• Connexion
La tortue géante à carapace molle, une espèce bientôt éteinte
Publié le 21/03/2019

EnvironnementFrance

Twitter Facebook

Victime de braconnage et du réchauffement climatique, presque toutes les espèces de tortues sont en voie de disparition. La plus menacée est la tortue géante à carapace molle du fleuve Bleu dont il ne reste plus que trois survivants, deux mâles et une femelle. Les agents en charge de la protection de l'environnement sont à la recherche d'une quatrième tortue.

 

 
© photodee

La tortue géante à carapace molle du fleuve Bleu est en danger


Même si elles ont survécu aux dinosaures, il se peut que les tortues ne résistent pas aux dégâts que l'humanité peut causer sur la terre. En effet, sur les 356 espèces terrestres et marines de tortues modernes, 61% sont soit en danger soit déjà éteintes, confirme une étude publiée dans la revue "BioScience". "Les tortues sont parmi les plus menacées des groupes majeurs de vertébrés, davantage que les oiseaux, les mammifères, les poissons et même que les plus assiégés, les amphibiens", assure l'équipe emmenée par Jeffrey Lovich, du centre des sciences biologiques de l'institut d'études géologiques des Etats-Unis.

La tortue géante à carapace molle du fleuve Bleu est l'une des espèces les plus en danger d'extinction au monde. Elle ne compte aujourd'hui plus que trois individus connus par les chercheurs. Un mâle et une femelle, qui n'a produit aucun oeuf fertile, sont en captivité au zoo de Suzhou, en Chine, et une autre tortue à l'état sauvage se trouve dans le lac de Dong Mo au Vietnam. Les agents en charge de la protection de l'environnement sont désespérément à la recherche d'une quatrième pour augmenter leurs chances de reproduction et sauver l'espèce. Selon eux, une tortue à l'état sauvage serait cachée au fin fond de la province de Yunnan.

Une disparition inquiétante pour la planète

Un constat inquiétant car les tortues sont indispensables à notre éco-système. Elles sont considérées comme indicateur de la santé de l'environnement. "Les tortues peuvent être des acteurs majeurs dans les chaînes alimentaires des écosystèmes car elles peuvent être herbivores, omnivores et carnivores" expliquent les auteurs de l'étude. "Elles contribuent à la santé de nombreux environnements, y compris les déserts, les zones humides, les écosystèmes marins et d'eau douce, et leurs déclins pourraient conduire à des effets négatifs qui ne seraient pas immédiatement visibles sur d'autres espèces, y compris les humains".

 

 
© Jakub Gojda