• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Maroc : des oasis ancestrales disparaissent
Publié le 27/02/2020

EnvironnementMaroc

Twitter Facebook 266 partages

Le réchauffement climatique continue de menacer la planète. Au Maroc, les cycles de sécheresse sont plus fréquents. Ils ont lieu une fois tous les cinq ans à une fois tous les deux ans. Durant le XXe siècle, le pays a perdu près de deux tiers de ses 14 millions de palmiers. On vous dit tout.

 

 
© Satori/123RF

Les oasis marocains sont menacées d'extinction à cause du dérèglement climatique. Un résident de l'oasis de Skoura et un acteur associatif, Mohamed El Houkari a explique au site Futura-sciences : "j'ai grandi dans cette oasis et j'ai été témoin de son rétrécissement progressif" en insistant sur le fait que "la menace de sa disparition est bien réelle".

Auparavant, il était monnaie courant de se retrouver autour des oasis marocains. Des activités agricoles, le patrimoine architectural et culturel se développaient. Aujourd'hui, ces paysages idylliques ne sont que terres craquelées.

"40 mètres de profondeur"

Récemment l'ONG Greenpeace a alerté sur la menace d'extinction des oasis " en raison de l'impact considérable des températures élevées sur les ressources en eau". " La fréquence des sécheresses a augmenté au cours des 20 à 40 dernières années en Tunisie, au Maroc, en Syrie et en Algérie, passant au Maroc d'une fois tous les cinq ans à une fois tous les deux ans ", précise Greenpeace.
Pour les quelques agriculteurs qui sont restés dans ces oasis, ils souffrent de cette sécheresse, qui a détruit leur terrain vert et abondant en eau autrefois. Désormais, ils doivent se fournir en pompes électriques pour puiser de l'eau en profondeur. Il faut creuser jusqu'à 40 mètres de profondeur pour trouver de l'eau, alors que dans les années 80, il suffisait de creuser 7 à 10 mètres pour tomber sur l'eau.

Un programme de sensibilisation pour sauver les oasis

Les locaux pensent qu'il faut sensibiliser sur les dangers de la désertification pour sauver les oasis du pays. La plupart d'entre eux dénonce aussi le déracinement des palmiers pour les vendre à des propriétaires de villas. Pour contrer cela, en 2008, l'Agence nationale de développement des zones oasiennes et de l'arganier (ANDZOA) a lancé un " grand programme avec la plantation de trois millions d'arbres, un objectif atteint en 2019 ", assure Brahim Hafidi, son directeur général. " On s'est donné comme objectif la mobilisation d'un milliard de mètres cubes d'eau d'ici la fin de 2020 ", avec notamment la construction de barrages et la réhabilitation de canaux d'irrigation, aussi bien pour les oasis que pour les locaux qui souffrent de pénurie d'eau.

Autre article proposé par l'auteur