Publié le 24/04/2020

#Environnement #Brésil

Un an après les incendies, faut-il reboiser la forêt Amazonienne ?

En 2019, une série d'incendies particulièrement intenses ravageait la forêt Amazonienne, avec plus de 30 000 départs de feu enregistrés. Cela représente une augmentation de plus de 80% par rapport à l'année 2018. Un chiffre effroyable et des images spectaculaires qui ont fait réagir le monde entier. Néanmoins, aujourd'hui la question se pose : faut-il reboiser les hectares de forêts qui ont été brûlés ?

   

    © Richard Whitcombe/123RF

Préserver plutôt que reforester

Reboiser l'Amazonie est-ce une bonne idée ? C'est à cette question que cherchent à répondre les chercheurs de l' IDDRI Yann Laurans, Frédéric Amiel et Damien Barchiche. Si la préservation de la forêt est essentielle, le sujet est plus complexe lorsque l'on évoque la reforestation. L'Amazonie et ses 5 millions de km², représente le plus grand réservoir de biodiversité au monde, elle possède également un rôle essentiel pour le climat en tant que puit de carbone. La forêt représente également un patrimoine à la fois matériel, immatériel et culturel pour les peuples qui vivent dedans et à proximité. Ce statut de patrimoine rendrait impossible la possibilité de recréer la forêt comme à son origine, notamment pour les autochtones. De plus, là où la question de re-planter pose problème c'est qu'il est impossible de recréer un système aussi riche que celui de l'Amazonie. En effet, là où une forêt européenne classique contient entre 10 et 15 espèces de plantes différentes par hectare, la forêt amazonienne en possède en moyenne plus de 300 (parfois 600 dans quelques zones).

Ainsi, la manière la plus efficace et économique de restaurer les espaces perdus consisterait simplement à laisser la forêt se régénérer de manière naturelle, plutôt que de lancer de vastes campagnes de reboisement artificiel. Les chercheurs concluent en déclarant que le meilleur moyen pour cela serait d'agir sur les politiques, afin de sensibiliser le plus possible à la préservation de l'Amazonie et éviter d'aggraver sa déforestation.

Un homme a reboisé 31 hectares de forêt, à lui seul, en 40 ans !

Cependant, dans certains cas le reboisement peut s'avérer être une mesure efficace pour retrouver des espaces naturels perdus, nécessaire à la vie de certaines communautés. Il ya quelques années, Antonio Vicente est devenu un véritable symbole de la reforestation. L'homme a réalisé tout au long de sa vie un véritable exploit. Il a planté à lui seul près de 50 000 graines d'arbres et de plantes pendant 40 ans pour reboiser une forêt de l'état de Sao Paulo. Lorsqu'il était enfant, Vicente alertait les gens sur le fait que l'exploitation de la forêt pour l'élevage menacait de tarir les sources d'eau, ce qui a fini par arriver. Pour remédier à cela, Vicente a quitté sa campagne natale pour aller travailler à la ville et économiser.
Avec cet argent, il a ainsi pu acquérir près de 31 hectares de terrains qui serviront à planter les dizaines de milliers de graines, et peu à peu,replanter une forêt entière.
"J'ai commencé à replanter. Et alors, les sources d'eau ont commencé à refaire surface. Aujourd'hui, je possède 31 hectares de terres ici. Toutes revégétalisées avec des plantes indigènes. Il y a huit chutes d'eau qui sont toutes revenues à la vie. C'est ce que je voulais faire. C'est comme ma famille".