Des glaciers artificiels au secours de l'Himalaya
Publié le 06/12/2018 178 partages

EnvironnementChine

Twitter Facebook 178 partages

L'Himalaya, bien que faisant partie des mastodontes de la nature, n'est pas exempte des méfaits du réchauffement climatique. Sur les hauteurs himalayennes, tandis que les glaciers fondent, les changements météorologiques deviennent de plus en plus imprévisible et les cultures qui poussent sur ses flancs en pâtissent. Afin de sauver les rendements des agriculteurs, un ingénieur a mis au point un système de glaciers artificiels.

Il y a des inventions qui valent plus que les autres. Alors que les glaciers himalayens font face à une fonte ininterrompue de leur neige, un ingénieur talentueux a décidé de les remplacer par des glaciers artificiels afin de sauver les cultures des agriculteurs de la région. L'eau est nécessaire afin d'irriguer les champs présents à flanc de montagne : les champs d'orges et de pommes notamment. Pour sauver les récoltes des agriculteurs, Sonam Wangchuk, ingénieur de son état, a créé un moyen de réintroduire les glaciers dans les terres desséchées.

L'Himalaya court-il à sa perte ?

L'Himalaya court-il à sa perte ?
© arsgera/123RF

En 2015, le projet de Sonam Wangchuk commence avec un premier succès lors de sa campagne de crowdfunding et 150 000 $ réunis. Avec cet argent, Wangchuk a construit un « stupa de glace » de 20 mètres de haut. Ce glacier artificiel a été réalisé grâce à la canalisation des ruisseaux de montagne dans un village de la région de Ladakh. Les jets d'eaux qui en sortent ressemblent à des geysers qui remontent jusqu'au cône de glace. Grâce au talent de son créateur, l'immense glaçon peut rester gelé jusqu'à ce que le soleil printanier viennent réchauffer les champs.

La première fonte du prototype de Wangchuk a eu lieu en avril 2017, arrosant ainsi un champ entier de peupliers nouvellement plantés. Ensuite est venu le mois de juin, apportant avec lui la fonte glaciaire régulière. À ce moment, le stupa de glace avait quasiment entièrement disparu. Depuis lors, l'ingénieur a lancé la construction de 50 stupas de glace qui devrait fournir, chacun, 10 millions de litres d'eau et irriguera, à minima, 10 hectares de terre. Avec un projet d'une telle ampleur, de nombreux sponsors et partenaires se sont joints au combat de Wangchuk face au réchauffement climatique. L'an dernier, Sonam Wangchuk a ainsi construit le premier stupa de glace d'Europe, dans les Alpes Suisses. En 2018, il travaille à la réfection d'un lac glaciaire indien afin d'y stopper les crues dévastatrices.

Plus qu'un ingénieur, Wangchuk est un inventeur. Ces projets passés comprennent, entre autre, des bâtiments fonctionnant à l'énergie solaire et des fourneaux efficaces. Il avait par ailleurs remporté le prix Rolex en 2016. Avec les gains accumulés lors de ces victoires aux concours, il a décidé d'ouvrir une université de recherche pan-himalayenne qui servira à répondre aux préoccupations environnementales de la région. D'après le fermier local Tsering Spalzes, « La pénurie d'eau est un énorme problème. À l'avenir, nos enfants auront du mal à continuer à cultiver. » D'après l'ingénieux inventeur, c'est aux générations futures d'apporter leur pierre à l'édifice : « Nous, dans les montagnes, sommes des minorités, pas seulement sur le plan ethnique mais aussi sur le plan climatique. Les choses qui fonctionnent à New-York ou Delhi ne fonctionnent pas dans les montagnes. Nous devons trouver les solutions adaptées à nos problèmes. » Un petit pas pour Sonam, un grand bond pour la planète.

Démonstration