• Connexion
Un atoll du Pacifique éradique le moustique tigre... par erreur !
Publié le 26/03/2018 550 partages

NatureEtats-Unis

Twitter Facebook 550 partages

Alors que certains pays mettent en place des moyens considérables pour venir à bout des moustiques tigres, un petit atoll du Pacifique y est parvenu... par hasard ! En voulant supprimer la population de rats devenue trop importante, les scientifiques ont totalement éradiqué ces moustiques porteurs de virus. Un évènement qui surprend les chercheurs et soulève de multiples hypothèses.

L'atoll de Palmyra est littéralement perdu au milieu du Pacifique ! Ces îlets ne sont habités que par des oiseaux marins et quelques chercheurs. Les hommes se sont intéressés à ce petit paradis durant la Seconde Guerre mondiale pour pratiquer des essais nucléaires et ont apport avec eux deux autres cadeaux : les rats et les moustiques tigres.

Ces derniers ont proliféré sur l'atoll depuis 50 ans et en 2011, la population de rats était devenu trop importante et menaçait les oiseaux. Les scientifiques ont donc pris la décision de tous les tuer. Pour cela ils ont utilisé de la mort aux rats qui s'est révélée très efficace. Tellement efficace qu'elle a aussi conduit à la suppression des moustiques tigres.

On ne verra plus cette espèce sur l'atoll Palmyra

On ne verra plus cette espèce sur l'atoll Palmyra
© marcouliana/123RF

Suite à la vague de suppression des rats, les chercheurs ont remarqué qu'ils subissaient de moins en moins d'attaque de moustiques tigres à tel point qu'ils n'avaient plus besoin de lotion protectrice. Ils ont donc supposé que l'espèce avait été éradiquée avec les rats, qui étaient leur première source de nourriture (même s'ils ne disaient pas non à un peu de sang humain de temps en temps). Pour en avoir le cœur net, ils ont procédé entre 2015 et 2017 à des captures de moustiques sur l'atoll.

Surprise : ils n'ont trouvé aucun moustique tigre, preuve qu'ils ont bien disparus. Les scientifiques ont alors élaboré différentes théories pour expliquer ce phénomène. La première veut que les moustiques n'aient pas pu s'adapter et changer de source de nourriture (les hommes par exemple). La seconde est que les moustiques ont continué à boire du sang de rats après que ceux-ci aient ingéré l'anticoagulant que leur avaient donné les hommes.

Deux théories qui se complètent sûrement pour expliquer cette « éradication secondaire accidentelle ». Nous ne saurons jamais vraiment la véritable cause de cette disparition, ce qui est dommage puisque cela aurait pu aider les pays qui cherchent à tout prix à se débarrasser des moustiques tigres.