On a testé pour vous : le Maroc en camping-car
Publié le 31/10/2017 Modifié le 02/11/2017

NatureMaroc

Twitter Facebook 243 partages

Destination phare du Maghreb, le Maroc attire chaque année des millions de visiteurs. Les villes les plus prisées sont de grandes agglomérations, mais le pays ne se réduit pas à Agadir, Rabbat ou Marrakech. Bien au contraire. Loin des grandes villes européanisées et de leur effervescence, vous allez découvrir les facettes d'un Maroc traditionnel, hospitalier et authentique. C'est parti pour un road-trip loin des sentiers battus !

  • Twitter
  • Facebook
  • Tout commence... dans le sud de la France
    Tout commence... dans le sud de la France

    Demain, nous prenons le bateau. On va tester pour vous le Maroc en camping-car. Si c'est une destination touristique phare du Maghreb, de nombreux endroits - en particulier dans le sud - restent encore méconnus. Le voyage va durer trois mois : c'est la durée maximale de séjour avec le même visa. Notre but : explorer des coins reculés, goûter à la culture locale, aux traditions, rester plusieurs semaines dans un village, partager le rythme de vie des marocains qui vivent dans le sud du pays. Au passage, on a prévu de refaire une beauté à notre vieux compagnon de route, un Mercedes de 1981. La carrosserie, c'est beaucoup moins cher dans le pays.

    ©Céline Larnaudie/Easyvoyage
  • L'embarcadère
    L'embarcadère

    Nous voici dans le port de Sète, prêts à embarquer pour Nador. La traversée va durer 24 heures. Ici, c'est la cohue. Le bruit des klaxons se mêle au ronflement des moteurs. À droite, à gauche, devant, derrière, nous sommes cernés. Nous sommes surpris par le nombre des camions qui embarquent pour le Maroc. Chargés à bloc, ils transportent vélos, scooters, matelas, quincaillerie... On voit de tout. Même les objets qu'on aurait jetés en France (vélos cassés, électronique déficient). Quand on demande « pourquoi » ? On nous répond : « pour réparer, c'est pas perdu tout ça » ! On apprendra plus tard qu'en effet, les marocains sont les rois de la débrouille.

    ©Céline Larnaudie/Easyvoyage
  • Premiers pas sur les routes marocaines
    Premiers pas sur les routes marocaines

    Nous avons rejoint le sol marocain avec beaucoup de retard. Trop tard pour le camping le premier soir, un parking a fait l'affaire pour passer la nuit. Le matin, cap sur Fès ! On découvre de belles routes, larges, bien entretenues. Les panneaux indiquent les directions en français et en arabe. Les premières heures de conduite sont un peu stressantes : les voitures débarquent rapidement, les dépassements sont parfois un peu osés. Sur les routes de campagne, des charrettes tirées par des ânes côtoient les véhicules. Puis on se détend : oui, les marocains ont le klaxon facile, mais ici, ça ne veut pas dire « hé, pousse-toi de mon chemin » ou « bouge la, ta voiture ! » mais plutôt « tut tut, attention l'ami, je double, je suis là ». Un petit signe amical accompagne parfois le bruit.

    ©Céline Larnaudie/Easyvoyage
  • Fès et ses tanneries
    Fès et ses tanneries

    Nous arrivons à Fès à la tombée de la nuit. Faible visibilité, circulation importante, il est difficile de se repérer. Un homme conduisant une mobylette repère les touristes que nous sommes : « Je vous conduis au camping le plus proche, suivez-moi ». On s'exécute : il faut s'accrocher, il se faufile comme une anguille entre les véhicules et notre vieille carcasse n'a pas beaucoup de reprise. Mais le camping apparaît. L'escale à Fès dure quelques jours, le temps de découvrir la médina (vieille ville), les tanneries de cuir aux couleurs vives, le marché animé. On a aussi payé des épices dix fois leur prix, et plusieurs guides autoproclamés nous ont abordé. L'un d'entre eux, avec qui le contact est bien passé, nous a montré l'autre visage de la belle Fès : derrière la médina se trouve une immense déchetterie à ciel ouvert, où croupissent poubelles et animaux en perdition. Un cheval boîteux, dont le dos était couvert de plaies, recevait des cailloux lorsqu'il s'approchait des maisons. Une scène difficile à supporter. L'atmosphère de la ville nous étouffe. Demain, nous partons vers plus de tranquillité.

    © charles03/123RF
  • Moulay-Idriss, perchée sur sa coline
    Moulay-Idriss, perchée sur sa coline

    C'est à la sainte ville de Moulay Idriss, haut lieu de pélerinage distant d'une vingtaine de kilomètres de Meknès, que nous faisons escale. Là encore, un habitant vient à notre rencontre et propose de nous faire visiter le village. Laissons-nous guider. La ville porte le nom de l'arrière-petit-fils de Mahomet, dont l'homme nous raconte l'histoire. Aux alentours, se trouvent les célèbres ruines romaines de Volubilis. On se promène dans la ville, comme dans la campagne environnante. Il nous fait entrer dans une usine qui fabrique de l'huile d'olive, composée de pressoirs géants et baignée d'odeurs nauséabondes. Il nous parle avec franchise, nous explique que l'essentiel des commerces rentables de la ville sont tenus par des membres de la famille royale, et qu'il est difficile de gagner correctement sa vie. C'est pour ça qu'il fait le guide, pour un petit complément d'argent. Nous restons quelques jours, puis c'est vers l'océan que nous faisons route.

    ©Céline Larnaudie/Easyvoyage
1

Pour des vacances au Maroc, à quelles destinations pensez-vous ? Marrakech, Agadir ou même Essaouira ? Casablanca ou la royale Rabbat? Les touristes se cantonnent parfois aux grandes villes du pays. Pourtant, ce n'est pas là qu'on admire les paysages les plus impressionnants ; ni qu'on fait les meilleures affaires ! La maxime « Marrakech, arnakech » donne le ton.

Aujourd'hui, découvrez d'autres destinations à la campagne, à la mer ou dans le désert, d'où vous pourrez rapporter bijoux, poteries, tapis aux plus bas prix. Embarquez pour un road-trip au Maroc loin des sentiers battus ! Le camping « sauvage » étant toléré, on peut dormir dans la plupart de ces lieux si l'on voyage en van ou en camping-car. À condition bien sûr d'être respectueux de l'environnement. N'est-il pas fabuleux de s'éveiller chaque matin, seul au monde, un nouveau paysage merveilleux sous les yeux ?