Publié le 01/09/2020

#Culture #Espagne

Un tour des plus beaux villages d'Espagne

Il n'y a pas que les city breaks à Barcelone, Séville ou Madrid en Espagne ! La péninsule ibérique abrite des trésors insoupçonnés : ses villages. La liste est infinie, nous vous en avons sélectionné quinze. Cadaqués sur la Costa Brava, Chinchon près de Madrid, O Cebreiro en Galice, Trujillo et Guadalupe en Estremadure, ainsi que les villages blancs d'Andalousie vous charmeront ! N'oublions pas les îles : Majorque aux Baléares et Tenerife aux Canaries, entre autres, cachent des pépites ! Partons à la découverte des villages d'Espagne, blottis au bord de l'eau ou nichés dans les montagnes.

Casares, village blanc d'Andalousie

Les fameux villages blancs qui égrènent l'arrière-pays andalou font partie de la carte postale espagnole, au même titre que la corrida, le flamenco et les tapas. Très pittoresques avec leurs ruelles animées et fleuries, ces "pueblos blancos" se situent au sud de Séville et à l'est de Jerez de la Frontera (dans la province de Cadix). Ils doivent leur surnom à leurs maisons blanchies à la chaux, véritable tradition mauresque. Rien ne semble avoir bougé depuis des siècles. A 14 kilomètres de la côte, entre Estepona et Manilva à l'extrémité ouest de la Costa del Sol, le village blanc de Casares est un village de montagne plein de charme qui a miraculeusement échappé à la modernité. Il a été déclaré Ensemble d'intérêt historique et artistique. A travers un lacis de ruelles aux façades blanches et fleuries, on grimpe au sommet pour admirer un panorama à couper le souffle des ruines de la forteresse, où se trouve un adorable petit cimetière. - ©Alberto Loyo/123RF

Mijas, village blanc d'Andalousie

Sur les hauteurs de Fuengirola, perchée à 428 mètres d'altitude au milieu des pins, la vieille ville de Mijas fait partie des villages blancs traditionnels andalous les plus connus, notamment grâce à ses ânes qui font office de taxi ! Un village au passé arabe comme en témoigne son mur d'enceinte et le mirador "del compas", vestiges d'une ancienne forteresse mauresque. Singulières, ses arènes sont de formes ovales mais construites sur un plan carré. Datant de 1900, elles abritent un musée de la Corrida et accueille chaque année des ferias très populaires. Elles font face à l'église de la Concepcion, bâtie à l'emplacement d'une ancienne mosquée. Ne ratez pas le sanctuaire de la Virgen de la Pena, renfermant une statue de bois de la Vierge, utilisée lors des processions de la semaine sainte. Enfin, une escapade le long de la Muralla permet de bénéficier d'une vue imprenable sur la côte. - © Brenda Kean/123RF

Cadaqués sur la Costa Brava

Situé entre Llança et Rosas, au coeur du Cap de Creus, Cadaqués est le joyau des villages de la Costa Brava. Célèbre "village de pêcheurs", celui-ci fut une source d'inspiration intarissable pour les artistes et a toujours attiré des célébrités telles que Federico García Lorca, Pablo Picasso et Salvador Dali. Effectivement, nul ne peut nier sa beauté. Les contrastes naturels qui entourent, les ruelles descendant vers la plage, les maisons blanches merveilleusement conservées, le petit port ou encore la vue qu'offre l'église Santa Maria (du XVIIe siècle) au centre du vieux village. Si Cadaqués séduit autant, c'est sans aucun doute grâce à ses mélanges d'architectures : style gothique, art nouveau (la maison Serinyena), influence baroque (le retable de l'église Santa Maria) se conjuguent sur ce petit espace isolé du reste de la péninsule. - © Sergio Torres/123RF

Calella de Palafrugell sur la Costa Brava

Un peu plus discret que Cadaqués, la station balnéaire de Callela de Palafrugell est une petite commune au charme rare : près des côtes rocheuses, des maisons de pêcheurs qui s'alignent les unes derrière les autres ainsi que des petites criques de sables. La lumière au coucher du soleil est celle qui a séduit bien des peintres, le calme qui s'en dégage est tout simplement apaisant. Si vous séjournez là-bas, nous vous conseillons d'emprunter le "Chemin de Ronda (également connu sous le nom de GR92). Il permet, le long de la mer, de rejoindre le village de Llafranc et offre de superbes points de vue. Si vous avez la chance d'y être le premier week-end de juillet, ne manquez pas la fête traditionnelle des Habaneras, des chants remontant à l'époque où les pêcheurs partaient à la conquête de Cuba. Ils en sont revenus avec des chansons nostalgiques aux accents des Caraïbes qui survivent encore aujourd'hui : un événement traditionnel et véritablement authentique. - © kasto/123RF

Masca à Tenerife : un air de Machu Picchu !

Tenerife, ce n'est pas seulement des stations balnéaires bétonnées ! L'île abrite de nombreux villages authentiques et pleins de charme. Celui de Masca est un petit bijou ! Caché dans les montagnes, sur la route TF436, il se situe au cœur d'un relief très accidenté mais offre une vue imprenable sur l'Atlantique. Doté de quelques maisons de pierre de lave, il sert de point de départ à une randonnée de 4 heures permettant de rejoindre la plage éponyme. En descendant vers l'océan, il est possible de voir les coulées de lave de l'irruption du Teide de 1706. Très fréquenté pendant la journée, le village se vide en fin d'après-midi et seuls les habitants y résident la nuit. Vous trouverez un petit musée de l'artisanat canarien et un minuscule marché tenu par les habitants. Chapeaux de paille de palmier ou pots de miel de l'île, les autochtones se feront une joie de vous accueillir si vous vous intéressez à leurs créations. - © Tommaso Lizzul/123RF

Garachico à Tenerife

Garachico fut le port le plus important de l'île jusqu'en 1706, avant qu'une terrible éruption du Teide ne détruise une bonne partie du village. On peut encore observer deux grandes coulées de lave qui ont épousé le relief des corniches avant de se jeter dans l'océan. Elles ont donné naissance à des piscines naturelles dans lesquelles les habitants aiment se baigner. L'architecture de Garachico est riche et intéressante, la plupart des édifices datant du XVIIe siècle. La place principale est ainsi dominée par l'église Santa Ana du XVIe siècle. Sur le côté gauche, vous pourrez découvrir le couvent de San Francisco qui a été transformé en musée. Selon les historiens, l'architecture coloniale mexicaine s'est fortement inspirée des villes et villages de Tenerife, et notamment de Garachico. Juste en face du port, vous pourrez observer l'île des oiseaux. Cette île, réservée aux scientifiques, fait partie des escales des oiseaux lors des grandes migrations de l'automne. - © dulsita/123RF

Vilaflor à Tenerife

Entouré d'une superbe forêt de pins, Vilaflor est le plus haut village d'Espagne avec ses 1 600 mètres d'altitude. Une situation idéale pour observer les étoiles ! Le parc national du Teide, classé par l'Unesco, se trouve à 25 km seulement, soit 30 minutes en voiture. La mer se trouve à 22 km. Vilaflor est un lieu de villégiature idéal pour partir en randonnée. Le village abrite un établissement très nature : le Villalba Spa, un havre de tranquillité aux airs de chalet de station de sports d'hiver. Vous profiterez de son spa, d'un mur d'escalade indoor et, ne boudons pas notre plaisir, d'un restaurant de spécialités espagnoles et canariennes. En somme, une excellente alternative aux buffets des resorts de Playa Las Americas ! - © Alberto Giacomazzi/123RF

Chinchón au sud de Madrid

Situé à 45 km au sud-est de Madrid, le village de Chinchón, typiquement castillan, est réputé pour sa Plaza Mayor du XVe siècle transformée en arène lors des corridas d'été. Au centre du bourg, elle sert souvent de décor de cinéma : ses maisons blanches sur arcades, les balcons peints en vert, nous plongent au cœur du Moyen Âge ! Il est bon de se perdre dans les ruelles pavées qui montent jusqu'à l'église de la Piété, laquelle renferme un tableau de Goya de 1812, "L'Assomption de la Vierge". A côté se trouve le superbe théâtre de Lope de Vega, construit au XIXe siècle. Son rideau de scène peint par Luis Muriel a de quoi donner des frissons. Ceinte de rempart, l'esplanade et ses trois monuments surplombent la Plaza Mayor et offre un beau panorama sur Chinchon, son château et ses environs. Le village abrite également un superbe parador de turismo (monument historique aménagé en hôtel) : le couvent de San Agustin, fondé au XVIIe siècle par les seigneurs de Chinchón, qui servait de prison au XIXe siècle. On peut admirer son magnifique cloître aux arcades aménagées en terrasse avec son jardin et sa fontaine, planté de cyprès, roses et arbustes... Un cadre très agréable pour prendre un verre ! - © Fernando Cortés/123RF

Valldemossa à Majorque

Très prisé des touristes, le village de Valldemossa est réputé pour sa chartreuse qui abrita les amours de George Sand et Frédéric Chopin. Les cellules des moines, qu'occupèrent les deux amants, renferment de nombreux souvenirs de leur passage. La chapelle, ornée de fresques de Miguel Bayeu, le beau-frère de Goya, un musée d'Art contemporain et une étonnante pharmacie du XVIIIe complètent la visite. Enfin, le cloître jouxtant la sacristie sert de cadre en août à des concerts de piano. A 2 km de Valldemossa, la demeure historique de Son Marroig mérite également une visite. À proximité, Deià attire peintres et des artistes avec ses anciennes maisons majorquines restées identiques au fil du temps. - © Galnika/123RF

Pollença à Majorque

Situé à l'extrême nord-ouest de l'île, le village de Pollença se niche au pied des monts Puig de Pollença et Calvari, ce qui lui donne le charme des petits villages de montagne. Son caractère, il le doit à ses petites ruelles grimpant vers les collines, lesquelles offrent la possibilité d'observer de nombreux trésors architecturaux. Son église principale, l'église Nostra Senyora des Angels fondée en 1236 sur les fondations d'un ancien temple gréco-romain ou encore le cloître Santo Domingo, un édifice baroque, siège du musée municipal abritant une collection d'art gothique et contemporain, un mandala bouddhiste, une salle de céramiques et une salle de préhistoire. Reconnue comme la ville des artistes, Pollença abrite de nombreuses galeries d'art mais est surtout connue pour son marché artisanal ainsi que ses manifestations culturelles dont son festival de musique, au rayonnement international. - © Pawel Kazmierczak/123RF

Peñíscola dans la Communauté de Valence

Située sur une presqu'île rocheuse sur la Costa del Azahar, Peñíscola est une station pittoresque réputée avec ses 7 km de plage. Son vieux village formé de petites maisons blanches aux balcons fleuris, desservies par d'étroites ruelles et placettes pittoresques dégage une atmosphère unique. Peñíscola est fortifiée par des murailles de différentes époques qui protégeaient l'imposant château templier, dominant la petite péninsule et offrant ainsi l'une des plus belles vues sur la côte. Les constructions emblématiques et les édifices de charme sont nombreux. On y accède par de grandes portes et différentes entrées bien particulières qui en font l'un des villages les plus emblématiques d'Espagne. À la fin du Grand Schisme d'Occident, l'antipape Benoît XIII (Pedro de Luna, dit le cardinal d'Aragon) exclu d'Avignon d'où il régnait sur une partie de la chrétienté s'y installa et y mourut après 19 années de résistance à Rome. Enfin, Peñíscola est un important centre de loisirs, de jour comme de nuit, avec des activités et des festivals très variés. Ce n'est pas par hasard si ce village est le berceau du Festival de Cinéma et du Festival de Jazz : le décor idéal pour écouter de la musique ou regarder un film ! - © Stesha Popozoglo/123RF

Cudillero dans les Asturies

Dans une petite baie, à l'ouest de la principauté des Asturies, se trouve le pittoresque petit port de pêche de Cudillero, récoltant chaque jour de grandes quantités de poissons et de fruits de mer, dont une partie est transportée directement vers les villes et l'arrière-pays des Asturies. Les tavernes de pêcheurs jalonnent une petite place pavée au bord de la mer : offrez-vous une bonne grillade de poisson ou un plateau de fruits de mer copieux à des prix réellement bas ! Adossé au versant d'une montagne, ce village attire de nombreux artistes et cinéastes. Munies d'auvents et de fenêtres aux couleurs vives, d'étonnantes maisons suspendues sur les falaises abruptes en forme de fer à cheval encerclent le port. Après avoir rejoint le point le plus haut de la localité, chaque rue constitue un mirador. Sur la partie inférieure du village, vous trouverez une population animée, particulièrement sur la place centrale entourée de bars et de restaurants. Ses deux constructions les plus importantes sont l'église paroissiale de style gothique du XVIe siècle, où l'on peut contempler quelques sculptures baroques, et la chapelle del Humilladero, l'édifice le plus ancien de la ville. - © Jose Manuel Yanez Rodriguez/123RF

O Cebreiro en Galice, sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle

Sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, le village d'O Cebreiro, où s'élèvent les premières montagnes galiciennes, date de l'époque préromaine lorsque les Celtes occupaient déjà ces territoires sauvages. Soumis à des conditions climatiques rudes, ce village situé dans un environnement naturel incomparable conserve un ensemble intact de "pallozas", demeures de pierre au toit de chaume très anciennes, mystérieuses, et qui font l'objet de nombreuses légendes. L'une de ces maisons est intégrée dans l'un des deux établissements de tourisme rural que compte la localité ; l'autre, beaucoup plus ancienne, a été convertie en Musée ethnologique. Le village, qui semble être sorti d'un conte, possède une jolie église de l'époque préromane : la plus ancienne église du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, conservée dans son intégralité. Elle recueille un Graal, saint pour certains et miraculeux pour d'autres. Un ancien hôpital, aujourd'hui devenu un hôtel, conserve une pierre peinte avec des scènes de chasse de l'âge de bronze. Aujourd'hui, de nombreuses pallozas sont utilisées comme magasins de souvenirs et si vous avez un peu de chance vous pourrez même demander à être logé dans certaines d'entre elles. Vous pouvez aussi faire étape à l'auberge San Giraldo d'Aurillac, qui fonctionne depuis le IXe siècle ! - © Timo Christ/123RF

Guadalupe en Extamadure

Terre des conquistadors, l'Extremadure abrite un patrimoine historique et culturel impressionnant. Au pied de la sierra d'Altamira, Guadalupe est un village traditionnel classé site historique-artistique. Il se déploie autour du sanctuaire-monastère de Nuestra Señora de Guadalupe, au style gothique et mudéjar. Inscrit en 1993 au Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, le monastère fut bâti au XIVe siècle sur l'ordre du roi Alphonse XI de Castille, en guise de remerciement à la Vierge pour la victoire obtenue dans la bataille du Salado de 1340 contre les Musulmans. Dès sa fondation, il devint l'un des principaux centres de pèlerinage de la péninsule. À l'intérieur se trouve la Vierge de Guadalupe, dotée d'un visage noirci par la fumée des bougies votives, et qui attire des pèlerins du monde entier. On peut également y découvrir une sacristie renfermant huit tableaux de Zurbaran, le musée des Broderies ("museo de Bordedos") et le musée de la Peinture et de la Sculpture. L'ancien hôpital a été transformé en hôtel de luxe de la chaîne Paradores Nacionales. Ce village fut aussi le théâtre d'événements importants, comme l'audience accordée par les rois catholiques à Christophe Colomb pour lui confier les caravelles qui lui permirent de partir à la découverte de l'Amérique. - © Dolores Giraldez Alonso/123RF

Trujillo en Extamadure

À 88 km à l'ouest de Guadalupe, Trujillo, dans la province de Cáceres, est le village de Pizarro, le fameux conquistador du Pérou qui a mis fin à l'empire Inca. La Plaza Mayor de Trujillo, où trône la statue équestre de Francisco Pizarro, est l'une des plus belles places d'Espagne. Son centre-ville, parfaitement conservé, regorge de monuments historiques éparpillés le long de ses ruelles escarpées. En point d'orgue, un splendide château, ancienne forteresse arabe qui domine le village. Parmi les nombreuses églises médiévales, mention spéciale à l'église Santa Marta, où l'on peut admirer un magnifique retable gothique composé de 24 panneaux colorés. Pour loger, nous vous recommandons le Parador de Trujillo, situé dans un couvent du XVIe siècle. Le petit-déjeuner est servi dans la chapelle ! Les gourmands pourront visiter le musée du fromage et du vin, car la région est aussi connue pour sa gastronomie. La charcuterie et les jambons ibériques "de bellota" et "pata negra" sont réputés parmi les meilleurs du monde ! - © fosterss/123RF

Autre article proposé par l'auteur