En Russie, entreprises à l'arrêt et animaux errants exterminés pour la Coupe du monde de football
Publié le 13/02/2018 10087 partages

SociétéRussie

Twitter Facebook 10087 partages

En vertu d'un décret signé par Vladimir Poutine, les entreprises de onze villes russes devront se mettre à l'arrêt pendant la Coupe du monde de football qui se déroulera du 14 juin au 15 juillet. Les chiens et chats errants seront quant à eux abattus.

La Russie tournera à bas régime du 14 juin au 15 juillet 2018, lors de la Coupe du monde de football. Vladimir Poutine a en effet ordonné aux industriels de onze villes russes de cesser toutes leurs activités pendant un mois, voire plus, alors que le pays accueille l'événement pour la première fois de son histoire. Ce décret du Kremlin concerne des centaines de sites, dont des centrales nucléaires et électriques, des raffineries et des usines chimiques.

Par ce décret, le gouvernement souhaite anticiper de potentiels accidents ou attaques et privilégie ainsi la sécurité des spectateurs au détriment de l'économie du pays. Le texte précise que la production devra s'interrompre un mois avant la compétition et jusqu'à sa fin, dans toutes les entreprises jugées « dangereuses, qui utilisent des sources de rayonnement ionisant, des substances chimiques, biologiques, radioactives, toxiques ou explosives ». Dès la mi-janvier, les patrons ont commencé à recevoir une lettre du FSB, les services russes de sécurité, leur enjoignant de se mettre en conformité.

Un million d'euros pour exterminer les chiens errants

Un million d'euros pour exterminer les chiens errants
© devin_pavel/123RF

Moscou, Saint-Petersbourg, Sotchi... Plusieurs villes sont concernées par ce décret et le gouvernement ne rigole pas avec la sécurité : une interdiction de produire a même été envoyée à une entreprise située à 400 kilomètres de Nijni Novgorod, une des villes accueillant le championnat. Les entreprises pour qui il ne sera pas possible de suspendre leurs activités devront s'expliquer face aux autorités et les informer des conséquences écologiques et du nombre possible de victimes en cas d'une situation d'urgence.

Le pays a également lancé une campagne d'extermination par empoisonnement d'1,5 million d'euros à l'encontre des chats et chiens errants des onze villes qui accueillent la compétition. Les associations de défense des animaux ont d'ores et déjà interpellé le président russe, lui signifiant que cet empoisonnement de masse « n'est pas digne du pays organisateur de la Coupe du Monde de Football ».