Las Pozas : Un jardin surréaliste perdu dans la jungle mexicaine

InsoliteMexique

Twitter Facebook Google+ 244 partages

En plein milieu de la jungle mexicaine se trouve un endroit extraordinaire : Las Pozas. Ce jardin surréaliste est né du rêve d'un homme, Edward James. Cet aristocrate anglais amateur d'art a fait de cette ancienne plantation de café un véritable musée à ciel ouvert. Sa construction fut brutalement stoppée en 1984 et le jardin est depuis resté inachevé. Cela lui confère une atmosphère magique de ruines qu'une civilisation passée aurait laissées là... Un paradis perdu et préservé du tourisme.

  • Twitter
  • Facebook
  • Une oeuvre titanesque
    © quasarphoto/123RF
    Une oeuvre titanesque

    Le jardin d'Edward James rassemble pas moins de 32 créations surréalistes

  • Un musée dans un jardin
    © zsuriel1/123RF
    Un musée dans un jardin

    Le jardin était à la base destiné à acceuillir des orchidées, une des passion d'Edward. Mais le climat hivernal en a décidé autrement.

  • Xilita, une ville en hauteur
    © zsuriel1/123RF
    Xilita, une ville en hauteur

    Xilita, la ville accueillant le jardin, est situé à 650m d'altitude. C'est aussi une oeuvre avec ses maisons colorées et ses statues.

  • Un jardin inspiré par les idôles d'Edward James
    © vankok/123RF
    Un jardin inspiré par les idôles d'Edward James

    Dali, Gaudi, Magritte... Ils ont tous inspiré Edward James.

  • Les Bassins
    © vankok/123RF
    Les Bassins

    Le jardin est situé sur le lieu-dit Las Pozas, ce qui signifie "Les Bassins". Edward James a fait honneur à ce nom en parsement l'endroit de bassins dans lesquels il aimait se baigner

1

Un jour, un homme a fait un rêve : créer un endroit dédié à l'art surréaliste et devenir ainsi un artiste. Edward James n'a pas fait que rêver, il a réalisé son projet ! Ce riche aristocrate anglais était un collectionneur d'orchidées, de perroquets et surtout d'art surréaliste. Dali, Magritte, Picasso... Grâce à une fortune héritée de son père, Edward a pu rassembler de nombreuse toiles de maitres du genre.

Mais il a voulu aller plus loin. Lors d'un voyage au Mexique en 1947, il découvre le village de Xilita et sa jungle luxuriante. Dans cette partie très humide du pays, il fait l'acquisition de Las Pozas, une plantation de café. Perchés à 650m d'altitude, ces 37 hectares de forêt lui offrent un formidable terrain de jeu. Il va d'abord y planter 30 000 orchidées mais un hiver très rude aura raison d'elles. C'est en 1962 qu'il commence son second projet : un jardin éternel fait de béton. Au milieu de plantes commencent à pousser des colonnes ne soutenant rien et des escaliers ne menant nul part. Toutes les créations sont inspirées de l'art surréaliste.

Les travaux sont subitement stoppés en 1984, à la mort d'Edward. Il aura passé la moitié de sa vie sur ce projet qui coûtera au final 5 millions de dollars. Pour financer son rêve, il se sépare de ses précieuses toiles, de ses biens et même de sa maison familiale en Angleterre. Le projet d'une vie qui restera à jamais inachevé. En 2012, des travaux de rénovation sont entamés pour préserver l'oeuvre d'Edward envahie par la nature. Depuis 1991, le jardin est accessible au public et chaque année ce sont 720 000 visiteurs (surtout mexicains) qui viennent découvrir ce musée en plein air.

0 J'aime 0 J'aime pas
Constance Biard
Publié le 13/02/2018 244 partages
Twitter Facebook Google+