• Connexion
Pérou : Un ancien autel de sacrifices d'enfants découvert
Publié le 01/05/2018

CulturePérou

Twitter Facebook 1881 partages

Une équipe d'archéologues a eu une macabre surprise lors d'une fouille dans le nord du Pérou, sur le site de Huanchaquito-Las Llamas. Les dépouilles de plus de 140 enfants et 200 lamas sacrifiés ont été trouvés dans un temple vieux de 3 500 ans. Il s'agirait des preuves du plus grand sacrifice collectif d'enfants d'Amérique, et certainement du monde.

Les corps se trouvaient sur une falaise surplombant l'océan Pacifique, à l'ombre de ce qui était alors la capitale de la civilisation Chimú. Dans toutes les civilisations précolombiennes, les sacrifices humains étaient monnaie courante. Mayas, Aztèques et Incas faisaient également des sacrifices d'enfants. Ces offrandes des plus sanglantes permettaient selon les coutumes d'apaiser les dieux.

Les archéologues ont constatés que les restes de squelettes de ces enfants et lamas avaient des coupures au sternum et des côtes disloquées, suggérant que leur cœur leur avait été arraché. Une pratique courante lors des sacrifices rituels des civilisations précolombiennes.

Les 140 enfants étaient âgés entre 5 et 14 ans et les lamas avaient moins de 18 mois. Parmi eux, les chercheurs ont distingué les restes de trois adultes  : un homme et deux femmes. Une présence assez mystérieuse car leur crâne avait vraisemblablement été frappé par un objet contondant.

Les archéologues sont présents sur le site de Las Llamas depuis 2011

Les archéologues sont présents sur le site de Las Llamas depuis 2011
© udra/123RF

Selon Gabriel Prieto, professeur à l'université nationale de Trujillo au Pérou, cette découverte serait la pointe de l'iceberg :

« Las Llamas est déjà un site unique au monde, et on se demande combien d'autres sites comme celui-ci sont susceptibles de faire l'objet de fouilles à l'avenir. »

Le peuple Chimú a disparu vers 1470, lorsque l'empire inca prit le dessus sur ces derniers. Ils ont donc pas connu la colonisation espagnole, survenue cinquante ans après.