S'enterrer dans le sable, quelle mauvaise idée !

SécuritéFrance

Twitter Facebook Google+ 1734 partages

Deux semaines plus tôt, un tragique accident est survenu sur une plage à Dinard, en Bretagne. Un garçonnet d'une dizaine d'années est décédé après avoir été enseveli sous du sable. Comme beaucoup d'enfants, il avait auparavant creusé un large trou pour s'y installer mais s'est fait surprendre par ce sable sec et instable. Bien que très rares, les ensevelissements mortels sont à prendre au sérieux sur les plages.

À la plage, le danger ne vient pas seulement de l'océan ou de la mer mais peut provenir de la terre ferme. Perçu comme anodin, le phénomène populaire des trous dans le sable peut s'avérer extrêmement périlleux.

Il y a une quinzaine de jours, un jeune enfant est mort étouffé, enseveli dans un trou par un amas de sable sur la plage de Saint-Enogat à Dinard (Ille-et-Vilaine). Sur cette terre bretonne, la cavité qu'il avait creusée était trop importante, mesurant près de deux mètres de diamètre et environ un mètre de profondeur.

D'apparence banale, ce jeu peut virer au drame

D'apparence banale, ce jeu peut virer au drame
© alexytrener / 123RF

Loin d'être un cas isolé, un épisode similaire et mortel est arrivé à une italienne de 12 ans sur une plage à La-Teste-de-Buch, en Gironde, en 2012.

Plus le trou est profond, plus les parois de la cavité sont fragiles et susceptibles de s'effondrer. Les mouvements et le poids de la personne enterrée dans cette fosse déstabilisent encore plus la délicate fondation.

Dr Bradley A. Maron, de la Harvard Medical School de Boston, a réalisé une enquête sur le sujet et préconise de ne pas creuser des trous « plus profonds que les genoux lorsqu'on se tient debout ». La vigilance reste de mise pour les parents qui s'assureront que le trou est bien rebouché dès que le jeu est fini.

Ou bien, on laisse cette activité de forage dans le sable aux coquillages ou aux crabes, les spécialistes du genre sur les plages.

On fait des châteaux de sable, c'est moins risqué !

On fait des châteaux de sable, c'est moins risqué !
© volare2004/123RF
2 J'aime 1 J'aime pas
Loïs Mangin
Publié le 12/05/2018 1734 partages
Twitter Facebook Google+