• Connexion
D'ici 2100, la couleur des océans va changer
Publié le 21/02/2019

EnvironnementFrance

Twitter Facebook 423 partages

Selon une étude, la couleur de plus de 50% des océans devraient changer d'ici 2100, conséquence du réchauffement climatique et des modifications du phytoplancton. Etudier la couleur des océans est un moyen scientifique efficace pour savoir ce qu'il se passe sous la surface de l'eau. Après analyse l'eau pourrait devenir plus bleue ou plus verte.

 

 
© ailenn

Une étude publiée dans la revue dans la revue Nature Communications démontre que la couleur des océans va changer d'ici 2100. Après avoir étudié la façon dont le phytoplancton présent à la surface des océans, les chercheurs ont conclu que si nous ne réduisons pas les émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique aura des conséquences sur les écosystèmes marins. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology ont d'abord simulé la croissance des différentes molécules présentes à la surface de l'eau en se basant sur un réchauffement de la planète de 3 °C d'ici 2100.


Avec une diminution de ces organismes dans les régions subtropicales les océans seront plus bleus, et à l'inverse avec la multiplication du phytoplancton le long de l'équateur et des pôles l'eau sera plus verte. Dans les océans, les phytoplanctons, en fonction des températures, absorbent les couleurs que l'interaction entre les rayons du soleil et l'eau produit, à l'exception du bleu qu'il réfléchit. Ces organismes végétaux, en se modifiant et en se déplaçant pourraient, plus tard, altérer la couleur des océans.

Ces changements pouraient avoir des conséquences graves sur la planète. "Ce qui était particulier avec ce modèle, c'est qu'il suggère que les légers changements de couleur constituent une alerte précoce », explique la scientifique Stephanie Dutkiewicz, auteure principale de l'étude. « Le phytoplancton est la base du réseau trophique marin. L'ensemble des êtres vivant dans les océans ont besoin de phytoplancton pour vivre. Les conséquences se feront sentir sur l'ensemble de la chaîne alimentaire".