• Connexion
Pourquoi applaudit-on le pilote quand il réussit son atterrissage ?
Publié le 17/09/2019

TransportFrance

Twitter Facebook 139 partages

Toutes les personnes qui voyagent en avion ont déjà vécu cet instant. On ne parle pas des contrôles de sécurité ou encore du repas à bord de l'avion, mais plutôt d'un moment qui survient juste après l'atterrissage. On parle ici des applaudissements qui retentissent dans l'appareil, une fois que l'avion ait retrouvé la terre ferme. Mais pourquoi applaudit-on les pilotes ?

 

 
© Iurii Kovalenko /123rf

À la fin d'un vol, avant même d'avoir quitté l'appareil, on peut remarquer deux catégories de personnes : celles qui applaudissent le pilote pour avoir réussi l'atterrissage et les autres qui, eux, n'applaudissent pas.

Des deux côtés, les arguments se tiennent. Ceux qui acclament estiment que c'est un exploit de faire atterrir un tel engin et les plus stoïques vous diront qu'après tout, c'est le métier du pilote et qu'il fait tout simplement son travail. Mais alors pourquoi certaines personnes applaudissent-elles le pilote ? La réponse serait d'ordre psychologique.

D'après la psychologue Laurie Hawkes, interrogée par LCI, "ces applaudissements sont vitaux [et] servent de défouloir". Les phobiques de l'avion sont soulagés de retrouver le sol et font donc remarquer leur contentement via ces applaudissements.

Mais il arrive que, même les non-phobiques applaudissent après l'atterrissage. Et bien là encore, c'est par bonheur d'être en vie après avoir parcouru une plus ou moins longue distance (de Paris à Los Angeles ou simplement jusqu'à Marseille) à plusieurs kilomètres au-dessus du sol. En effet, même les gens n'ayant pas peur de l'avion se rendent compte pendant le vol, qu'ils sont dans les airs, dans un énorme tube de métal, accroché à rien. Inconsciemment, après l'atterrissage, ils s'estiment heureux d'être en vie après avoir défié les lois de la gravité.

Enfin, pour finir certains applaudissent par mimétisme, pour faire partie d'un groupe social. Un comportement qui caractérise essentiellement les gens qui voyagent peu, qui calquent leur comportement par rapport aux autres individus qui semblent habitués à vivre ce genre de situation.

De plus, si un vol a eu la malchance de rencontrer des zones de turbulences ou d'avoir quelques problèmes techniques, il y a de grandes chances pour que les applaudissements soient encore plus bruyants à l'arrivée. La force de ces derniers serait donc proportionnelle au soulagement procuré après un moment de stress.

Pour résumé, c'est (presque) mathématique. Plus une situation est incontrôlable, plus le stress monte. Le soulagement est donc plus grand après coup, ce qui fait qu'on applaudit plus fort, encore plus heureux de savoir cet épisode inquiétant derrière nous.

Malheureusement pour les pilotes, ils n'entendent jamais les applaudissements depuis leur cockpit.

Alors vous vous dites : "À quoi bon applaudir ?", si le principal intéressé ne peut pas vous entendre. Et bien faite le pour vous, juste parce que vous êtes heureux d'être en vie. C'est déjà une bonne raison d'applaudir.