• Connexion
De l'Inde à l'Angleterre : 10 000 km en Tuk-tuk
Publié le 26/09/2016 Modifié le 13/10/2017

TransportInde

Twitter Facebook 2713 partages

Un ingénieur vient de terminer son aventure à travers 16 pays différents dans un engin qu'il a lui-même mis au point : un Tuk-tuk solaire ! Ce véhicule bricolé de ses mains est pour lui une occasion de démontrer qu'il est urgent de repenser la manière que nous avons de nous déplacer.

Après un peu plus d'un an de voyage, le Tuk-tuk solaire baptisé Solar Impulse 2 a déjà fait parler de lui. Un exploit technique pour cet ingénieur indien, qui espère implanter ce mode de transport écologique dans de plus gros projets. Ce voyage, sponsorisé par des grands groupes tels que Schindler ou Omega, a déjà coûté près de 155 millions d'euros. Le périple de Naveen Rabelli est très promet­teur pour les énergies renouvelables. En 7 mois de voyage, il a traversé 16 pays à bord de ce petit véhi­cule à trois roues, à mi-chemin entre la camionnette et la moto, un très long périple et tout cela seule­ment grâce aux rayons du soleil.

Un projet écolo-friendly

Un projet écolo-friendly
© itman47/123RF

Le projet a été nommé Tejas, ce qui signifie 'lumière' ou 'éclat' en sans­krit. Après deux ans de recherches et de démarches Naveen Rabelli a enfin pu lancer son véhi­cule écolo-friendly : 'Avec un ami j'étais coincé dans le trafic et on a vu tous ces nombreux tuk-tuks qui font beau­coup de bruit, explique-t-il assis depuis son engin, et je lui ai dit qu'on pouvait en faire un solaire.' Très rapidement les deux amis finissent les premiers croquis et se lancent dans cette aventure délirante : 'La puis­sance est de 5 kw, la vitesse maxi­mum est de 40 km/h, cela nous donne 85 kilo­mètres par charge complète', explique Naveen.

Avec son ami Raoul Kopa­cka, un ami Autri­chien réali­sa­teur il a donc traversé 16 pays, en passant par l'Iran, la Serbie, la Hongrie mais aussi la France. Une première expé­rience couronnée de succès, qui pousse Naveen vers de plus grandes ambitions, comme il l'explique dans sa vidéo de présen­ta­tion : 'C'est un prototype, et on souhaite que cela soit la lumière pour de futurs véhicules.'

A lire aussi : Découvrez les Cinque Terre en Tuk-tuk avec ces blogueurs