• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Cuba : quel avenir pour le tourisme ?
Publié le 01/12/2016

SociétéCuba

Twitter Facebook 100 partages

Fidel Castro, leader emblématique des 'barbudos', est mort en laissant de nombreuses interrogations quant à l'avenir de Cuba. Le tourisme, vecteur important de l'économie de l'île, semble toutefois poursuivre son développement économique. Mais loin de l'image offerte aux touristes, les locaux espèrent surtout augmenter leur niveau de vie.

Le développement de l'économie touristique étant d'une importance capitale pour ce pays défavorisé, de nombreuses agences se tournent vers Cuba, laissant aux habitants l'espoir de développer ce secteur prometteur. Le successeur de Fidel Catro, Raùl, a en effet mis en place une 'ouverture' au terme de longues négociations avec les États-Unis. Les compagnies aériennes américaines peuvent désormais atterrir sur l'île. Le premier vol commercial entre les États-Unis et La Havane a d'ailleurs eu lieu ce lundi, 3 jours après le décès de Castro.

De nombreux investisseurs français et notamment les chaînes hôtelières, continuent de développer les infrastructures touristiques de l'île, insuffisantes face à la demande américaine grandissante. Les entreprises françaises sont pourtant extrêmement présentes dans l'hôtellerie et encadrent les rénovations de l'aéroport de La Havane, ainsi que la construction du nouveau port de Mariel.

Un engouement touristique pour l'île

Un engouement touristique pour l'île
© delcreations/123RF

Des lieux tels que Cayo Coco, avec ses nombreux clubs ou encore Varadero, le 'cancun cubain', restent très prisés des étrangers mais ne reflètent pas le quotidien des locaux, souvent précaires et privés de nombreuses libertés. Les habitants se voient régulièrement refoulés de certains bars ou hôtels 'réservés aux touristes'. Certains quartiers sans touristes de Trinidad témoignent des véritables conditions de vie des Cubains.

Cuba a décidé d'honorer son défunt chef, en promulguant 9 jours de deuil national. De nombreux événements touristiques ont été affectés, contraignant Transat, associé à XL Airways, à annuler son 'éductour' pour présenter le nouveau Lookéa Cayo Santa Maria à des centaines de professionnels du tourisme.

Un quartier pauvre à Trinidad, Cuba

Un quartier pauvre à Trinidad, Cuba
© simo2582/123RF

Avec une vision internationale biaisée de la société cubaine les locaux doivent aujourd'hui valoriser leurs atouts. La levée de l'embargo américain était presque signée que l'on craignait une affluence massive de touristes dans l'île. Mais les profits venant de ce secteur restent aux mains d'investisseurs étrangers.

'Ce nouveau capitalisme, différent des modèles chinois ou vietnamiens, se développe sur les ruines d'un système qui imprègne toujours la société cubaine. Le peuple ressent à peine les réformes. Son quotidien communiste est resté le même... Pour beaucoup il a empiré', explique Ludo Mendès dans son livre, 'Cuba No : la parole aux oubliés', publié aux Éditions Ring.

Ce correspondant secret des médias francophones depuis 20 ans, y dénonce le terrible quotidien des Cubains derrière l'image 'carte postale' offerte aux 'yumas' (les touristes). La population espère néanmoins accéder à un autre niveau de vie, mais rien n'est encore gagné.

À lire aussi : Voyage à Cuba sur les traces d'Hemingway