Publié le 02/04/2020

#Animaux #Thaïlande

En Thaïlande, les éléphants touristes sauvés mais aussi menacés par le coronavirus

Le coronavirus cause énormément de dégâts humains dans le monde, notamment en Asie, ce qui conduit à une chute du nombre de touristes. Mais dans le continent, cette baisse est favorable aux éléphants, qui servent généralement aux différentes balades touristiques, et qui sont souvent maltraités. Les pachydermes ont cette fois droit à un peu de répit, mais cela a des conséquences.

Eléphant promenant des touristes à Pattaya

© Bloodua / 123RF

L'épidémie du coronavirus fait des ravages au niveau humain, mais aussi au niveau économique. Les pays et villes habituellement très touristiques sont désertés. Mais cette désertion fait des heureux en Thaïlande. En effet, l'activité favorite du pays est la balade en éléphant, des balades où ces animaux sont souvent maltraités et portent des charges excessives.

Aujourd'hui, plus de 2 000 pachydermes se retrouvent sans client, et se voient octroyer un repos bien mérité. Mi-mars, les autorités ont ordonné la fermeture temporaire de tous les parcs à éléphants pour tenter d'enrayer la propagation du Covid-19, qui a à ce jour infecté plus de 1 500 personnes en Thaïlande.

Des conséquences immédiates

Les parcs thaïlandais louent ces éléphants, et par manque de tourisme, ils ont dû renvoyer les animaux à leur propriétaire. Mais faute de revenus, les propriétaires aussi n'ont plus de quoi donner à manger à leurs bêtes. Seule sortie pour l'animal : quémander des bananes au temple voisin et arpenter la route à la recherche d'herbes hautes, rares au cœur de la saison sèche particulièrement sévère cette année.

La Thaïlande compte 3 800 pachydermes domestiqués. Les remettre en liberté est impossible, car ils entreraient en conflit avec les quelque 3 000 spécimens encore à l'état sauvage dans le pays ou pourraient être victimes d'accidents ou de maladies. De nombreuses structures ont lancé un appel à des donateurs privés pour " sauver les éléphants qui risquent de mourir de faim ". Le gouvernement pourrait bientôt débloquer une aide d'urgence de 30 dollars par jour par animal.