• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Coronavirus : après l'avion, qu'en est-il des transports en commun ?
Publié le 18/03/2020 , Modifié le 19/03/2020

TransportFrance

Twitter Facebook 140 partages

On parle beaucoup des liaisons aériennes et maritimes, mais qu'en est-il des trains, des TER, des bus et des métros ? Suite aux mesures prises par le gouvernement dans le but de limiter la propagation du coronavirus, les transports nationaux vont être, dans les jours à venir, réduits au maximum, sans pour autant être supprimés totalement.

Si les transports urbains, tels que les taxis et le VTC sont encore peu touchés, pour les autres, c'est une autre histoire. La ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne a affirmé qu'il n'y aurait pas " d'arrêt brutal. " Pourtant, nombreux étaient les Français se ruant vers les gares pour rentrer à la maison ou échapper au confinement en se rendant à la campagne.

Le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, s'est quant à lui exprimé, notamment sur les trajets longue distance. Il a expliqué que le trafic serait désormais limité à un train sur deux (concernant les intercités et les TGV) et deux TER sur trois, dès aujourd'hui. Quant à la semaine prochaine, il prévoie un trafic " entre 30 et 40% " par rapport à la normale.

Enfin, concernant les bus, les tramways et les métros, même son de cloche. Le trafic va baisser progressivement. Une baisse liée, bien entendu, à la nécessité de contrer la propagation, mais également liée à l'absentéisme des agents, tout aussi touchés par ces mesures gouvernementales, ou encore, à la baisse de fréquentation des usagers.

Les transports en commun impactés

Les transports en commun impactés
© satina/123rf