• Connexion
S'envoyer en l'air peut coûter la peau des fesses
Publié le 06/11/2018 1169 partages

TransportFrance

Twitter Facebook 1169 partages

Atteindre le septième ciel dans l'avion ? Qui n'a jamais eu ce fantasme ? Et pourtant dans certains cas, il peut coûter cher au porte-feuille. Que risque-t-on à " s'envoyer en l'air " ? Et quel est le rôle de l'équipage à bord ?

Sexe sans risque ou pas ?

Sexe sans risque ou pas ?
© Fabio Formaggio / 123RF

Démasquer un couple qui passe un peu trop de temps dans les toilettes, à s'envoyer en l'air peut être délicat à gérer. Dans certains cas, l'équipage alerte le capitaine et les autorités. Dans des cas encore plus extrêmes, les autorités envoient aussi des bombardiers afin d'escorter l'avion à un point d'atterrissage. Cela dit, l'appel de l'escorte militaire peut paraître un pointillé un peu excessif. La question que l'on doit se poser est : que sont supposés faire les membres d'équipage face à un couple qui tente de rejoindre le mile-high club (ce club réunit les voyageurs qui ont fait l'amour à 10 000 mètres d'altitude, dans les toilettes ou bien dans la cabine d'un avion. À l'origine, c'était les stewards, les hôtesses de l'air et les pilotes qui avaient une relation sexuelle en plein vol) ?

La "love suite"

Dans le cas où il y a des doutes au petit coin, l'équipage doit frapper à la porte et s'enquérir poliment ou bien entrer si besoin. Les compagnies aériennes ne prévoient pas spécialement de consignes particulières durant la formation des équipages, mais actuellement peu d'hôtesses ou de stewards tolèrent les galipettes à bord.
Face à ce petit dérangement, la compagnie Virgin Atlantic a décidé d'innover en proposant des "love suites" qui sont situées en première classe, à bord de ses quatre nouveaux Boeing, de la flotte d'Air Berlin. Un fauteuil combiné permet de regarder, de dîner et de se faire des câlins à deux, en toute intimité.

Cas numéro 1 : 180 euros d'amende

Se faire plaisir dans un avion peut devenir cher. En 2013, un couple américain a pu le constater avec la peine donnée par la cour fédérale de Las Vegas. Sur le vol 557 d'Allegiant Air, une compagnie américaine low cost, un couple n'a aucunement dissimulé leurs gestes, entre fellations et caresses intimes, malgré les reproches de l'équipage et les plaintes des passagers à bord. Le couple devra s'acquitter d'une amende de 250 dollars chacun (soit 180 euros) pour leurs ébats sexuels peu discrets sur un vol de Las Vegas à Medford. Les tourtereaux se tirent plutôt bien puisqu'ils risquaient 90 jours de prison. Au-delà de l'amende, les exploits en altitude peuvent engendrer des conséquences bien plus graves. En effet, le jeune homme avait expliqué au journal local, le Mail Tribune, qu'en plus de l'amende, ce dernier avait perdu son travail, sa réputation et avait endommagé son héritage qu'il avait fait fructifier pendant 10 ans.

Cas numéro 2 : 1 124 euros d'amende

Bien qu'il n'y ait pas de loi précise interdisant les relations sexuelles dans un avion, on peut par contre être jugé sur d'autres cas. En vertu de l'article 71 de la loi de 2004 sur les infractions sexuelles, il est illégal d'avoir des relations sexuelles dans des toilettes accessibles au public. Si l'acte peut être prouvé, vous risqueriez une peine de six mois d'emprisonnement ou bien d'une amende de 1 000 livres (1 124 euros).