• Connexion
The Green Book : ce guide de voyage qui était destiné aux Afro-Américains
Publié le 10/03/2019

SociétéEtats-Unis

Twitter Facebook

Il y a de cela quelques décennies, existait un ouvrage dédié uniquement aux voyageurs Noirs qui prenaient la route à travers les États américains. Ce guide de voyage se nommait The Negro Motorist Green-Book. Et depuis peu, il ressort de l'oubli, mis en avant dans le film oscarisé de Peter farrelly, Green Book : Sur les routes du sud.

 

 
© duha127/123RF

En ce début d'année, Vous avez certainement entendu parler de ce film. Green Book : Sur les routes du sud de Peter Farrelly avec Viggo Mortensen et Mahershala Ali, est salué aussi bien par les spectateurs que par la critique. Il remporte d'ailleurs l'Oscar du meilleur film, lors de la 91ème cérémonie des Oscars, le 24 février dernier.

Green Book : Sur les routes du sud

Mais derrière ce road movie adapté d'une histoire vraie, où l'on assiste à la naissance d'une amitié entre un pianiste noir distingué et son chauffeur d'origine italienne, un peu bourru et xénophobe, se cache une réalité plus sombre, celle du " Green Book " (de son vrai titre The Negro Motorist Green-Book), un ancien guide de voyage qui était uniquement destiné aux personnes noires voyageant aux USA.

Un peu d'histoire

Alors que la ségrégation raciale aux États-Unis prend normalement fin avec le compromis de 1877, le Sud du pays contourne ce dernier et met en place une série d'arrêtés et de réglementations distinguant les citoyens selon leur couleur de peau ; les Lois Jim Crow. Les plus importantes introduisaient la ségrégation dans les écoles et dans la plupart des services publics, y compris les trains et les bus.

Ce n'est qu'en 1964 que ces lois ont été abolies par le Civil Rights Act.

La création du " Green Book "

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Gigi (@gigi_o_vanbelle) le

Dans ce contexte, prendre la route pouvait s'avérer compliqué pour les Afro-Américains. Certaines entreprises appartenant à des Blancs refusaient de les servir, de réparer leur véhicule ou encore de les loger. Ils pouvaient se faire expulser ou même agresser s'ils passaient dans les " Sundown towns " : des villes excluant officiellement les Noirs.

C'est pour aider leurs déplacements que The Negro Motorist Green-Book a été publié, et ce tous les ans entre 1936 et 1966. Il recensait les commerces et les hôtels qui acceptaient la clientèle noire

À l'origine de cet ouvrage, un postier afro-américain du nom de Victor H. Green qui souhaitait "donner au voyageur noir une information le mettant à l'abri des difficultés et tracas, rendant son voyage plus agréable".

À ses débuts, le guide de voyage ne couvrait que New York et ses environs, puis s'est ensuite étendu au reste du pays, mais aussi au Canada, Mexique et aux Caraïbes.

Le livre était divisé en plusieurs catégories : les hôtels, les motels, les locations chez les particuliers et les restaurants, mais certaines annotations permettent également de trouver des stations-services, des garages, ou encore des salons de beauté ou des bars. Comme pour tous les guides de voyage, on y trouvait donc le nom de l'établissement, suivi de l'adresse. Certains établissements pouvaient, contre un supplément, avoir une étoile indiquant qu'il était recommandé par le guide.

Ce n'est qu'après l'abolition des lois ségrégationnistes en 1964, que ce livre devient alors obsolète, entrainant l'arrêt de sa publication, en 1966.