• Connexion
En Turquie, des centaines de sites archéologiques pourraient disparaître sous les eaux
Publié le 08/01/2019 326 partages

CultureTurquie

Twitter Facebook 326 partages

En Turquie, des barrages sont construits en nombre pour exploiter l'eau au maximum. L'un d'eux, sur le Tigre, fait particulièrement polémique. La fin de sa construction engloutirait la grande majorité d'un village millénaire, des centaines de sites archéologiques et des milliers d'habitants seraient contraints de partir.

Réputée pour son patrimoine, sa richesse culturelle et son Histoire, la Turquie est-elle en passe de faire ses adieux à ce qui fait sa force ? Il semblerait. Le Projet pour l'Anatolie du Sud-Est (GAP) prévoit la construction de barrages pour exploiter un maximum l'eau. Au total, pas moins de vingt-deux barrages ont déjà été bâtis, sur le Tigre et sur l'Euphrate.

Une cité millénaire en danger

Une cité millénaire en danger
© emrahakyildiz@gmail.com

L'un d'eux fait particulièrement parler de lui. Il se trouve sur à Ilisuà, sur le Tigre. La construction, entamée en 2006, est sur le point de se terminer. Problème : Hasankeyf, village vieux de 12 000 ans, construit dans la roche, serait englouti à 80 %, au même titre que ses deux palais, sa citadelle et son pont. Les 3000 habitants seront contraints de partir.

Aux alentours, même combat pour des dizaines d'autres villages, des dizaines de milliers de turcs et 300 sites archéologiques. Les habitants de Hasankeyf ont manifesté leur mécontentement depuis le début, suite à une demande, leur imposant de s'installer dans des locaux récents. Le réservoir aurait dû se remplir en juillet. Pour le moment, rien a été fait et les habitants vivent dans l'attente.