• Connexion
Le Maroc inaugure le tout premier TGV d'Afrique
Publié le 19/11/2018

TransportMaroc

Twitter Facebook 437 partages

C'est la toute première ligne de TGV d'Afrique qui a été inaugurée ce jeudi 15 novembre par Emmanuel Macron et le roi Mohammed VI au Maroc. Cette nouvelle ligne de train relie Tanger à Kenitra, soit 250 km de rail qui devraient faciliter les déplacements dans le pays. Cette nouvelle LGV a été bâtie avec le soutien de la SNCF.

Peu après les commémorations du 11 novembre, Emmanuel Macron s'est rendu ce jeudi 15 novembre au Maroc afin d'inaugurer avec le roi Mohammed VI, la première ligne grande vitesse d'Afrique. Construite en partenariat avec la SNCF, la ligne est longue de 200 km et relie Tanger à Kenitra.

Tanger, ligne de départ du nouveau TGV marocain

Tanger, ligne de départ du nouveau TGV marocain
© Eugene Sergeev/123RF

Tanger ? Kenitra n'est que le premier tronçon d'une voie ferrée plus importante. Au finale, Tanger devrait par la suite rejoindre Rabat, Casablanca, Marrakech et pour finir Agadir. Soit les villes au développement économique les plus prolifiques.

Cette nouvelle LGV se veut être une véritable vitrine pour le développement économique du pays et simplifier au maximum les déplacements au sein du royaume. Avec une vitesse de pointe à 320 km/h, il sera à présent possible de rejoindre Rabat, la capitale politique du pays, depuis Tanger en seulement 1h20, au lieu des 3h40 nécessaires auparavant. Un véritable gain de temps pour les voyageurs.

Il aura fallu 7 ans pour construire ce premier tronçon, puisque c'est Nicolas Sarkozy qui avait posé la première pierre de ce projet pharamineux en 2011, et c'est avec 3 ans de retard et un coût supplémentaire (2.1 milliard d'euros au lieu de 1,8 milliard annoncés au départ) que la ligne peut enfin être exploitée. Le président macron rappelle cependant qu'aucune LGV n'a été construite en France en seulement 7 ans. Une belle prouesse donc pour les entreprises marocaines et françaises qui on travaillé sur ce projet.

Mais il ne faut pas crier victoire trop tôt puisque les travaux vont encore continuer quelques années avant d'aboutir à une ligne à grande vitesse longue de 1 500 km inscirt dans un schéma directeur à horizon 2030.