dans les eaux chaudes du globe, le pyrosome ne se confronte que rarement avec les hommes. La découverte de Steven Hathaway et Andrew Battle est, en ce sens, inhabituellement incroyable, surtout lorsqu'on sait qu'un pyrosome ne mesure, en moyenne, qu'entre 10 centimètre et un mètre de long.

Brut nous explique le Pyrosome

Dans son témoignage au Washington Post, Steve Hathaway raconte que « le printemps amène de grandes quantités de phytoplancton autour de l'île, celui-là même qui est nécessaire à l'alimentation des pyrosomes. Cela peut expliquer la raison pour laquelle nous en avons rencontré un». Les pyrosomes sont connus pour vivre dans des climats marins chauds (mer Rouge, golfe Persique, océan Indien, Pacifique, les Caraïbes et l'Atlantique) et il en existe trois genres, dont la plus commune est le pyrosome atlantique ne mesurant pas plus de 12 cm.