• Connexion
Il y a 19 millions d'années, vivait un perroquet géant incapable de voler
Publié le 18/08/2019 86 partages

NatureNouvelle-Zélande

Twitter Facebook 86 partages

D'après les ossements découverts dans une zone riche en fossiles, Hercule vivait il y a environ 19 millions d'années en Nouvelle-Zélande. Un perroquet géant qui pesait environ 7 kilos et mesurait 1 mètre de haut. Si grand d'ailleurs qu'il ne pouvait même pas voler.

 

 
© photopiano/123RF

En 2008, une équipe internationale de paléontologues tombe sur une trouvaille surprenante près de St Bathans : les os d'une patte d'oiseau. Onze années plus tard, les scientifiques qui n'avaient pas fait des études très poussées sur ces restes de volatile ont rouvert le dossier. Et ils ont eu la chance de découvrir qu'il appartenait à une espèce loin d'être ordinaire : un perroquet géant, qui plus est incapable de voler.

Baptisé " Heracles Inexpectatus " du fait de sa taille et des circonstances atypiques de sa découverte, l'oiseau est effectivement monstrueusement grand : présent sur Terre il y a 19 millions d'années, l'animal pesait 7 kilos et faisait près d'un mètre, soit deux fois la taille du Kakapo (une espèce menacée de disparition qui semblait être le plus gros perroquet connu). Partant de ce constat, les scientifiques en ont tiré la conclusion suivante : " Nous pensons qu'il était incapable de voler ", a expliqué Paul Scofield, conservateur en chef au Musée de Canterbury.

Outre cette caractéristique plutôt étonnante, Hercule possédait sans doute aussi un énorme bec. Cette particularité physique lui permettait donc de couper en deux tout ce qu'il voulait. De la nourriture habituelle telle que fruits et graines mais surtout d'autres perroquets ! Décidément, quel animal !

Subjugué par cette trouvaille inédite, Trevor Worthy a déclaré : " Jusqu'à présent, personne n'avait découvert la trace d'un perroquet géant disparu, nulle part ". Il faut noter toutefois que la Nouvelle-Zélande est un terrain propice aux découvertes extraordinaires. Et surtout un refuge de choix pour des oiseaux non volants aux dimensions impressionnantes, comme le moa qui mesurait 3,6 mètres mais dont l'espèce s'est malheureusement éteinte au XVIIIème siècle. L'homme a fini par ajouter : " Nous fouillons ces dépôts fossiles depuis vingt ans et chaque année nous apporte des révélations sur de nouveaux oiseaux ou d'autres animaux. Il y a sans aucun doute bien davantage d'espèces inattendues à découvrir ".

Espérons qu'ils trouvent de nouveau un animal tout aussi intriguant !